Dario DUBOIS

France Football dans son numéro 3 540 en date du 18 février 2014, dressait un Top 50 des joueurs les plus cinglés de l'histoire du foot. Loin de moi l'idée de critiquer la bible du football, qui dans un même temps nous fournit des sujets de qualités, comme cette histoire incroyable sur francefootball.fr mais désolé, ce top 50 vous pouvez l'oublier. Car tout simplement celui qui devrait être numéro 1 ne figure même pas dans ce classement ! En effet comment parler des cinquante joueurs les plus cinglés sans évoquer l'argentin Dario DUBOIS ! Le mec qui rentrait sur le terrain en se maquillant la gueule façon chanteur de Kiss ! 
Bordel c'est autre chose que d'aller se bourrer la gueule en boite de nuit ou que de montrer ses tatouages après un but. Là on est dans le lourd et bien sûr que le bonhomme ne se contente pas de se peindre la gueule pour foutre la trouille à ses adversaires, le type était un barjot sur le terrain prêt à tout pour faire gagner son équipe. Joueur professionnel, il n'évoluera que dans les divisions mineures du championnat argentin. Pas une seule fois il fréquentera l'élite du football argentin en première division que ce soir avec Atlético Lugano (1995/97 et 2001), Ferrocarril Midland (1998/99 et 2001/02), Deportivo Riestra (1999/2000), Laferrere (2000), Cañuelas (2001) et Victoriano Arenas (2002/04), ces différents clubs. Pour comprendre un peu mieux le garçon voici une interview qu'il donnait au quotidien Diario Olé (Merci à Mariano pour la traduction).

Qu’est ce que tu ressens? (quand tu te peins la figure)
Ça me donne la pêche. Tu te peins, tu sors prêt pour la guerre et pour tuer l'adversaire.

Que disent tes coéquipiers?
Ils le prennent avec humour. Mais certains adversaires se foutent de moi, d'autres ont peur.

Tu n’aimes pas le foot?
Je n’aime pas jouer. Je le fais par ce que je suis très compétitif et je m’entraîne très fort. Je ne mange pas de la viande rouge, je ne bois pas d’alcool ni je me drogue. Je ne l’ai jamais fait. Je fais ça pour le peu d’argent que je gagne. Ma situation financière est un désastre.

Et quand tu arrêteras de jouer, qu'est ce que tu feras ?
J’aime le golf, mais je n’ai pas de tune!!! (Il rit…). Je vis au jour le jour, je suis musicien (il a un groupe et joue dans des pubs/bistrots). Si demain je dois travailler comme pédé dans un bordel, je le ferai.

Es-tu homosexuel ?
Je suis un garçon ouvert après tout le monde pense ce qu’il veut mais moi je sais très bien ce que je fais avec mon corps.

Comment te définirai-tu ?
Un clown qui se peint la figure, mais qui se tue pour le maillot.

Cette dernière phrase « un payaso que se pinta la cara y se mata por la camiseta » restera à jamais dans la mémoire collective pour définir Dario Dubois, le grand barjot de l'histoire du football argentin et pourtant c'est un pays où il y a une rude concurrence dans ce domaine. Mais Dario DUBOIS restera un joueur très populaire car il était loyal et surtout honnête. Une des anecdotes les plus fameuses au cours de sa carrière se produisit quand il vit en plein match une liasse de billets tombée de la poche de l'arbitre. Dario prit l'argent et commença a questionner l'homme en noir sur l'origine des billets face a tout le monde...les supporters adoraient ce joueur.
Dario DUBOIS arrête sa carrière en 2005 après une rupture des ligaments croisés, il mourra comme il a vécu, violemment. En mars 2008, après une bagarre il reçoit deux balles dans le buffet et meurt de ces blessures deux semaines plus tard. Il avait 37 ans. Au fait sans maquillage, voilà à quoi ressemblait Dario DUBOIS :
Source : L'excellent site argentin En una Baldosa

1 commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...