Le jour où Geoffroy-Guichard a chanté "Allez l'OL"

Le contexte : Samedi 20 Avril 1985 - 31ème journée de D2 (Groupe B) 

Dans ce championnat de division 2 séparé en deux groupes de 18 équipes, avec la victoire à deux points seul le premier de chaque groupe est assuré de monter directement en division 1. Dans le groupe B, Nice après une saison incroyable a deux points d'avance sur St-Etienne à trois journées de la fin. Mais les verts relégués la saison précédente ne comptent pas s'éterniser au purgatoire du football français et surtout ils veulent éviter l'enfer des barrages. Alors après un début de saison laborieux où il a fallu se remettre du traumatisme post affaire de la caisse-noire, l'ASSE s'est lancé à la course poursuite des aiglons et ça rigole pas avec 29 points engrangés sur 32 possibles lors des 16 derniers matchs soit une série de 13 victoires et 3 nuls ! En face, les aiglons niçois réalisent un parcours tout aussi impressionnant et tout le monde pense connaître l'issue du match au stade du Ray au moment où Nice doit recevoir des Lyonnais qui pataugent dans la seconde moitié du classement. Le Stade du Ray est une bastide imprenable et l'OGC Nice reste sur une impressionnante série de plus de soixante rencontres d'invincibilité dans leur antre. 
Et ce n'est pas un Olympique Lyonnais moribond qui peut changer la donne. Entre Rhône et Saône, le football vit ses heures les plus noires. Après avoir flirté avec les dernières places du classement pratiquement toute la saison et une fois que côté sportif cela va un peu mieux (Surtout avec la mise en retrait des stars Lacuesta et Larios, non impliqués professionnellement dans le projet de remontée de l'OL) c'est du point de vue financier que l'OL va friser la correctionnelle. Trois jours avant le match de Nice, Jean-Claude Darmon, le grand argentier du football français de l'époque, va injecter 200 000 Francs nouveaux dans les caisses de l'OL pour éviter le dépôt de bilan. Autre problème qui en dit long sur la situation lyonnaise et l'état des finances du club, la star et avant-centre Sima Nikolic après une altercation dans la semaine avec Antoine Rossi (vice-président de l'OL) sur son salaire, menace de tout claquer et rentrer en Yougoslavie. C'est son coéquipier André Ferri qui va le ramener à la raison. Enfin pour conclure cette semaine noire, le jeune espoir du centre de formation un certain Rémi Garde, s'est fait opéré d'une rupture des ligaments croisés qui va le rendre indisponible plus d'un an. Un véritable frein dans sa carrière, lui qui était devenu un des choix préférentiels de l'entraîneur lyonnais Robert Herbin malgré son jeune âge. Pour la petite histoire et pour conclure sur les malheurs du jeune Rémi Garde, les ligaments croisés est vraiment un point sensible dans sa famille, car il fût opéré le même jour que son frère, victime de la même blessure en même temps alors qu'il jouait en amateur avec son équipe de l'Arbresle…
Bref rien de va plus du côté de Gerland et pourtant l'impensable va se réaliser. L'incroyable s'est donc produit et Nice a enregistré sa première défaite depuis plus de quatre ans à domicile, sans doute au plus mauvais moment de la compétition car les verts de Saint-Etienne possèdent une plus grande différence de buts. EN moins de dix minutes les hommes de Robert Herbin ont littéralement assommé des aiglons bien trop fébriles. Tout d'abord sur un centre de Franck Durix c'est l'avant-centre Sima Nikolic qui expédie une superbe reprise de volée dans les filets d'André Amitrano. Comme quoi, l'action d'André Ferri a été bénéfique pour les lyonnais de convaincre l'attaquant yougoslave de rester à l'OL quelques jours plus tôt. On jouait la 25ème minute et 9 minutes plus tard, c'est le jeune milieu de terrain, le talentueux Franck Durix qui mettait KO les niçois avec un but de la tête. 2-0 à la mi-temps personne ose y croire et c'est ce qui va déclencher une réaction en chaîne du côté du Forez. A Geoffroy Guichard, ils sont pratiquement 10 000 spectateurs à être venu voir les verts faire le job face à une très faible équipe de Martigues. Bien que fatigués de leur qualification en coupe de France face à Lens, Les stéphanois n'ont guère connu de problèmes pour venir à bout d'une équipe martéguale ne se trouvant pas en situation précaire par hasard. Une victoire 4-1 avec un doublé de Roger Milla mais surtout un but fantastique en seconde période de Jean-Luc Ribar. Mais le vrai spectacle va être dans les tribunes. En effet la grande mode au milieu des années 80 c'est de venir au stade avec sa radio, ainsi après le deuxième but de Durix, l'info se répand comme une trainée de poudre dans les travées de Geoffroy Guichard et arrive la scène surréaliste où en plein match des verts, à St-Etienne, le public va scandé et chanter des "Allez l'OL, Allez l'OL !!". Comme je sais que c'est dur à réaliser, voici la vidéo des faits et dessous une coupure du France Football du Mardi 23 avril 1985 (N°2037) : 


Mais l'histoire ne s'arrête pas là, quand en seconde période, les verts plient le match le public reste après le coup de sifflet final car on joue encore à Nice. Et la fin du match contre les lyonnais fut vécue en direct à Geoffroy Guichard via le speaker du stade qui commentait les dernières minutes avec le transistor collé à l'oreille. Lyon va l'emporter 3-1 à Nice. St-Etienne va repasser leader à trois journées de la fin avec une remontée incroyable sur des Niçois qui font un parcours quasiment parfait jusqu'à ce faux pas à la maison face à des lyonnais méconnaissables de qualité. Une équipe de Lyon qui se réveille pour offrir sur un plateau la première place à l'ennemi de toujours mais pour la petite histoire, les verts n'en profiteront pas. En effet Sainté s'incline à Montpellier lors de l'avant-dernière journée et laisse à Nice la première place qui fait le sans faute lors des trois derniers journées avec trois victoires pour assurer sa remontée dans l'élite directement. Pour St-Etienne ce sera les barrages et une élimination dès le premier tour face à Rennes. Sûrement la fatigue d'une longue saison avec un superbe parcours en coupe de France également et beaucoup de forces psychologiques dépensés dans ce sprint sur Nice avec l'issue qu'on connait. L'ASSE remontera la saison suivante en finissant largement première de son groupe quand à Lyon il faudra attendre l'arrivée d'un certain Jean-Michel Aulas mais ceci est une autre histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...