World Cup Top 100 - N°87 : David BECKHAM

Si Beckham joue tous les matchs de qualification de l'Angleterre pour la Coupe du monde 1998, il connaîtra une grosse déconvenue sitôt que débute l'épreuve en France. Le sélectionneur, Glenn Hoddle accuse publiquement Beckham de ne pas se concentrer sur le tournoi, et Beckham est alors privé des deux premières rencontres. Il revient sur la pelouse lors du troisième match après une défaite contre la Roumanie qui compromet sérieusement les chances de qualification de la sélection aux Trois Lions. Face à la Colombie, il inscrit un magnifique coup franc qui contribue à la victoire (2–0) des Anglais et surtout à leur qualification pour les huitièmes de finale. Et ce huitième de finale va être lourd de conséquence sur la suite de sa carrière. A St-Etienne face à l'Argentine, Beckham est bousculé dans le dos par Diego Simeone sur une action de jeu un peu dure mais classique. Alors que l'arbitre siffle faute, Beckham toujours au sol, réagit en donnant un léger coup de pied derrière la jambe gauche de Diego Simeone qui s'écroule. L'arbitre sort un carton jaune logique pour Diego Simeone et expulse Beckham pour le coup donné. Simeone admet plus tard avoir exagéré pour tenter de faire sortir Beckham. Le match se termine sur une égalité et l'Angleterre est éliminée aux tirs au but. La suite va être une incroyable cabale outre-Manche anti-Beckham responsable aux yeux de la vindicte populaire de l’échec des anglais. Poupée pendue à son effigie, image du joueur au centre des cibles pour fléchettes tout y passe et les tabloïds anglais relaient avec allégresse toutes ces images du démon, responsable de tous les maux du pays. Mais comme je disais dans le dernier sujet sur Rob Rensenbrink, la magie de la Coupe du monde tient beaucoup au fait qu'il faut devoir patienter quatre ans avant de prendre sa revanche et c'est exactement ce qui va arriver à David Beckham. En 2002, l’Angleterre se retrouve dans le groupe de la mort avec notamment l'Argentine (décidément ces Angleterre-Argentine sont des véritables classiques du Mundial). La vengeance est un plat qui se mange froid et David Beckham va parfaitement respecter l'adage en crucifiant les argentins dans ce match couperet. C'est lui, qui sur penalty marque le seul but de la rencontre. Les argentins ne passeront pas le premier tour et les anglais eux chuteront en quart de finale face au futur vainqueur de l'épreuve, le Brésil. Mais sur ce match face aux argentins, on comprend mieux toute la joie de Beckham lorsqu'il marque le but de la victoire quand on se rappelle tout ce qu'il a vécu en 1998 après son carton rouge :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...