Platini « CAPO CANONNIERE » 1983-84

Michel PLATINI avait atteint, lors de cette saison 1983-84, la plénitude dont tout footballeur rêve un jour. Il jouait, il créait, il inventait et, suprême réalité, au-delà de l'art il gagnait : champion d'Italie, meilleur buteur du Calcio (20 buts dans un championnat ne comprenant que 30 journées), vainqueur de la coupe d'Europe des vainqueurs de Coupe avec la Juventus, champion d'Europe et meilleur buteur de la compétition avec cet incroyable total de neuf buts en cinq matches (voir le sujet : Euro 1984 - Les 9 buts de Michel PLATINI) avec l'équipe de France. Il voulait tout et il l'obtenait, écrivant "droit avec des lignes courbes", faisant naître à chacune de ses apparitions sur le rectangle vert la magie de son football. Jamais depuis Di Stefano, Pelé et Cruyff, un joueur n'avait autant accumulé les superlatifs, gagné autant de titres en une seule saison et mieux touché le cœur de tous les publics et pas seulement dans son pays. Car Platini en seulement deux saisons est devenue une icône en Italie. Le grand Gigi Riva n'hésite pas à dire de Platini qu'il est "le joueur universel", la presse transalpine est unanime. Ainsi le "Roi Michel" est décrit comme "le joueur européen le plus spectaculaire du ballon rond" par la Corriere della Sera, la  Gazetta dello Sport est plus concise et surnomme Platini "Le Professeur" en français dans le texte. D'ailleurs il est intéressant de s'arrêter un moment sur la saison 1983-84 de Platini vue par la Gazetta dello Sport, le plus grand et le plus ancien quotidien sportif italien.

Comme chez nous avec l'Equipe ou France Football, la Gazetta note à chaque journée les joueurs et le classement final est un trophée virtuel qui a énormément de valeur dans le Calcio. Comme de bien entendu, cette saison-là c'est Michel Platini qui rafla la mise avec une moyenne annuelle sur la saison de 6.94 (les joueurs sont notés sur 10). C'est tout simplement la meilleure performance individuelle depuis que le quotidien a mis en place ce système de notation en 1982 et qui est toujours en vigueur aujourd'hui. L'admiration - l'adoration pour les italiens - que l'on porte au joueur Platini tient aussi à une contradiction. Dans la logique des choses et dans sa position de centrocampista avanzato, il ne devrait pas marquer autant de buts, à la différence par exemple d'un Zico qui se tient, lui, en position de seconda punta. Or, il en marque à la pelle sous le maillot de la Juventus tout comme celui de la France. Voici comment le décrit son entraîneur à Turin, Giovanni Trapattoni : "Michel est le meilleur joueur du monde à son poste, le meilleur demi d'attaque. Il joue déjà la balle avant de la recevoir et après avoir photographié tout le terrain". Mais au niveau des déclarations, c'est son président, l'ex-gloire du club, Gianpiero Boniperti qui résume le mieux l'apport à la Vieille Dame de Platini : "Pourquoi nous sommes champions ? La différence entre la Juve et les autres équipes ? Elle s'appelle Platini". Dans un précédent sujet on avait vu tous les buts de Platini de la saison 1982-83 dans le Calcio raconté par lui-même (Platini « Capo Canonnniere » 1982-83). Cette fois-ci, pour la saison 1983-84, après la vidéo de tous les buts du Roi Michel, les dessins de Paolo Samarelli de ces vingt réalisations (n'hésitez pas à cliquer sur les dessins pour une meilleure résolution) :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...