L'exode des français en Premier League

L'arrêt BOSMAN a complètement changé le football français et si une de ses premières conséquences immédiates a été un flux important de départs vers le Calcio au milieu des années 90 cela n'a été sans commune mesure avec l'exode du début des années 2000 en Eurostar vers la perfide Ablion. En feuilletant l'album Merlin (l'équivalent de Panini outre-Manche) de la saison 2003-04 on constate que pas moins de quarante quatre joueurs français y figurent. Alors bien sûr quand on se remémore cette saison 2003-04 on pense tout de suite aux "invincibles" Gunners et leurs Frenchies qui ont terminé la saison invaincus et champions mais la diaspora française ne se limitait pas à Highbury. Fulham, Manchester City ou encore Chelsea avaient de nombreux joueurs français et si il y a de nombreux internationaux il y a aussi eu pas mal de joueurs tentés par l'aventure et surtout, il ne faut pas se leurrer, tentés par une livre sterling forte et un système fiscal plus avantageux. Du coup c'est très intéressant de revoir globalement cette diaspora car elle est très hétérogène. Il y a des bleus charismatiques, champions du monde et/ou champions d'Europe tels que les Barthez, Desailly, Petit, Dugarry, Djorkaeff, Pires, Vieira, Wiltord, Henry, Anelka..., des joueurs qui seront des cadres de l'équipe de France (Makélélé, Gallas, Sylvestre, Saha...), des joueurs partis se relancer (Ibou BA, Bruno N'Gotty...), des bons joueurs tout simplement qui vont faire des carrières plus qu'honnêtes en PL (Distin, Malbranque, Legwinski, Sibierski, Robert...) et il y aura aussi les espoirs déchus. Je vous invite en fin de topic à voir mon Top 5 des flops français en Premier League. En attendant voici les quarante quatre joueurs français présent dans l'album Merlin de Premier Leaque 2003-04

Et voici mon XI français de cette saison 2003-04 en Premier League. Vous avez le droit de ne pas être d'accord et de faire vos suggestions, mais il vous faudra de solides arguments pour que j'enlève Steed Malbranque. Vous êtes prévenus :
Et le Top 5 des flops français en Premier League :

Vincent PERICARD
Ancien grand espoir du football français formé à Saint-Etienne, il part à 17 ans à la Juventus pour jouer aux côté de Zidane et Trézeguet. Il ne jouera que deux rencontres en trois ans et file en 2002 en Angleterre à Portsmouth. Malgré une relative bonne première saison, sa chute vers les bas fonds est inexorable dut à une vie dissolue dans la fête et l'alcool. En 2007 il fera quatre mois de prison suite à divers excès de vitesse à répétition. En sortant de prison, il se remet au football mais sa carrière est terminée tant soit elle qu'elle fût déjà commencée.

Olivier BERNARD
Formé à l'Olympique Lyonnais, il ne jouera pas une seule fois sous les couleurs de l'OL et il part à Newcastle où au final il joue assez régulièrement entre 2002 et 2005 mais eu égard à son potentiel on peut parler d'échec car ce joueur avait de l'or dans les pieds. Malheureusement il achèvera sa carrière à seulement vingt-sept ans suite à des problèmes récurrents à la hanche

David BELLION
Formé à l'A.S. Cannes, David Bellion a signé son premier contrat professionnel à l'été 2001 avec Sunderland. Les Blacks Cats sont relégués mais David Bellion est remarqué par Sir Alex Ferguson et à l'été 2003, il signe un contrat avec Manchester United. Alex Ferguson dit alors du Français: "C'est un jeune avec un immense potentiel et qui fera partie de l’avenir du club". Mais Bellion ne s'imposera pas à Old Trafford et avec seulement cinq réalisations en cinq saisons de Premier League on peut dire que pour une fois Sir Alex Ferguson n'a pas eu le nez creux.

Jérémie ALIADIERE
À l'âge de 16 ans, il rejoint le club anglais d'Arsenal. Il est alors considéré comme l'un des plus grands espoirs du football français. Le club anglais débourse une somme très conséquente pour s'attacher ses services (2.3 millions d'€). Ce transfert connaît alors un certain retentissement médiatique, et devient l'exemple même du pillage de la formation à la française par les grands clubs étrangers. On connaît tous la suite,  un seul petit buts lors de ses quatre premières saisons à Arsenal pour l'attaquant français qui va alors enchaîné les prêts, les changements de clubs et surtout les pépins physiques avant de revenir en France et se faire remarquer du côté de Lorient.

Anthony LE TALLEC & Florent SINAMA-PONGOLLE
C’était le 30 septembre 2001. La France étrillait le Nigéria 3 à 0 à Trinitad et Tobago pour devenir champions du monde des moins de vingt ans. Florent Sinama-Pongolle, avant-centre, marquait ce soir là son neuvième but en six matchs, pour s’arroger le titre de meilleur joueur du tournoi, devant des joueurs comme Carlos Tevez ou Fernando Torres s'il vous plâit. Derrière lui en neuf et demi, son principal pourvoyeur de ballons, Anthony Le Tallec. Le début d’une belle histoire qui fait le tour de la presse française: les deux gamins, coéquipiers au Havre, sont cousins par alliance. Observés par les plus grandes formations européennes ils signent à Liverpool en 2002 mais jamais ils ne s'imposeront chez les Reds et tous deux feront chacun de leur côté, une honnête carrière professionnelle mais si loin de ce qu'on leur promettait en 2001.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...