Les ratés Panini : Jimmy ADJOVI-BOCO

Vous vous souvenez tous de Jimmy ADJOVI-BOCO ? Nul besoin de présenter ce défenseur qui a évolué au plus haut niveau pendant 6 saisons au RC Lens de 1991 à 1997. Jimmy ADJOVI-BOCO symbolise la montée en puissance du club Artois dans les années 90 jusqu'au sacre ultime de 1998. Avec les Eric SIKORA, Jean-Guy WALLEME, Hervé ARSENE, Pierre LAIGLE, Christophe DELMOTTE, l'australien Robbie SLATER mais aussi DEHU, MEYRIEU, Roger BOLI, WARMUZ, DEBEVE ou Tony VAIRELLES, c'est toute une génération qui a fait le bonheur de Felix Bollaert et au milieu de cette bande sang et or, un rasta reconnaissable tout de suite sur le terrain : Jimmy ADJOVI-BOCO. J'adore cette anecdote pour ses débuts en division 1, lui qui a répété ses gammes en seconde division, à Tours notamment. Première journée de championnat lors de l'exercice 1991-92, ADJOVI-BOCO, nouvelle recrue en provenance de Tours est titulaire d'entrée pour la réception du FC Metz à Bollaert. Alors est-ce le trac ou l'envie de bien faire mais Jimmy ne reste que 16 minutes sur la pelouse !! Le temps de prendre son premier carton rouge en première division. Je pense qu'il s'agit là d'un record de carrière !! Bon la suite sera beaucoup plus raisonnable car en 195 matchs de division 1,  il ne prendra qu'un autre carton rouge. Heureusement car si il avait suivi son rythme il aurait explosé les stats des Cyrils (Jeunchamp et Rool) réunis. Mais aujourd'hui sur OSP on ne va pas évoquer sa carrière mais un raté Panini énorme, peut-être le plus gros que j'ai vu depuis que je fais cette rubrique. (Voir ici tous les Ratés Panini retranscris par OSP). Donc Jimmy ADJOVI-BOCO quitte le RC Lens en 1997 et file en Ecosse jouer aux Hibernian, le club d’Édimbourg. Et là dans l'album Panini écossais de 1998, notre Jimmy devient : Óli Gottskálksson. Comment ça vous me croyez pas ?? Et bien regardez :
Alors OK je veux bien que Jimmy ADJOVI-BOCO n'était pas forcément le joueur le plus connu du championnat de France quand il a franchit le mur d'Hadrien mais messieurs les éditeurs Panini installés en Ecosse, il faut y aller mollo sur le single malt car vous trouvez que Jimmy a une tête à s'appeler Óli Gottskálksson ?
Bon l'explication est toute simple, les mecs qui ont fait l'album 98 comme je le disais ont trop forcé sur le scotch à la pause déjeuner et en revenant au taf ils ont tout simplement inversé Jimmy avec le gardien de l'équipe, l'islandais Ólafur Gottskálksson :
Si ça se trouve en Islande y'a un blog de foot appelé Øld Schøøl Panini qui s'insurge sur le fait que leur gardien national, Gottskálksson soit confondu avec un certain Jimmy Boco ! Ah les ravages de l'alcool au travail. En tout cas un grand merci à Cedric, fidèle supporter des sang et or, d'avoir trouvé ce loupé. Et tu as vu Cédric je n'ai pas dit un mot sur le fait qu'en 195 matchs de division 1, Jimmy ADJOVI-BOCO n'a pas marqué le moindre but en première division. Même pas pour son dernier match avec les sang et or, lors de la dernière journée de la saison 1996-97 quand le RC Lens recevait Caen et que le Racing a obtenu un péno. Tout l'équipe se tourna vers Jimmy pour qu'il le tire et il le tira mais l'histoire voulu qu'il ne marque jamais ce but....Entre son premier match et son dernier match en division 1, il n'aura pas eu vraiment de réussite le malheureux Jimmy.

