La mine de Serguei ALEINIKOV

Avant de revenir sur ce but, un petit rappel du parcours de l'URSS avant d'atomiser 6-0 la Hongrie un des outsiders de cette coupe du monde 19886 (qui avait terrassé le Brésil 3-0 en match amical peut avant le mundial). L'URSS arrache sa qualification au forceps lors de la dernière journée (victoire 1-0 face à la Norvège, pas très glorieux). S'en suit une campagne de préparation calamiteuse. En 3 mois et 4 rencontres amicales, le sort du sélectionneur MALOFEEV, va être scellé. 4 matchs et 4 défaites, contre l’Espagne, le Mexique, l’Angleterre (à la maison) et la Roumanie, c’en est trop pour les dirigeants à Moscou qui commence à envisager une solution de repli. La solution va venir de Lyon. Oh rien à voir avec l’OL qui se morfond en division 2 à cette époque là. Non le 02 mai 1986, à Gerland, le Dynamo de Kiev dynamite, disperse, ventile la défense de l’Atlético de Madrid qui repart du Rhône avec un petit 3-0 qui est finalement bien payé au vu du match. Une démonstration qui impressionne l’Europe entière et notamment les dirigeants soviétiques qui voient en Lobanosvki un sauveur lui qui avait trahi la cause 2 ans et demi plus tôt. Deux jours plus tard, MALOFEEV est remercié et remplacé par Lobanovski, à moins d’un mois du début du mondial et du premier match face à la Hongrie. Et le miracle va prendre. L'URSS sort des derniers matchs de préparations de haute volée avec une ossature calque sur le Dynamo de Kiev. Et bien que Lobanovski s'en défend à la veille du premier match des soviétiques lors du mundial mexicain : "Vous savez la sélection nationale ce n'est pas le Dynamo de Kiev, contrairement à ce que vous pouvez croire. Sachez bien que chez nous, il n'y a pas de titulaire à part entière. Tout le monde à sa chance et l'on fera probablement tourner l'effectif au gré de la forme de chacun". Donc ça ce sont ces paroles, les actes eux sont différents. Contre la Hongrie, Lobanovski aligne 9 joueurs du Dynamo de Kiev dans son onze de départ.
Le 11 de départ face à la Hongrie avec 9 joueurs du Dynamo de Kiev
Les deux exceptions sont le légendaire gardien du Spartak de Moscou, Rinat Dasaev et un jeune milieu de terrain du Dynamo de Minsk, Serguei Aleinikov. ëtre titulaire de cette équipe d'URSS en n'étant pas joueur du Dynamo de Kiev était déjà un exploit en soit mais en outre Serguei ALEINIKOV va se révéler être le meilleur joueur de l'équipe lors de cette démonstration 6-0 face aux Magyars. Le joueur de Minsk se permet même le luxe d'inscrie le plus beau but de la partie. Dès la 4ème minute de jeu il va porter la marque à 2-0 suite à une superbe remise du futur ballon d'or Belanov, Aleinikov des 25 mètres, d'une frappe sèche de l'extérieur du droit envoie une mine dans la lucarne de Peter Disztl. Je vous laisse admirer le travail :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...