Il était une fois Hernan CRESPO

Hernan CRESPO s'est fait connaître du côté de River Plate à partir de l'année 1994, quand il a fêté ses 19 ans et s'imposant rapidement comme l'un des plus grands espoirs du foot argentin. Il a débuté en première division le 8 novembre 1993 et depuis il a, pendant trois saisons, affolé les compteurs avec 74 buts en 112 rencontres officielles. Des buts spectaculaires, plein d'élégance avec son club tout aussi bien qu'avec la sélection olympique sur la route des J.O d'Atlanta (9 buts en 13 rencontres). Crespo est alors une promesse de grand goleador qui s'affirme de plus en plus à chaque sortie et qui sera élu en 1995 par le quotidien Clarin meilleure "révélation" du football argentin. C'est cette même année qu'il débute en sélection (Février 1995) contre la Bulgarie quand Passarella l'appelle à la place d'Abel Balbo blessé. Grand, athlétique, puissant, rapide, il tire des deux pieds avec un égal bonheur et son jeu de tête n'a rien à envier aux meilleurs. De surcroît il démontre une belle intelligence collective dans le jeu, notamment lorsqu'il s'offre en pivot pour un une-deux et remise avec précision. Tous ces atouts et une ressemblance morphologique certaine font que, depuis ses débuts avec River en Première division, Crespo s'est vu affubler d'un surnom flatteur "Valdanito" autrement dit "le petit Valdano" en référence à l'ancien champion du monde 1986. 
Mais pour Hernan Crespo rien ne fût facile et il a du se battre pour s'imposer à la tête de l'attaque des Millionarios (dans ses premières saisons, nombreux sont ces buts inscrits alors qu'il venait d'entrer en cours de jeu). Plus grande révélation au chapitre des goleadors argentins depuis Gabriel Batistuta, Crespo a en commun avec ce dernier une jeunesse marqué par l'absence de confiance manifestée par ses divers entraîneurs. Batistuta fut "viré" de River Plate par Passarella avant de s'imposer avec Boca Juniors et la sélection Argentine. Crespo lui a été boudé par Carlos Babignton puis par Ramon Diaz et pourtant il s'est débrouillé à chaque fois pour exploiter au maximum chaque opportunité offerte pour améliorer ses stats. A quel point qu'il va dès l'hiver 196 signer un contrat avec Parme pour une somme de 20 millions de francs à l'époque soit environ 3 millions d'euros. Mais les supporters apprécient peu ce transfert en pensant que les dirigeants de River se sont précipités pour boucler la transaction et l'avenir va leur donner raison. Libéré par un avenir assuré en Europe, Hernan Crespo se voit pousser des ailes lors de ses dernières semaines à Buenos Aires et il est inarrêtable en Copa Libertadores où River Plate va triompher en 1996, dix ans après sa première victoire dans cette compétition. L'avant-centre argentin en total réussite, ne doute pas une seconde sur sa future réussite : « Je suis sûr que je vais réussir en Europe. J'ai une grande confiance en mes moyens et e suis très motivé. Quand je me couche le soir, je pense aux buts que je vais marquer, quand je me lève le matin j'y pense encore... ». Passarella son sélectionneur et aussi ancien joueur de River qui a brillé en Italie du côté de la Fiorentina affiche la même confiance : « Je crois qu'Hernan peut s'imposer n'importe où. Il possède un grand opportunisme, un excellent physique et aussi une grande faculté à comprendre ce qu'on lui demande. On ne lui explique les choses qu'une fois ». Et en effet les deux hommes avait raison, après Batistuta, Balbo, Hernan Crespo fut la nouvelle terreur des goleadors argentins à faire souffrir les défenses italiennes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...