Le Top Ten des Trifons made in France 1978

Si en général dans cette catégorie, "Dans la série il n'y a pas que Trifon", la part belle est réservée aux allemands et hollandais des années 70, pour une fois je vais démontrer que la France aussi a connu sa vague de joueurs rugueux aux looks patibulaires durant cette même période. Voici une petite compil de mes 10 tronches préférées dans cet album :

10-Patrick JESKOWIAK 
Valenciennes

09-Ignacio PENA 
FC Rouen

08-Jean PETIT 
AS Monaco

07-Raymond DOMENECH 
RC Strasbourg

06-Patrick REVELLI 
AS Saint-Etienne

05-André GALLICE 
Girondins de Bordeaux

04-Joel TANTER 
RC Strasbourg

03-Jean-Pierre POSCA 
FC Sochaux

02-Hassan HARMATALLAH 
RC Lens

01-Guy FRAUNIE 
Girondins de Bordeaux
HORS CATEGORIE
Dans cet album il y a deux vignettes que je voulais partager avec vous même si vous les avez déjà vu sur Old School Panini. Le père de David TREZEGUET et le père de Matthieu TOTA alias M POKORA :

Jorge TREZEGUET 
FC ROUEN
André TOTA 
Girondins de Bordeaux

La chagatte d'Enzo SCIFO

Bordeaux s'est fait peur lors de son premier tour de coupe de l'UEFA face à Dniepr au début de la saison 1988-89. Après un bon match nul, un partout, en URSS, les Girondins encaissent un but casquette dès la deuxième minute de jeu lors du match retour au Parc Lescure. Le salut des Girondins viendra par un convalescent, Jean-Marc FERRERI de retour de blessure et qu'Aimé Jacquet fait rentrer à la mi-temps pour sauver la maison bordelaise. L'international est à l'origine du but égalisateur de Yannick Stopyra. Bordeaux pousse, joue terriblement bien, Aimé Jacquet dira même qu'après la rencontre que ce fut la meilleure prestation des Girondins sur la scène européenne depuis le match retour contre la Juventus en 1985. Et pourtant Bordeaux ne marque pas. Il faudra un coup du destin pour qu'à un quart d'heure de la fin Enzo SCIFO offre la qualification aux Girondins. Sur une remise de Stopyra, Clive Allen est poussé dans la surface. C'est un penalty justifié pour Bordeaux et le meneur belge se charge de la sanction. Si il prend parfaitement à contre-pied le gardien soviétique Krakowski, son ballon heurte le poteau mais ce soir-là la fortune sourira à Enzo. Son ballon s'éloigne de la ligne de but mais vient frapper le talon du portier adverse et va mourir dans le petit filet opposé après avoir touché l'autre poteau. Bordeaux est qualifié. Voici ce péno de la chance en vidéo.


Enzo SCIFO, sera tout sourire et confiant pour la suite, il déclare après la rencontre "C'est vrai que nous gâchons encore pas mal d'occasions. Moi-même j'ai commis beaucoup trop d'erreurs, j'ai perdu trop de ballons. Mais voyez-vous, c'est finalement cela qui est encourageant. Bordeaux est encore perfectible. Et je peux vous dire qu'ici, on travaille avec le même sérieux qu'à Anderlecht ou l'Inter de Milan. Ce soir, j'ai une grosse confiance en Bordeaux pour la suite des évènements". Voici son péno en dessin :

Clin d'œil - XUEREB victime d'un attrape-couillons ?

L'affaire se déroule lors de son passage au Paris Saint Germain au début de la saison 1988-89. Avant cela on ne peut pas dire que son aventure parisienne ait été un franc succès. Transféré de Lens au début de la saison 1986-87, Monsieur Xu était arrivé dans la capitale avec un statu d'international et une troisième place à la coupe du monde 1986. Voir son portrait avant le mondial mexicain, Mexico 86 :Daniel XUEREB. Mais sous les ordres de Gérard Houiller, Xuereb va perdre son football, tout comme le PSG qui ne fera jamais honneur à son titre de champion de France 1986, tant en coupe d'Europe que dans la conservation de son titre. Au final, Daniel XUEREB va se morfondre pendant deux saisons du côté du Parc des Princes avec un bilan de 5 buts seulement au cours de ses deux premières saisons parisiennes. Mais durant l'été 1988, Paris connaît un énorme changement, l’entraîneur yougoslave Tomislav Ivic est arrivé et avec lui ses méthodes ultra défensives. Un milieu très dense avec 5 joueurs et un seul attaquant, Daniel XUEREB qui tel le phénix va renaître de ses cendres.

