La dernière équipe de Yougoslavie

En 1979, Maradona et sa bande remportaient au Japon la première coupe du monde juniors ; sept ans plus tard, l’Argentine enlevait le Mundial des grands, au Mexique. En 1982, en Australie, c’était au tour des allemands de s’imposer chez les moins de vingt ans ; huit ans plus tard, sous la conduite de Franz Beckenbauer, ils gagnaient à Rome le mondial italien. En 1987, une génération surdouée de yougoslaves domine le championnat du monde juniors au Chili ; sept ans plus tard, elle n’aura aucune chance d’être championne du monde aux Etats-Unis car elle ne sera pas présente. La Yougoslavie n’existe plus. Elle avait pourtant fière allure cette équipe avec Prosinečki, élu meilleur joueur du tournoi, Boban, Jarni, Mihaijlović, Šuker, Vucević ou encore Boksic, alors trop jeune pour être titulaire. Elle aurait eu fière allure en Amérique avec le concours de Stojković, Savićević, Panćev, Jugović sans oublier les expérimentés Hadžibegić ou Baždarević. Elle aurait eu fière allure mais cette équipe s’est éteinte en 1992 à quelques semaines de l’Euro suédois. La folie humaine est passée par là, dévastant des années de passion et de travail. Le foot yougoslave, l’un des plus prolifiques du vieux continent, s’est abîmé sur les écueils de l’histoire, oublié dans sa détresse par les grands de ce monde.
Debouts : Dejan Savicevic, Davor Suker, Robert Prosinecki, Dubravko Pavlicic, Dragoge Lekovic
Accroupis : Dragojlub Brnovic, Zvonimir Boban, Branko Brnovic, Darko Pancev, Goran Stevanovic
C’est au printemps 92 que le crépuscule s’est abattu sur le football yougoslave, plus précisément au terme d’une soirée glaciale en Hollande le 25 mars 1992. Ce soir-là 1992 c’est à Amsterdam qu’on verra la dernière équipe de l’ex-Yougoslavie foulé une pelouse avant l’explosion du pays et les sanctions qui priveront cette génération dorée de championnat d’Europe et d’autres rêves plus grands. Ce match amical qui aujourd’hui se veut historique fut l’un des plus banals et ennuyeux de son temps. Coincés entre des fins de championnats à enjeux très forts et des demi-finales de coupes d’Europe, l’équipe de Hollande est une équipe bis. Gullit vient de se faire opérer, son coéquipier milanais Van Basten pourtant apte, prétextera une douleur le matin du match l’empêchant de jouer mais tiendra sa place le dimanche suivant avec les Rossoneri. Il reste néanmoins la grande révélation du football néerlandais, Dennis Bergkamp mais l’Ajax doit jouer une demi-finale de la coupe de l’UEFA la semaine suivante, il ne sera pas de la partie. Et du côté yougoslave ?
La dernière sélection de l'ex-Yougoslavie ce 25 Mars 1992 :
Debouts :Faruk Hadžibegic , Meho Kodro, Budimir Vujacic, Vujadin Stanojkovic, Fahrudin Omerovic, Ilija Najdoski
Accroupis : Mehmed Baždarevic, Branko Brnovic, Dragan Stojkovic, Dejan Savicevic, Vladimir Jugovic
Là aussi il n’y a pas l’équipe habituelle mais les raisons bien qu’à l’époque semblent à peu près semblables sont en réalité bien différente. Et pourtant quand on voit Dejan Savicević se tenir le haut de la jambe au bout d’un quart d’heure et laisser sa place au jeune Pedrag Mijatović, les observateurs de l’époque se disent que ce match amical ne sert à rien et que les joueurs préfèrent se ménager pour leurs clubs mais l’histoire se veut différente. Ivica Osim le sélectionneur yougoslave va quelque part devoir composer une dernière sélection qui sera déjà sans croates. Boban est suspendu depuis 1990 et surtout en 1991, une sélection non officielle de Croatie a disputé deux matchs amicaux contre la Roumanie (victoire 2-0) et contre les Etats-Unis (victoire 2-1). En effet en mars 1991, alors que des troubles politiques agitent la Yougoslavie, le football croate décide de faire sécession en mars 1991, Mladen Verdis, président el a fédération croate déclara : « Nous ne voulons pas la destruction de la Fédération, mais nous souhaitons suivre l'exemple britannique et devenir une entité indépendante. Là-bas, il y a une nation mais quatre équipes nationales. Nous n'avons rien à faire dans un pays où la police tire sur les gens dans la rue. Il s'agit d'une décision ferme et définitive. Nous sommes prêts à attendre des années pour obtenir satisfaction. » Mais pourtant le sélectionneur national, Ivica OSIM, compte rassembler les joueurs selon toutes les nationalités pour préparer le prochain championnat d’Europe. OSIM souhaite que le foot réussisse là où la politique a échoué. 

