Carlos VALDERRAMA et la main au collet

L’Espagne n'en revenait pas. Plus d'une semaine après le match Real Madrid-Valladolid, toute la presse ibérique ne parlait que de "ça". Ça, c'est le duel très serré et très chaud que se sont livrés le madrilène Michel et l'ex-montpellierain Valderrama lors de la deuxième journée de championnat à Santiago Bernabeu lors de la saison 1991-92. Ce duel avait, en effet, de quoi surprendre. D'autant qu'il fut filmé dans ses moindres détails (et en clair) par la télévision espagnole et immortalisé dans l'objectif de Carlos Urena, photographe du journal Marca. Le sujet aurait pu se limiter à une série de titres grivois du genre "Michel touche le fond" pour El Mundo Deportivo ou "In fraganti" pour Marca. Mais les espagnols vont faire monter la sauce et l'épisode entre les deux hommes va tourner au feuilleton. En effet devant l'emballement médiatique de cette affaire, Michel est convoqué par la commission de discipline alors que l'arbitre n'avait fait aucune mention de ses attouchements dans son rapport. Bien sûr les interventions de Gonzalo Pedro Gonzalo le président de Valladolid ont mis un peu le feu aux poudres : « Michel a essaye de provoquer Valderrama pour qu'il réagisse et soit expulsé du terrain » Et d'ajouter histoire de calmer les esprits : « Si Michel aime la chose, c'est son droit mais qu'il le fasse hors des terrains ». Michel lui se defend devant les médias : « C'était une simple blague. Malheureusement, il semble que la plupart des gens aient perdu le sens de l'humour ». Le problème c'est que le match était assez tendu à ce moment là. Il faut savoir que l'action se déroule en première mi-temps et que les deux équipes sont à égalité zéro-zéro, le Réal l'emporta finalement 1-0 grâce à un but de Prosinecki à l'heure de jeu seulement. Donc un contexte qui plaide peu en faveur de la théorie de Michel il faut reconnaître. Et qu'en dit la principale victime de cette caresse. Voici la réponse de Carlos Valderrama « Jamais je n'avais été confronté à un acte pareil. J'ignore quelles étaient ses intentions ». C'est marrant mais quand on regarde les images, on voit bien cet esprit candide chez le colombien, qui ne comprend vraiment pas ce qui lui arrive :



Source : France Football n°2371 - 17 septembre 1991

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...