Devant un trio Christian Perez – Safet Susic – Gabriel Calderon, le Xu est méconaissable et retrouve son statut de joueur international, deux après sa dernière apparition chez les bleus. Henri MICHEL le convoque fin septembre pour la rencontre face à la Norvège pour l'associer en attaque avec Jean-Pierre PAPIN. Il faut dire que Daniel XUEREB porte littéralement son club au sommet après 13 journées de championnat. Le PSG est leader de la division 1, Daniel XUEREB est deuxième au classement des buteurs avec 8 réalisations, une unité de moins que JPP inexorable leader de ce classement. Au classement des étoiles France Football, Xuereb est second derrière le jeune Didier Deschamps. Bref tout les voyants sont aux verts pour le Xu, qui fera sa meilleure saison sûrement sous Ivic avec ce rôle de seul attaquant. Même si par la suite, il aura tout de même la scoumoune. Tout d'abord chez les bleus, même si son retour est convaincant face à la Norvège, on ne peut pas en dire autant du jeu de l'équipe de France (victoire 1-0 sur un péno de JPP à 5 minutes de la fin), surtout qu'un mois après la France sombre à Chypre concédant un match nul calamiteux, qui propulsera la fin du règne d'Henri MICHEL à la tête de l'équipe de France. Pourtant ce match avait bien débuté et Daniel XUEREB y avait inscrit son premier et seul but en équipe de France sur une remise de Papin :


La suite ce sera encore deux apparitions sous les ordres de Michel PLATINI mais qui ne lui fera plus confiance, et misera sur le duo Jean-Pierre PAPIN - EricCANTONA. En championnat idem, avec une saison complète, 38 matchs et 15 buts, Paris fait la course en tête toute la saison et se fait dépasser par l'OM seulement en toute fin d'exercice, sur cette frappe de mammouth de Franck SAUZÉE. Bon a a vu la saison complète de Daniel XUEREB pour cet exercice 1988-89 et vous vous dites mais quel rapport avec l'attrape-couillons ? Et bien en fait il faut remonter à la 11ème journée de championnat, Paris reçoit Toulouse et s'impose 2-1 mais au cours de la rencontre ce fût le défenseur de Toulouse, Jacky PAILLARD, qui joua les attrape-couillons. Un bien joli cliché ma foi :

Quand Jean-Pierre PAPIN détestait Abedi PELÉ

Une révélation faîte pas Abedi PELE lui-même en septembre 1988 au magazine France Football. Le ghanéen après une saison complète à l'OM n'a pas réussi à s'imposer au sein de l'effectif phocéen (5 apparitions seulement en championnat). Il est alors  transféré au cours de la saison suivante (après 11 journées) à Lille et lors de son arrivée, il se confesse et c'est détonnant !! Nous somme le 20 septembre 1988 et Abedi PELE ne mâche pas ses mots. Extrait : "Je me sens beaucoup mieux ici qu'à Marseille. En fait je ne pouvait pas rester là-bas, d'autant que Papin me détestait. Avec lui, je m'accrochais tout le temps. Il y a même eu ds coups à l'entrainement. Il est le patron de l'équipe. Alors, il fallait que je parte....". Les retrouvailles à l'été 1990 ont du être quelque chose quand Abedi est retourné à l'OM. Une confession d'autant plus curieuse que sur le terrain, l'entente entre les deux hommes paraissait évidente. Bon pour que je ne sois pas accusé d'avoir déformé les propos du triple ballon d'or africain, voici l’intégralité de l'interview accordé à France Football. Cliquer sur l'image pour la voir en meilleure résolution : 

