Le jour où l'équipe de France à joué avec le maillot de l'OL

Nous sommes le 12 février 1969. Au stade de Gerland, l’équipe de France affronte la Hongrie. Vous n’en trouverez aucune trace dans les listes des matches internationaux parce que ce match n’est pas officiel. La Fédération hongroise a accepté de venir jouer en France à condition que le match ne soit pas considéré comme une rencontre internationale. Pourtant, c’est bien la sélection A hongroise qui entre sur la pelouse de Gerland pour affronter l'équipe de France A. Dans l’Equipe du jour, qui présente la rencontre, on lit que les Français joueront tout en blanc et les Hongrois en rouge. Mais à une heure du coup d’envoi, les Hongrois font savoir qu’ils joueront en blanc. Panique dans le camp français qui n’a pas prévu de tenue de rechange. Neuf ans plus tard, contre la même équipe de Hongrie (décidément), les Français connaîtront les mêmes péripéties, lors de la Coupe du monde 1978 en Argentine et parcourront toute la ville de Mar del Plata pour récupérer un jeu de maillots (rayés vert et blanc) du club amateur de Kimberley (Voir le sujet  : le jour où les bleus ont joué avec des maillots de pêcheurs). A Gerland, Michel Hidalgo (qui fait partie de la délégation en tant que représentant du Conseil fédéral) n’a pas à faire autant de chemin pour dégoter de nouveaux maillots. Ce sont les Lyonnais qui lui fournissent un jeu compatible avec la tenue des Hongrois et qui permettra la retransmission du match à la télévision (Michel Drey et Michel Drucker au commentaire). C’est ainsi que l’équipe de France arborera, pour la seule fois de son existence, un lion à la place du coq. Et que les Stéphanois Bereta, Bosquier, Larqué et Revelli auront porté une fois dans leur vie le maillot de l’OL. Voici quelques clichés de l'Equipe sur cette rencontre incroyable et à noter qu'il n'y a aucun lyonnais sous le maillot franco-lyonnais !!En effet, Jean Djorkaeff vient de quitter Lyon pour Marseille et Jean Baeza lui n'a pas encore signé à l'OL
De g à dr : Bras, Bereta, Revelli, Michel, Loubet, Novi, Rostagni, Baeza, Djorkaeff, Baratelli, Bosquier
La rencontre se termine sur le score de deux partout dans un stade de Gerland vide (4 250 spectateurs payants) et frigorifié.C'est le ballon d'or 1967, Florian ALBERT qui ouvre la marque en remportant son face à face avec le gardien tricolore. Ensuite les bleus réagissent bien avec une égalisation juste avant la mi-temps signé du stéphanois Hervé REVELLI sur un service de Loubet. Juste après la mi-temps alors qu'il vient de faire sa rentrée, c'est le rennais louis FLOCH qui donne l'avantage aux bleus (62ème minute) avant que trois minutes plus tard, le hongrois Rakosi égalise sur une cagade du débutant Dominique Baratelli. En effet comme les hongrois ne voulaient pas que cette rencontre soit une rencontre officielle, ils ont exigé que la moitié de l'équipe soit constitué de joueurs espoirs. Ainsi les jeunes Dominique Baratelli, Jean-Paul Rostagni, Henri Michel, Jean-Michel Larqué, Jacques Novi, Jean-Claude Bras et Louis Floch font leurs grands débtuts avec la France A mais sans que cette sélection ne soit officialisé. Voici un résumé de la rencontre grâce aux archives de l'INA :



Des stéphanois sous le maillot lyonnais

Et il est amusant de voir Georges Beretta et Hervé Révelli, sans aucun doute les deux Stéphanois qui ont le plus brillé dans l'histoire du derby (voir le sujet : Paroles de Derby), avec le maillot lyonnais au moment de la Marseillaise :
D'ailleurs il est amusant, quelques années plus tard d'entendre les anciens verts se remémorer ce match (Source : le site des Poteaux Carrés)

Hervé REVELLI :  « Cette saison, avant le derby, j'étais au P'tit Vert, le restaurant de mon fils à Lyon, et un supporter lyonnais me dit : "Je ne savais pas que tu avais joué à l'OL." Je lui ai dit "arrête tes conneries, je n'ai jamais joué à l'OL". Et il me montre la photo sur son téléphone. Cela m'était complètement sorti de la tête » avoue  Hervé Revelli. « Nom d'un chien, c'est pas possible, comment j'ai pu oublier ça ! Le maillot de l'OL, ça doit marquer à vie. mais bon, il n'y a pas vraiment trahison, c'était l'équipe de France. On était obligés. On n'allait pas jouer torse nu quand même ! Maintenant ce serait une bombe ce truc-là mais à l'époque, même si les derbys étaient très tendus et que le maillot de l'OL c'était des gars à battre, on était un peu plus cool. »

Georges BERETA: « On ne l'a pas trop mal pris, on a rigolé de jouer avec le maillot de Lyon. Mais c'était une période où on dominait vraiment les derbys. Des 6-1, des 7-0... »

Bernard BOSQUIER : « J'ai porté le maillot de l'OL, il était très beau. Cela ne m'a rien fait de spécial, ça ne m'a pas fait mal. Cela a chambré un peu, c'est tout. Sur le coup, ça nous a fait rigoler. L'equipe de France qui arrive sans maillot, vous imaginez ? »

 Jean-Michel LARQUE est quant à lui amnésique. :  « Cela ne m'a pas marqué du tout, je n'en ai aucun souvenir. Cela commence comme ça, je suis cuit... »

Sources
Le Progrès (Christian Lanier)
OL-ASSE, histoire d’une rivalité de Sébastien Vuagnat et Cyrille Collot (Ed. La Taillanderie)
Le blog de Didier Braun : "Une autre histoire du foot" (malheureusement ce blog n'existe plus)
Vidéo INA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...