Italie vs RFA 1970, le match du siècle

Le théâtre de ce match mythique sera le phénoménal Stade Azteque de Mexico. Pour encore plus de dramaturgie en ce 17 juin 1970, le match se joue sous une chaleur épouvantable en plein milieu de l’après-midi. En effet, c’est la première Coupe du Monde à être télévisée en direct et, afin de s’adapter aux programmes européens, les coups d’envoi sont donnés au mépris du bon sens, il en sera de même 26 ans plus tard quand le Mexique accueillera de nouveau le mondial. Les deux grands d'Europe s'affrontent pour déterminer qui rencontrera en finale le vainqueur du pendant sud-américain, Brésil-Uruguay, joué le même jour à Guadalajara. Un match entre les Italiens, Champions d'Europe deux ans plus tôt, et les Allemands, vice-champions du Monde en Angleterre. L'Allemagne de l'Ouest part favori de cette rencontre après avoir éliminé les champions du monde au tour précédent. L'Italie en revanche sème le doute sur ses réelles possibilités, elle ne doit son salut en quart de finale qu'au retour du grand Gianni Rivera (voir le sujet : World Cup Top 100 - N°85 : Gianni RIVERA). Pourtant ce sont les italiens qui vont ouvrir la marque dès la huitième minute, Roberto Boninsegna, à la sortie d'un une-deux plein axe avec Luigi Riva, adresse une demi-volée des 16 mètres qui ne laisse aucune chance à Sepp Maier.

Le match est lancé. Sauf que la suite va être une véritable attaque défense et à ce petit jeu les italiens sont très forts. Le scénario ne bouge pas pendant plus d'une heure de jeu, les allemands attaquent les italiens repoussent et arrive la 66ème minute. Helmut SCHOEN, le sélectionneur allemand effectue son deuxième et dernier changement, en sortant Bernd PATZKE et en le remplaçant par Sigi HELD? Sitôt le changement effectué, le jeu reprend et une minute plus tard, Beckenbauer démarre des 50 mètres, personne ne peut l'arrêter, si ce n'est Pierluigi Cera qui " balance " le défenseur du Bayern. L'arbitre siffle un coup franc devant la surface, là où les Allemands réclament un penalty. Tous s'attroupent autour de l'arbitre, tandis que Beckenbauer reste au sol, l'épaule droite démise. Le Munichois n'a d'autre alternative que de rester sur le terrain, le bras en droit en écharpe pour intensifier encore plus le dramaturge de cette rencontre et nous donner une des images les plus fortes de l'histoire des coupes du monde. 

Le temps passe, la Squadra semble se diriger inexorablement vers la finale. Mais les allemands ne vont jamais abandonner et dans les arrêts de jeu, après deux actions encore très chaudes, le remuant Grabowski centre au cordeau de la gauche, et c'est Karl Heinz Schnellinger, le défenseur du Milan AC, qui jaillit au point de penalty pour crucifier Albertosi. Les Italiens n'en croient pas leurs yeux. Va s'en suivre la prolongation la plus folle de l'histoire. Deux fois quinze minutes fatidiques pour tous les supporters qui souffrent de problèmes cardiaques. Avec tout d'abord l’Allemagne qui passe devant via Müller qui profite d’une mésentente transalpine à la 94ème, puis Burgnich qui égalise pour l’Italie quatre minutes plus tard. La Squadra pousse et prend l’avantage par le grand Riva juste avant la pause. Müller va une nouvelle fois égaliser sur un corner à 110ème, 3-3 ! Mais alors que l’on pensait les ritals abattus, Gianni RIVERA marque le but de la victoire pour l'Italie. C'est un journaliste brésilien qui résuma le mieux cette demi-finale : "Il s'est avéré que lorsque l'arbitre a siffler la fin du match, c'était les italiens qui menaient au score". Comme si il était inexorable que les allemands auraient égaliser si on avait jouer un peu plus... Voici en vidéo ce match, que beaucoup qualifient de match du siècle : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...