JPP est capitaine Fracasse

Saison 1988-89, Joseph-Antoine BELL est parti et les phocéens se trouvent alors un nouveau capitaine en la personne de Jean-Pierre PAPIN. L'OM sort d'une saison qui n'a pas été du tout du goût du boss. Bernard TAPIE a encore en travers cette 6ème place en championnat insuffisante pour jouer la coupe d'Europe. Alors l'été 88 ça été le branle-bas de combat : arrivées d'Eric CANTONA, Franck SAUZEE, Philippe VERCRUYSSE, Gaëtan HUARD ou Philippe THYS. Un seul objectif pour l'OM : le titre de champion de France. Mais ça démarre très mal. 1ére journée, match nul au Vélodrome suivi d'une défaite à Grimonprez-Jooris face à Lille. Si bien que l'ambiance est tendue au soir de la 3ème journée pour la venue du promu sochalien à Marseille, le vestiaire marseillais est une poudrière. Gérard BANIDE est viré de son poste d'entraineur au bout de deux journées seulement !! Gili, qui est nommé pour le succéder, ne sait pas si il est réellement l’entraîneur de l'équipe ou si ce rôle est dévolu à Hidalgo voir à Tapie lui-même. Une atmosphère qui va peser sur le stress des joueurs. Et JPP, le nouveau porteur du brassard marseillais, va littéralement péter les plombs ce soir-là, comme jamais il le fera dans sa carrière. Si il est passé au travers des caméras, il est pris en flagrant délit par les photographes. En 1ère mi-temps il pète l'arcade sourcilière de Laurent Croci :
En seconde mi-temps, il a une vive altercation avec Stéphane Paille qui le frappe au visage quand ce dernier tourne la tête.
Le pire dans tout ça c'est qu'il ne prendra aucun carton pour ces gestes. Par contre au coup de sifflet final, il va dire ce qu'il pense à l'arbitre de la rencontre et est enfin sanctionné d'un carton jaune. Ce n'a calme pas du tout les esprits des joueurs marseillais et dans le couloir qui mène aux vestiaires, une bagarre générale éclate et le président de Sochaux, Mr Thouzery est pris à parti. L'affaire fait couler beaucoup d'encre et JPP se défend suite à la diffusion de ce clichés. Pour lui le coup de coude à Croci est accidentel et si il a eu des mots avec l'arbitre de la rencontre, c'est parce que ce dernier n'a pas arrêté de chambrer les marseillais selon le capitaine de l'OM. Bon il ne dira aucun mot sur la giffle infligé à Stéphane PAILLE mais dément les rumeurs qui disent qu'il aurait été le premier à donner un coup de poing dans les couloirs du Vélodrome « Faux. J'étais à l'intérieur du vestiaire quand les incidents ont éclatés. Depuis la saison dernière, je me suis assagi. Cette année on m'a confié le brassard de capitaine et je me sens investi de responsabilités supplémentaires, vis-à-vis des jeunes joueurs du club, vis-à-vis des jeunes supporters qui, éventuellement, voudraient me prendre en exemple. Je ne suis pas devenu une danseuse, mais jamais il ne me viendra à l'idée de commettre une brutalité gratuite, qui pourrait éventuellement écarter des terrains quelqu'un qui fait le même métier que moi »Stéphane Paille et le joueur de Sochaux ne sont pas forcément d'accord avec ces déclarations. Alors est-ce cette nouvelle responsabilité lié au capitanat qui était trop loure à porter pour JPP ? En tout cas Papin trouvera une solution en troquant le traditionnel brassard pour un bandana, plus cool. 
Une façon pour JPP d'alléger cette responsabilité et qui la semaine suivante, grâce à un doublé, offrira la première victoire de la saison pour l'OM face à Nice. Un exercice historique pour l'OM qui se conclura avec un doublé coupe-championnat.

