Olive et Tom : Le Retour

On se souvient tous de la série Olive et Tom, diffusé pour la première fois en France en 1988 et qui avait fait l'objet de son propre album Panini (voir le sujet sur les Frères Derrick). Mais la série connut une suite bien des années plus tard et qui s’appellera en France, "Olive et Tom : Le Retour" (Captain Tsubasa : Road to 2002 en V.O). Cette série est une suite de la première série, bien des années plus tard où tous les protagonistes sont devenus professionnels et jouent dans les plus grands clubs japonais voir européen. Ainsi le héros de la Série Olivier joue au FC Barcelone au côté du Brésilien Nivaldo (oui c'est un peu comme les vieux PES où ils n'avaient pas les droits....). Le dernier épisode de la série se termine sur le coup d'envoi de la coupe du monde de football 2002 (au Japon) entre le Japon et le Brésil. Du coup un passionné (qui est resté anonyme) a crée les vraies vignettes Panini de cette équipe japonaise virtuelle. C'est un pur régal et on peut voir la destination de chaque joueur (Cliquer sur l'image pour une meilleure résolution). 

Matthias Sammer, ballon d’or 96

Le football est une mine d’or historique. On ne le dira sans doute jamais assez, le sport colle à la peau de l’histoire, tout comme il le fait pour la géographie. Qui saurait où se trouve Dniepropetrovsk sans les belles joutes européennes d’une coupe Intertoto dans la chaleur et l’ignorance du mois d’août ? Qui saurait situer Cluj sur une carte européenne sans les barrages de Coupe de l’UEFA du mois de juillet ? Des matchs sur lesquels les cotes Unibet pouvaient en faire frémir plus d’un ! Historiquement, le football regorge d’archives qui collent à l’actualité. Parfois avec joie, parfois avec larmes, parfois à cause de drames. C’est ainsi, le football est comme la vie, il va, il vient. Mais trêve de philosophie. Pour de nombreuses générations, le football c’est évidemment les fameuses vignettes Panini ! Echanges de cour de récré, lutte de looks improbables pour les plus anciens, concours de moustaches ridicules pour d’autres. Et revient à notre mémoire certaines stars d’une époque. 1996, vous souvenez-vous de cette année ponctuée d’un Euro ? 


L’époque où les Allemands finissaient par toujours gagner à la fin. C’est toujours un peu vrai aujourd’hui d’ailleurs, mais avec les Espagnols ! Cette année-là, on était loin d’un débat entre les pros Messi et les pros Ronaldo pour remporter le Ballon d’Or. Non, cette année-là on récompensait un joueur défensif avec la plus belles des distinctions personnelles de ce sport collectif. Un paradoxe jamais résolu soit dit en passant…Matthias Sammer, icone du Borussia Dortmund, devenu icone mondiale au plus jeune âge. Une mentalité exemplaire, une carrière parfaite. Et une reconversion tout aussi réussie au début des années 2000 comme entraîneur, avec là aussi des trophées. Quand on pense à la vignette Panini de Sammer, on pense à la fidélité, l’incarnation des valeurs, une autre idée du football, dont certains sont parfois nostalgiques, à tort ou à raison. Pourtant, même Sammer a suivi l’évolution du football. Légende de Dortmund, il est aujourd’hui directeur sportif d’un autre club allemand, le grand Bayern Munich. Peu importe les valeurs et la fidélité, quand on prêche pour sa paroisse, on oublie. C’est ainsi que le rouquin a suivi la trajectoire du football moderne ! Et voici la carrière de Matthias SAMMER en Panini :

Panini Fail : Andrès ESCOBAR

When I posted his picture on the topic of Colombia 1994 everybody ask me the same question : Where is Andrès ESCOBAR ?
If Escobar's sticker is absent it's only because when Panini published their album the colombian defender was injured and by the way not with Colombian team the day of the official shot. But In Colombia and some countries Panini would repaired this fail and they called the right man : The trainee photoshop. So the sticker's wizard took the 1990's sticker then he reversded it and he painted in yellow the colombian kit Well done another time Mr traine photoshop.
Source : Bestario del Ballon (greatest colombian football blog)

Old School Panini for this topic : "Andres ESCOBAR flingué pour un but contre son camp" created his own Escobar's sticker and I'm proud of it when I see the Panini fake one

La plus belle des collections ?

