HONDURAS 1982

Le Honduras réalise son plus grand exploit footbalistique au cours de la Coupe des nations de la CONCACAF 1981, qui tient lieu de tours préliminaires à la Coupe du monde 1982. Dirigée par le charismatique Chelato Uclés, la sélection termine en tête de la poule d'Amérique centrale et se qualifie pour la poule finale de la CONCACAF, qu'elle organise en novembre 1981 à domicile. Elle y termine de nouveau à la première place, devant le Salvador, le Mexique, le Canada, Cuba et Haïti, et remporte ainsi son premier titre de champion de la CONCACAF. Elle y gagne de surcroît son billet pour la phase finale de la Coupe du monde 1982, avec son dauphin le Salvador de Jorge "El Magico" Gonzalez. Cette équipe du Honduras ne va pas finir de surprendre la planète du football. En Espagne, pour son premier match, la sélection hondurienne arrive en pleine décontraction au moment d'affronter le pays organisateur. Si l'Espagne est un des favoris à la victoire finale, le Honduras lui est donner à 1 500 contre un par les bookamkers de Londres pour soulever le trophée un mois plus tard. Pourtant à la fin du match, l'Espagne perdit de son flambant et regagna les vestiaires sous les sifflets et les insultes de son public. En effet le Honduras tient en échec, à la surprise générale, l'Espagne, à Valence. Après l'ouverture du score précoce d'Héctor Zelaya, l'Espagne n'égalise qu'en fin de match sur un pénalty, qui fera couler beaucoup d'encres sur l'arbitrage maison qui va accompagner la Roja pendant sa coupe du monde. Car ce jour-là, il fallait bien l'aide de l'arbitre pour venir sauver les espagnols face à une équipe du Honduras, solidaire, avec un gardien de très haute valeur, des attaquants remuants et habiles et surtout des défenseurs et trois milieux de terrains remarquablement organisés et ayant apporté la preuve qu'une défense de zone bien faite était une sacrée garantie d'imperméabilité.

Donc on attendait évidemment avec curiosité la seconde sortie du Honduras face à l'Irlande du Nord après l'exploit réalisé face à L'Espagne. Et les 4 000 spectateurs seulement du stade Luis Casanova à Saragosse n'allaient pas être déçus. Car à défaut d'être des candidats au titre, les honduriens de Chelato Uclés vont administrer une nouvelle fois la preuve face aux irlandais du nord, qu'ils n'avaient décidément rien de "faire valoir" et que les deux ans et demis de préparation qu'ils ont subis avant de débarquer en Espagne, avec leur humilité rafraîchissante et bien sympathique, ont tout a fait porté leurs fruits. Malgré un bu concédé rapidement, la sélection de Chelato Uclés faisait l'essentiel du jeu et égalisèrent fort justement en seconde période. es deux équipes se séparaient sur ce score de un partout et cela donnait au Honduras son deuxième match nul en deux rencontres? Tout aussi mérité que celui face à l'Espagne. Le dernier match face à la Yougoslavie et sa constellation d'étoiles s'avérait décisif et une fois de plus le Honduras fut à la hauteur de l'enjeu, ne s'inclinant qu'à la dernière minute sur un pénalty, justifié cette fois-ci. Le Honduras quittait l'épreuve sur une faute de jeunesse mais avait été l'une des belles sensations de ce Mundial espagnol. Voici le résumé de la rencontre qui surprit toute l'Espagne.


Et voici en dessin les deux buts du Honduras lors de cette coupe du monde :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...