World Cup Top 100 - N°85 : Gianni RIVERA

Gianni RIVERA, l'idole du Milan AC, c'est bien sûr l'histoire d'une rivalité jamais atteinte avec son compatriote, vedette de l'Inter de Milan, Sandro MAZZOLA. Et cette rivalité va marquer très profondément le parcours des vices champions du monde en 1970 au Mexique. A cette époque Gianni RIVERA a coupé la Peninsule en deux, les pro et les anti-Rivera mais il va réussir lors de son mondial a rassemblé les tifosi de la Squadra Azurra derrière son panache. Premier chapitre, lors de Mexique-Italie en quart de finale, sous le soleil brûlant de Toluca, quand il fait 57° dans le rond central et que les tribunes bouillent également d'hostilité contre le visiteur. Quelques heures auparavant, Rivera avait failli embarquer pour Milan, sa valise sous le bras, ne supportant plus les critiques qui s'abattent sur son jeu, souvent jugé trop personnel au cours du premier tour. Le staff le rattrape avant qu'il ne quitte le pays et réussit à le convaincre de rester dans le groupe. Alors qu'à la mi-temps, le tableau d'affichage indique 1-1, le beau Gianni remplace l'élégant Sandro, et la partie va tourner à la corrida, avec les Aztèques dans le rôle du Toro. Rivera donne deux balles en or que Luigi Riva façonne en bijoux, et il marque lui-même le quatrième but d'un formidable succès. Et puis que dire de la demi-finale, le match du siècle face à la RFA, où le ballon d'or 1969, marque le dernier but de la rencontre, celui qui envoie l'Italie en finale. Mais de ce match on en reparlera plus en détail dans le prochain sujet. 
Riva marque le 3ème but face au Mexique, mais c'est le passeur Rivera qui est congratulé

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...