Il arrive souvent sur OSP que les artistes qui aiment le football soient mis à l'honneur et aujourd'hui c'est au tour de l'un des plus talentueux d'entre eux, Diego Parpaglione. D'autant plus que si Diego, comme tout argentin qui se repecte, aime le football, il a la bonne idée de faire ses propres vignettes (Figuritas comme on dit là-bas). Du coup ça nous donne une collection fantastique. Dans un premier temps vous verrez une petite série sur la prochaine coupe du monde puis quelques classiques (ainsi que ses secrets de fabrication) mais d'hors et déjà je vous invite à découvrir son travail sur son blog : Parpa Caricutas et à le suivre sur Twitter. Allez faire un tour sur son blog car à mon avis si il voir de nombreuses visites liés à ce sujet ça va l'encourager à en faire plus ;-)

World Cup 2014
The Classics
Behind the scenes
Voici comment travaille Diego sur Diego :
Et le résultat :
More stickers and the fantastic work of Diego Parpaglione here : Parpa Caricutas

Thiago & Rafa Alcântara's father

Iomar do Nascimento, known as Mazinho is a Brazilian footballplayer. He had 35 caps with the Brazilian national team with the first one coming in May 1989 in a friendly against Peru and the last one during the 1994 World Cup.His main achievement was winning the 1994 World Cup where he was the third member of the three men and baby celebration with Bebeto and Romário in the quarter-final win against the Netherlands. Mazinho was also a Copa América winner in 1989 at which point he was playing as a full-back for Brazil. He was also named in the squads for the 1990 World Cup and the 1991 Copa América and won a Silver medal at the 1988 Olympics. Mazinho played for many teams in Europe and during the 1990-91 season when he was in Itlay for the club of Lecce he had a child : Thiago Alcântara do Nascimento but everybody knows him today as Thiago Alcântara. Then he had another son in 1993 when he played at home with Palmeiras. His second son is Rafael Alcântara do Nascimento commonly known as Rafinha. Both are former Barcelona players but Thiago plays now for Spain (and Bayern München) and Rafinha is still a Barcelona player (loan to Celta this season) and plays for his native country with Brazil U20.
Thiago the spanish and his father Mazinho the brazilian
The Alcântara brothers under FC Barcelona uniform

The Child Catcher

As you know I like to put some looks a likes on the OSP's Twitter account and the other day when I posted a sticker of Kevin HIRD with Leeds United (season 1979-80) one of fou suggest he's the double of a ugly character from Chitty Chitty Bang Bang movie (1968) : The Child Catcher. Even if I like your help all year long to find new looks a like for this time I'm sorry but I disagree. 

Comme vous savez j'aime bien ajouter des sosies sur le compte Twitter d'OSP et l'autre jour lorsque j'ai posté cette vignette de Kevin HIRD avec Leeds United (saison 1979-80) l'un d'entre vous avait suggéré comme sosie, le personnage du film Chitty Chitty Bang Bang movie (1968) : Le "Child Catcher". Alors même si j'apprécie votre précieuse aide toute l'année sur ce coup-là, je suis désolé de ne pas être d'accord.
I'm sorry but everybody knows that the real Child Catcher is Arsene WENGER
Je suis désolé mais tout le monde sait que le Child Catcher n'est autre qu'Arsène WENGER
Courtesy of : Who ate all the pies

L'histoire incroyable des Gudjonhsen

Si vous suivez la rubrique des Famous Father sur OSP vous vous êtes rendus compte que nombreux sont les fils de footballeurs à avoir percé au plus haut niveau (et je suis loin d'avoir bouclé la boucle). Mais le cas qui suit est assez rare pour être mentionné. Tout d'abord une petite piqûre de rappel sur les carrières respectives des Gudjonhsen. Tout d'abord avec le paternel, Arnor Gudjonhsen. Le jeune attaquant islandais quitte rapidement l'anonymat du championnat local (après une saison en première division et à seulement 17 ans) pour la Belgique et le club de Lokeren où il évoluera en attaque aux côtés du bison danois Preben Elkjaer Larsen. Après quatre saisons à Lokeren il file dans le plus grand club de Belgique et une des toutes meilleures formations d'Europe, Anderlecht. Ce sera l'apogée de sa carrière durant sept saisons où il remportera trois fois le championnat de Belgique et disputera une finale de coupe de l'UEFA (Il sera le malheureux qui ratera le dernier tir au but de la finale qui donna la victoire aux Tottenham Hotspurs). Après Anderlecht, on le retrouve en France où il signe chez les Girondins de Bordeaux qui sont alors en pleine tourmente. Il accompagnera les Girondins à l'échelon inférieur suite à une relégation administrative et sera champion de deuxième division avec les Lizarazu et autre Dugarry. La suite c'est une fin de carrière en Suède où il jouera jusqu'à  quarante ans.

