Real vs Barça : Les 5-0 du Clasico

8 janvier 1994 FC Barcelone 5 Real Madrid 0

Après le match, du Réal il ne reste rien ou si peu. De Barcelone il y a tout à garder ou presque. Une victoire historique, un Camp Nou en folie et des moments magiques le Barça de Cruyff est sur une autre planète au cœur de la saison 1993-94. Ce match est une cruelle désillusion tactique pour Benito Floro l'entraîneur madrilène, qui pensait que devant ce Barça une muraille de 9 défenseurs devant Paco Buyo (seul Zamorano était aligné en attaque) pouvait contenir pendant 90 minutes les assauts de la Dream Team catalane. Jusqu'à la 49ème minute cette tactique n'était pas la plus mauvaise et le score n'était que de 1-0 pour le Barça (ouverture de Guardiola pour Romario, qui se débarrasse d'Alkorta avec un extraordinaire dribble pivotant avant d’enchaîner avec un petit extérieur du droit). Seulement Koeman sur coup franc double la mise et le match va devenir fou par la suite. Cruyff décide de sortir Hristo Stoichkov victime depuis le début de la rencontre de la violence des coups madrilènes et déjà averti pour un coup de sang. 

L’entraîneur hollandais connait bien le futur ballon d'or bulgare, qui a toujours eu un caractère bien trempé, pour éviter qu'il s'énerve il le remplace par le danois Michael Laudrup un peu amer de son statut de remplaçant. Le fantastique danois va prouver en 40 minutes quel grand joueur il est. Le match devient fou et le Barça s'envole, Romario inscrit deux nouveaux buts et Ivan clôture la marque. Un 5-0 historique. Le Barça sera champion tandis que le Réal finira seulement quatrième de liga. Mais si ce succès historique est célébré dans une liesse indescriptible, le lendemain les journalistes font remarquer à Johan Cruyff un fait assez curieux. Michael Laudrup, au coup de sifflet final ne participe pas l'explosion de joie finale et regagne seul le vestiaire tandis que ses coéquipiers et le staff restent de longues minutes sur la pelouse du Camp Nou pour un moment de communion avec leur public. La réaction de l’entraîneur du Barça en dit long sur la suite des événements : « ce n'est qu'un détail et personnellement je m'en fous ». Un an plus tard le hollandais volant devait regretter ses propos. En attendant de voir la revanche de Laudrup voici les 5 buts du Barça en vidéo :



7 janvier 1995 Real Madrid 5 FC Barcelone 0

Un an quasiment jour pour jour de cette déroute historique, le Real Madrid va prendre la plus belle des revanches et faire entrer une fois de plus le Clasico dans la légende du football. Il aura fallu un an au Real de Madrid avant de pouvoir affronter de nouveau son meilleur ennemi et depuis de l'eau a couler sous les ponts. Jorge Valdano est devenu l’entraîneur des Merengue et il a réussi à ramener l'union sacrée dans le vestiaire. Pour preuve le mythique "El Buitre" qui s'était plaint dans la presse de son sort un an plus tôt n'avait pas pipé mot pour ce Clasico quand il a appris qu'il s'assiérait en tribunes pour ce match si important pour le club de son coeur. Mais le coup le plus fort de Valdano c'est d'avoir ramener Laudrup dans son escarcelle. Lâché par Cruyff, qui ne croyait plus en lui, il est passé chez l'adversaire pour éclairer le jeu du Réal quand dans le même temps au Camp Nou son ombre plane toujours au dessus d'un Barça privé d'inspiration. Et selon le meneur de jeu danois ce qui l'a convaincu de signer au Réal c'était la présence de Valdano sur le banc de touche, en cours de saison il revenait sur ce qui a conduit son choix : « Je connaissais ses idées (à Valdano) et elles ne pouvaient que m'inciter à donner mon accord d'autant qu'après nos discussions je n'ai pas été déçu. Je me régale au Réal car l'entraîneur me laisse jouer comme je l'aime, je me sens libre ». On sent bien la petite pique lancer à Cruyff qui lui préférait Stoichkov plus enclin a rester le long de la ligne de touche dans son système offensif et qui reprochait à Laudrup de trop repiquer dans l'axe.

Mais c'est sur le terrain que Laudrup va répondre de la meilleure des manières à son ex-entraîneur. En effet si Zamorano, comme Romario un an plus tôt, inscrit un triplé, le joueur de la rencontre est sans aucun doute le meneur de jeu danois. Michael Laudrup est tout simplement parfait dans le rôle de l'homme orchestre. Sens de la passe juste, du bon timing, doué d'une technique parfaite et d'un dribble perforant, il s'est vraiment illustré dans ce match faisant preuve d'une incroyable pugnacité comme sur le troisième but de Zamorano où il s'est arraché pour chiper le ballon dans les pieds de Ferrer pour offrir un caviar à son avant-centre chilien. A croire que le danois ait pris un malin plaisir à jouer le coup de la revanche parfaite face à ses ex-coéquipiers. Pourtant quand on l'interroge il ne fait preuve d'aucun sentiment de revanche : « Je sais que Cruyff ne tenait pas à me conserver. C'est comme ça. C'est la vie du footballeur professionnel.... ». Voici la vidéo des buts du 5-0 pour le Réal :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...