World Cup Top 100 - N°70 : Mario ZAGALLO

Si il y avait à donner l'exemple d'un brésilien exactement à l'opposé des qualités traditionnelles de ses compatriotes c'est bien Mario Zagallo qu'il faudrait choisir. Typiquement européen dans sa façon de sentir, voir et jouer les coups, il ne souleva jamais l'enthousiasme des foules sud-américaines, mais séduisit tous les entraîneurs qui l'eurent sous leur direction. De ce point de vue, il s'imposa toujours comme un pion essentiel, indispensable même à l'équilibre d'une équipe à laquelle il apportait un judicieux sens tactique. Évoluant côté gauche de l'attaque, mais décrochant fréquemment dans ce qui n'était pas encore considéré comme l'entre-jeu, il n'avait pas la brillance de ses complices de devant (le roi Pelé, Garrincha....), mais possédait ce petit quelque chose, cette intelligence méthodique qui fera de lui, après qu'il fut devenu double champion du monde (1958 et 1962), le coach de l'équipe nationale. 

Il y connut immédiatement le succès, en 1970, avec peut être ce qui reste l'équipe la plus belle de l'histoire de la coupe du monde. Il y connut également l'infortune lorsque son naturel austère, en 1974, prit le dessus sur les volontés offensives de ses garçons. Le public brésilien ne lui pardonna pas et il faudra 20 ans pour qu'il revienne en grâce. Après de longs périples, l'amenant dans des contrées exotiques, il revient en 1994 auprès de la Seleçao comme conseiller de son ami Carlos Alberto Pareira, qui fut son adjoint en 1970. Le Brésil gagnera de nouveau une couronne mondial et Zagallo redeviendra ensuite sélectionneur national. Il y connaîtra des succès (Copa America 97) et emmènera le Brésil en finale de la coupe du monde 98. Hélas pour lui, le revers cinglant en finale face à l'équipe de France mettra fin à son nouveau mandat. Mais Zagallo tel le phœnix reviendra une nouvelle fois aux affaires de la Seleçao, en 2002 pour un match avant d'en être l'adjoint de 2003 à 2006. Aujourd'hui Zagallo a 82 ans et rien ne dit qu'il ne viendra pas une nouvelle fois au chevet de la Seleçao en cas d'une nouvelle désillusion, lui qui a été le sélectionneur du Brésil à quatre reprises plus deux fois comme adjoint. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...