Le fiston c'est Eidur, qu'on a aussi connu en France, lors d'un passage à l'AS Monaco en 2009-10 mais qui ne restera pas parmi les plus beaux moments de sa carrière. En effet Eidur Gudjonhsen a connu une très belle carrière. Si l'attaquant islandais a connu de nombreux championnats et de nombreux clubs, dans le désordre : PSV Eindhoven, Bolton Wanderers, Tottenham, FC Barcelone, Fulham, AEK Athènes, Cercle Bruges, Clubb Bruges... on notera qu'il aura atteint le sommet de sa carrière à Chelsea sous les ordres de José Mourinho. Eidur GUDJONHSEN a joué à Chelsea six saisons à Stamford Bridge entre 2000 et 2006 et en 186 rencontres de Premier League il a inscrit 54 buts. Il remportera deux fois le championnat en 2005 et 2006 sous les ordres du Special One, ainsi qu'une coupe de la ligue en 2005 avant de partir à Barcelone où il ne s'imposera jamais. Mais l'histoire qui nous intéresse est que le père comme le fiston ont été internationaux. Et le 24 avril 1996, alors que l'Islande joue un match amical en Estonie, les deux hommes vont entrer dans l'histoire du football. En effet à la 62ème minute, alors que l'Islande mène 3-0, le sélectionneur Logi Olafsson fait sortir le père Arnor pour le remplacer par le fistion Eidur. Je vous laisse découvrir les images :



A la suite de la rencontre et malgré le côté hautement symbolique de l’événement, Arnor Gudjohnsen est déçu et remonté contre son entraîneur car lui voulait jouer avec son fils comme il l'avait prédit aux journalistes bien des années auparavant (neuf années pour être précises, dans un show TV). D'autant que sa déception fut accentué dans les jours qui suivirent quand Eidur se fractura la cheville, une vilaine blessure qui retarda sérieusement sa progression et de fait les deux hommes n'ont jamais pu joué ensemble sous le maillot islandais par la suite.

ZLATAN aime les rayures

Au cours de ces sept saisons en Serie A, Zlatan a inscrit 122 buts en 219 rencontres, un total impressionnant quand on connait la culture défensive du Calcio. En outre le suédois a été quatre fois champion d'Italie (les tifosi de la Juve diront six avec les deux titres enlevés après le scandale du calciopoli) et il a été élu trois fois meilleur joueur de l'année et quatre fois meilleur joueur étranger de Serie A. Pourtant malgré tous ses hauts faits d'armes, Zlatan n'est pas laissé un souvenir impérissable dans le cœur des Tifosi, pourquoi ? Tout d'abord parce qu'il a décidé de quitter le club où il se trouvait à chaque fois qu'on lui proposait un contrat plus intéressant et surtout il a porté les couleurs rayés des trois plus grands clubs rivaux en Italie :

Le petit frère de KAKA

En 2003, quand Kaka quitte son club formateur de Sao Paulo pour rejoindre le Milan AC, il emmène dans ses valises son jeune frère Digao, de trois ans son cadet. Digao est lui aussi un pur produit du SPFC à la différence, qu'il évolue en défense. Ensuite pour les comparaisons on peut s'arrêter là. Le Milan AC le prête immédiatement à la la Sampdoria. En effet, le club lombard ayant dépassé le quota de joueur extra-communautaire. Un an plus tard, il revient chez les rossoneri, pour être prêté deux ans à Rimini, en Serie B. Il revient en 2007-08 au Milan et va disputer un seul et unique match pour les rossoneri et la suite ça va être une série de transfert qui vont l'emmener en Belgique, au Portugal, aux Etats-Unis et un retour aussi en Italie. Dans l'ordre : Standard de Liège, Lecce, Crotone, FC Penafiel (Portugal) et NY Red Bulls. Au total le jeune frère de Kaka comptabilise au plus haut niveau 37 rencontres dont deux seulement en première division (Une avec le Milan AC en Serie A et une autre avec le Standard en Jupiler Pro League). On est très loin de la carrière du ballon d'or 2007 

Dans la série il n'y a pas que Trifon : MOSCARDELLI

Que d'air frais dans cette rubrique, d'habitude pour les Trifons je pioche allègrement dans les albums Panini des années 70 ou 80 mais dans le dernier album du championnat italien pour la saison 2013-14 il y a un sacré phénomène. Davide MOSCARDELLI a compris tout l'intérêt du style Trifon. Il y a quelques saisons il n'était qu'un modeste attaquant qui exerçait son talent dans l'antichambre de la Serie A. 
Mais ça c'était avant et depuis, il a adopté pour le parfait look de bûcheron du grand nord et comme par hasard sa popularité est au sommet de l'autre côté des Alpes, où il évolue désormais en Serie A et ses comptes Twitter ou Facebook compte plusieurs dizaines de milliers de followers.
Une barbe ça vous change un homme. 