Top Ten of Dutch Stickers

Last night on Twitter and Facebook it was a special Netherlands session with many dutch sitckers . With ugly players, young players with forgetten shirts etc..You'll like this session with many RT on twitter and likes on facebook. If you missed this dutch stickers night here it come the Top Ten with the most retweets stickers :

RONALDO 1996
38 RT

ZLATAN
44 RT 

Martin JOL
45 RT 


Marco VAN BASTEN 
46 RT 

Arjen ROBERY
50 RT 

Ed DE GOY
59 RT 

Ruud GULLIT
62 RT 

RONALDO 1995
79 RT 

Mark VAN BOMMEL
104 RT 

Dennis BERGKAMP 
134 RT

The White Walkers of the FC Den Bosch

You know I'm a very loyal fan of George R. R. Martin novels : Game of thrones. I had the book and I don't miss the HBO drama. In this fiction behind the wall there is some heroic-fantasy characters : The White Walkers. Like this little girl :
Or this one :
Scary, aren't they ?
Well, the other day when I opened the dutch album of the season 1987-88 and I arrived at the FC Den Bosch team page it was like watch a Game of Thrones drama :

Les diaspora du Calcio lors de la saison 1990-91

Pendant toute la décennie des années 80, les plus grands clubs italiens ont milité pour avoir trois étrangers au sein de leur effectif. Et au début des années 90 quand ce fût le cas, chacun des grands clubs de la Péninsule, optait pour une stratégie de recrutement très ciblée. Le Milan AC, champion 1988, était à la sauce hollandaise, le voisin de l'Inter, Champion 1989, optait pour une formation à l'accent germanique tandis que le Napoli, champion 1990, était à la mode sud-américaine.
Mais bon en 1990-91 aucune de ces trois équipes ne sera championne, le scudetto sera pour la Sampdoria de Gênes emmené par le duo Gianluca VIALLI et Roberto MANCINI. 

Philippe CHANLOT le brésilien

Guadeloupéen d'origine mais né à Orléans, Philippe Chanlot est formé au LOSC qu'il intègre dès 1984. Au bout d'une saison il part pour Dunkerque, où sa carrière va connaitre un curieux rebondissement. En effet il arrive comme stagiaire à l'OM en 1986, la rumeur veut qu'il ait été recruté par le Boss lui- même, Bernard TAPIE séduit par le joueur après l'avoir vu sur une simple cassette vidéo. Il va s'imposer rapidement dans l'équipe B où ce milieu très offensif particulièrement polyvalent marque la bagatelle de 10 buts lors de sa 2ème saison. Alors qu'on pense qu'il va éclater, il prend tout son monde à contre-pied en signant à Annecy en D2. Après 2 saisons, il est repéré par le FC Metz qui l'enrôle en 1990 pour le prêter à Louhans-Cuiseaux. Titulaire à part entière il revient plus fort en Lorraine pour y goûter la gloire de la D1. C'est la saison 1991-92 et Philippe CHANLOT va être la révélation du début de saison marqué par ce succès face à Toulouse. A St-Symphorien Metz va faire exploser le TFC 4-0 sous l'impulsion d'un Philippe CHANLOT stratosphérique. Il y a du José Touré en ce joueur et il n'y a qu'à voir son but ce soir-là, celui du 3-0. Dos au but Chanlot jongle par dessus les têtes de Pons et Ruty dans la surface. Il se retourne et sans que le ballon ne touche une seule fois le sol, reprend splendidement du droit pour une volée qui ne laisse aucune chance à Robin Huc. Le FC Metz à l'issue de la 4ème journée est 3ème derrière Monaco et Marseille et Philippe Chanlot est en tête au classement des étoiles de France Football. Tout va bien en Lorraine au cœur de l'été 1991. Voici ce but à la José Touré de philippe CHANLOT du grand art.

video

Et pour ceux qui sont déçus de ne pas voir Philippe CHANLOT avec sa véritable coupe de cheveux, voici la vignette de la saison suivante 1992-93 :
Et le classement des étoiles France Football après 4 journées lors de la saison 1991-92 et un Philippe CHANLOT seul en tête

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...