Son capitaine, Dragan Pixie Stojković tient le même discours avant le match contre la Hollande : « On ne pense pas à nos malheurs, on ne parle que football. De cet Euro où nous resterons compétitifs. Parce qu’au dernier moment nous réussirons l’union sacrée ». Ce 25 décembre il manque à l’appel seulement 3 joueurs sur la liste des appelés. Le premier est le slovène de la Sampdoria Srečko Katanec et si ce dernier à l’aval de la fédération slovène pour défendre les couleurs de la Yougoslavie en juin en Suède, son club est en passe de se qualifier pour la finale de la première ligue des champions de l’histoire et est resté à disposition de son club. Plus délicat est le cas des deux Roberts. Prosinečki et Jarni tous deux des joueurs cadres de la sélection yougoslave post mondial italien. La fédération croate n’autorise pas Prosinečki et Jarni à intégrer l’équipe de Yougoslavie contre l’avis des principaux intéressés si on en croit les témoignages de leurs ex-coéquipiers en sélection. Ils ne seront pas du voyage en Hollande mais Ivica Osim ne désespère de les emmener en Suède. Donc c’est sans croates mais avec des slovènes (Milani, Novak…), des bosniens (Hadžibegić, Baždarević,…), des monténégrins (Brnović, Savićević …) et une majorité de serbes, l’ossature de cette équipe étant basée sur la grande équipe de l’Etoile Rouge de Belgrade des dernières années. Cette équipe s’inclinera 2-0 dans un match à oublier mais ce qui inquiète son sélectionneur ce n’est pas ce match mais comment organiser son Euro. Après ce match, aucun match amical n’est prévu au programme. Osim face à la presse déclare : « Nous une petite chance de jouer contre l’Inter en mai à condition de trouver une date. Et puis on fera comme d’habitude. Improviser est une qualité typiquement yougoslave ». Nous sommes le 25 mars 1992, le sélectionneur, les joueurs pensent se revoir le 25 mai avant de décoller le lendemain pour la Suède et sur place disputer 2 ou 3 matchs contre des équipes locales avant le début de la compétition officielle. Mais le mois suivant, en avril, suite à la reconnaissance de l'indépendance de la Bosnie par l'Union européenne, la guerre de Bosnie éclate. En mai 1992, le Conseil de sécurité des Nations Unies par la résolution 757, met en place un embargo contre la Yougoslavie, l’UEFA suivra et la Yougoslavie restera à quai faisant le bonheur footballistique des danois. On ne peut pas réécrire l'histoire mais en revanche on peut imaginer la sélection potentielle qu'Osim aurait pu emmener en Suède, OSP s'est prêté à cet exercice de retenir 21 joueurs de l'ex-Yougoslavie, cela donne le vertige :  
Et voici en vidéo le résumé de la rencontre. La Yougoslavie s'incline 2-0 en craquant à deux reprises en quatre minutes. Kieft et Wouters qui marquent pour les bataves à la 64ème et 68ème minutes. 


Et la fiche de la rencontre puis quelques clichés de cette rencontre historique :
Sources : 
France Football °2399 (31 Mars 1992)
France Football n°2491 (4 janvier 1994)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...