Il Parigi Santo Germano

Je pense qu'on peut dire que le dirigeants de QSI et Nasser Al-Khelaïfi aiment faire leur shopping en Italie. Regardez ce onze parisien composé que d'anciens pensionnaires du Calcio.

UK Football Team - Liverpool F.C 2014

A quelques journées de la fin de championnat d'Angleterre 2013-14, Liverpool est plus que jamais en course pour remporter son premier titre de champion depuis 1990, une éternité pour cette institution du football Outre-Manche. En tout cas nombreux sont les amoureux du football a qui cela ferait plaisir de voir à nouveau les Reds au sommet de la Premier League et pour ma part, je pense que ce serait une juste récompense pour l'ensemble de la carrière de Steven Gerrard que de le voir au moins une fois champion avant qu'il ne raccroche les crampons. Mon ami Mathieu (qui signe les illustrations d'OSP) a réalisé sur son Tumblr Football Trafic cette merveilleuse GIF sur les Reds 2013-14 :
Et voici les vignettes des Reds 2013-14. Je suis désolé il manque la vignette de Martin SKRTEL, qui, à mon avis, est le meilleur joueur de Liverpool cette année derrière l'incroyable et intenable Luis Suarez. 

La sacrée soirée de Fleury DI NALLO

Fleury DI NALLO a marqué l'histoire de l'Olympique Lyonnais et plus particulièrement en coupe de France où ses exploits sont légions. Avec 5 finales en 10 ans et 3 succès, la compétition la plus populaire de France était son petit jardin. Mais aujourd'hui on ne vas pas parler de ses performances sur le terrain mais de la bonne étoile qui était au-dessus de sa tête. En effet lors de la victoire en 1967, c'est le capitaine Fleury Di Nallo qui qualifia l'OL en demi-finales grâce à la providence du hasard. En effet en demi-finale contre Angoulême, l'OL n'arrivera pas à s'imposer en 3 matchs (A l'époque, comme en Angleterre aujourd'hui, pas de séance de tirs aux buts mais un replay en cas d'égalité). Ainsi le premier match, à Limoges, se termine sur un 3-3 alors que pourtant le score était de 3-1 à la mi-temps pour l'OL (doublé de Di Nallo au passage). Ensuite les deux équipes se retrouvent une deuxième fois, 15 jours plus tard à St-Etienne et se séparent sur le score de 1-1 bien que l'OL ait ouvert la marque dès la 3ème minute par Angel RAMBERT. Une troisième manche attend les protagonistes qui ne veulent pas se séparer. 7 jours après la manche de St-Etienne, Lyon et Angoulême se retrouvent à Marseille. Goujon pour Angoulême marque à la 34ème et Di Nallo égalise à la 55ème et comme d’habitude les deux équipes se quittent sur un score de parité. Et là pas de tirs aux buts, l'arbitre convoque les deux capitaines dans son vestiaire et va procéder à un tirage au sort, un pile ou face qui va envoyer une des deux équipes en finale. Le destin d'une saison dépendant du côté où une pièce de 5 francs va retomber. Les images qui suivent sont issus d'un numéro du Progrès, où les journalistes ont demandé à Fleury DI NALLO de commenter cette séance particulière. "Quelle angoisse quand je suis rentré dans la pièce. A ce moment là personne ne voulait rigoler, plaisanter. C'est Goujon le capitaine d'Angoulême qui avait choisi. Il prit face. Ça tombait bien je prenais toujours pile. La pièce est montée très haut. Sur votre photo Goujon semble détendu mais qu'on ne s'y trompe pas il était aussi tendu que moi. Nous nous sommes tous penchés pour mieux voir, mais il a fallu attendre quelques secondes pour avoir le verdict car la pièce est tombée sur la tranche et a tourné plusieurs fois sur le côté avant de s'arrêter". La suite on la connait, la pièce de 5 francs s'est arrêtée sur pile et l'OL allait en finale.  
Le fameux tirage au sort de cette demi-finale de Coupe de France
La déception fût énorme pour Angoulême qui était le petit Poucet de la compétition et qui avait fait exploit sur exploit pour arriver jusqu'en demi-finale, en éliminant Nantes (1-1 puis 1-0) et Lens (2-0), les Charentais étaient écartés de la compétition sans avoir subi la moindre défaite ! La FFF reconnaîtra par la suite la performance d'Angoulême et l'injustice du tirage au sort en décidant de faire demeurer la Coupe durant six mois dans la vitrine aux trophées du club. La finale opposait donc l'OL à Sochaux au Parc des Princes et bien qu'extrêmement équilibrée, l'OL s'imposait dans les dernières minutes (3-1) avec un dernier but signé Fleury DI NALLO bien sûr. Mais pour vous convaincre que Fleury Di Nallo a toujours eu de la réussite il ne faut jamais oublier cette anecdote incroyable. A la fin des années 80, alors que le petit prince de Gerland a raccroché les crampons depuis des lustres, le destin va de nouveau sourire pour l'ancien capitaine de l'OL. Alors qu'il a connu des moments très sombres (condamnation pour fraude à la carte bancaire), Di Nallo passe une soirée calme chez lui devant sa télévision en regardant l'émission de Jean-Pierre Foucault Sacrée Soirée. Au cours de l'émission il y a le célèbre jeu des 100 000 francs où apparaît à l'écran une date et si c'était celle de votre anniversaire il fallait appeler le standard. Donc ce soir-là quand s'affiche sur l'écran la date du 20 avril 1943, Fleury DI NALLO, né le même jour décroche le combiné et appelle TF1 et tranquillement installé dans son salon il venait de gagner 100 000 francs.
Et il aura même eu droit à la bise du grand Charles, tout souriait au Petit Prince

UK Football Team - Liverpool F.C 1990

Après avoir perdu le titre lors de la dernière minute de la dernière journée du championnat 1988-89 aux dépends d'Arsenal, les Reds de Liverpool savourent pleinement le titre acquis un an plus tard sur le pelouse de Queen's Park Rangers, lors de l'avant dernière-journée de l'exercice 1989-90. Kenny Dalglish, qui remporte son troisième titre comme entraîneur de Liverpool savoure après la victoire face à QPR : "Nous n'avons pas gagné le championnat aujourd'hui à la faveur des résultats de nos adversaires. Nous l'avons gagné parce que nous étions la meilleure équipe. C'est particulièrement satisfaisant parce que les joueurs ont vaincu la déception de l'année dernière alors qu'ils étaient à deux doigts de remporter le titre". Et le coach écossais a raison, Liverpool a été la grande équipe de ce championnat avec une véritable "dream team" à sa disposition. A la fin de la saison lorsqu'on distribue les prix, les joueurs des Reds trustent les premières places. John Barnes est élu joueur de l'année devant son coéquipier Alan Hansen (qui remporte son huitième championnat d'Angleterre !) avec une seule voix d'avance. Il y a tellement de talents dans cette équipe qu'il est vraiment difficile de sortir un joueur du lot, pour preuve lors de la quatrième journée, Liverpool explose à Anfield les malheureux joueurs de Crystal Palace, sur le score incroyable de 9-0 ! Et le plus impressionnant dans cette performance des hommes de Dalglish, c'est que cet après-midi là il y eut 8 buteurs différents pour les Reds. Voici en deux minutes chrono les neufs buts de Liverpool face à Crystal Palace :


Diego SIMEONE & German BURGOS

Diego SIMEONE et German BURGOS ont longtemps été coéquipiers. Tout d'abord avec la sélection argentine, notamment lors des coupes du monde 98 et 2002 ainsi que les Copa America 1995 et 1999. Les deux hommes ont aussi joué dans le même club en fin de carrière à l'Atlético de Madrid (tiens, tiens) en 2003-04. 
Après avoir raccroché les crampons les deux hommes deviennent entraîneurs et en 2011, Diego Simeone alors qu'il dirige Catane en Italie, appelle son ancien coéquipier pour qu'il devienne son assistant. Les deux hommes retournent ensuite au pays pour entraîner toujours en binôme, le Racing Club de Avellaneda avant de débarquer à l'Atlético en 2012. Voici les deux compères aujourd'hui où ils réalisent une incroyables saison à la tête des Colchoneros

Opération Dragon pour Jairzinho

Vous avez tous vu le film Opération Dragon avec Bruce Lee. Ce film est le dernier du maître des arts martiaux et l'intrigue se passe essentiellement sur une île où Bruce Lee participe à un tournoi d'art martiaux. Dans ce film on peut voir l'acteur Jim Kelly, lui aussi spécialiste des arts martiaux. 
Je sais la ressemblance entre l'acteur américain à gauche et le joueur brésilien à droite (vignette de 1974-75 quand il jouait à l'Olympique de Marseille) n'est pas flagrante. Mais il faut voir les deux hommes en tenue d'Adam et là c'est plus frappant (je trouve le terme bien trouvé, vu qu'on a pas mal parlé de Kung Fu dans ce sujet)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...