Best of 2013 : Avril

Bien sur chaque mois d'avril commence par un bon gros poisson !

La chevauchée fantastique de Sepp MAIER

Sepp MAIER sûrement le plus grand gardien de l'histoire du football allemand. une légende au Bayern et au sein de  la Nationalmanschaft. MAIER c'est 17 saisons au Bayern de Munich et 13 années comme gardien numéro 1 de la sélection de la RFA. 679 match avec le Bayern et une multitudes de titres dont 3 coupes d'Europe des clubs champions, avec l'équipe de RFA c'est 95 sélections et un tire de champion d'Europe en 1972 et un titre de champion du monde en 1974. Mais tout ça vous le savez déjà, par contre ce qu'on ignore tous c'est l'exploit qu'il réalisa en Bundesliga le 30 mars 1974 face à Duisbourg. Ce match ne fût pas un match difficile et mène 3-0 quand Sepp MAIER se la joue façon Pascal OLMETA. Le portier allemand tel un libéro sort de sa surface pour intercepter un ballon en profondeur de l'équipe adverse. Son contrôle un peu long, lé déporte le long de la ligne de touche et là se retrouve en duel face à un attaquant de Duisbourg et au lieu de dégager le ballon, le futur champion du monde tente l'impossible et déborde tel un Ibrahim BA de la grande époque le long de la ligne de touche. Personne ne l'arrête et MAIER remonte tout le terrain pour arriver à hauteur de la surface adverse, son centre n'est pas le plus beau centre du monde mais qu'importe quand dans vos rangs vous avez le Bombardier !! Gerd MULLER reprend ce centre banane qui ressemble à la trajectoire d'un canard flingué en plein vol et place une tête plongeante en rase motte qui meurt dans le petit filet du gardien de Duisbourg. Le Bayern l'emporte 4-0 et Sepp Maïer ce jour-là écrivit une nouvelle page de sa légende. Cette chevauchée fantastique la voici :

video

Et le lendemain on redevenait sérieux avec un des sujets les plus lus de l'année :

Les carnets secrets du Barça sur le PSG 

En coupe d'Europe 1995, le Barça affronte le PSG et pendant son séjour en Île de France, l’équipe de Barcelone réside à l’hôtel Trianon Palace de Versailles. Le 15 Mars 1995, les catalans quittent l’hôtel et leurs chambres puisqu’ils rentrent directement en Espagne après le match. Donc le jour du match, un nouveau client arrive dans la chambre qui fût occupé par Johan Cruyff, cet industriel qui est en voyage d’affaires se pose alors devant le bureau de la chambre et s’aperçoit que la femme de ménage à oublier de jeter certains papiers. L’homme curieux jette un œil et en passionnée de foot qu’il est, comprend qu’il a sous les yeux toutes les notes de l’entraineur hollandais sur son adversaire du jour le FC Barcelone. L’homme est abonné à France Football et envoie à l’hebdomadaire les documents qui les publient la semaine suivante. En tout cas rien ne dit que l’homme ou le magazine n’ont pas transmis à Luis FERNANDEZ et son staff une copié des documents avant la rencontre. En tout cas quelle imprudence de la part de l’entraineur barcelonais de ne pas avoir emporté ses documents ou de ne pas les avoir détruits. Ces documents est véritable trésor d’archives en voici quelques extraits et pour l'avis sur chaque joueur je vous invite à lire le sujet : Les carnets secrets du Barça sur le PSG.

Cruyff craignait les corners de Valdo à gauche avec soit un danger au premier poteau avec Ginola mais aussi la présence au second poteau de George WEAH, comme on le voit sur ce croquis de l’entraineur catalan
Rebelote avec ce croquis mais sur les corners de l’autre côté tirés par Paul Le Guen. Cruyff identifie bien que le danger n°1 est RAÏ au premier poteau :

La carrière de joueur d'Alex FERGUSON

Bon sur Old School Panini j'ai souvent parlé de Sir Alex FERGUSON l’entraîneur mais très peu du joueur. Il commence sa carrière comme joueur amateur du côté du Queen's Parf Football Club, petit club de Glasgow. Il est attaquant et débute avec l'équipe première à l'âge précoce de 16 ans.  3 ans plus tard, il n'arrive pas à s'imposer au Queen's Park et file à St-Johnstone mais il n'est toujours pas professionnel. Là aussi il a du mal à s'imposer et envisage une carrière au Canada car au bout de 4 saisons il est toujours remplaçant et ne joue quasiment jamais. Vient la fin de la saison 1963-64, Ferguson à 23 ans et il va enfin avoir sa chance,  suite l'absence d'attaquants, l’entraîneur de St-Johnstone le titularise pour un match face aux Rangers. St-Johnstone crée la surprise en s'imposant et Alex FERGUSON inscrit un hat-trick. L'été suivant il signe son premier contrat professionnel avec le club de Dunfermline Athletic. Il y reste 3 saisons avec un bilan notable de 66 buts en 89 rencontres puis signe au sein des prestigieux Glasgow Rangers qui ne l'avait pas oublié. Chez les Rangers, Alex Ferguson prouve encore qu'il est un attaquant efficace et inscrit en deux saisons 44 buts en 57 rencontres. Il terminera sa carrière au plus haut niveau écossais à Falkirk. 
Une honnête carrière pour cet attaquant adroit devant le but. Seulement cela remonte à une époque très lointaine et il est difficile d'illustrer cet article avec ces autocollants ou cartes d'une qualité digne d'Old School Panini alors il fallait agir et voici le sticker de Sir Alex FERGUSON en HD avec les Glasgow Rangers :
Bien sûr il n'existe pas de vignettes ou cartes de sa période amateur à Queen's Park pourtant je vous propose un petit jeu avec une photo de l'équipe lors de la saison 1958-59. Sauriez-vous retrouver Sir Alex ? (réponse à la fin du sujet)
Bon c'est pas évident car il n'a que 17 ans et demi sur la photo ! Et puis on a plus l'habitude de le voir sur un banc de touche avec la casquette de manager. Tenez voici un petit cadeau d'Old School Panini avec les vignettes Panini des 3 clubs qu'il a entraîné au plus haut niveau : St-Mirren, Aberdeen et Manchester United. Pour M.U il s'agit de sa première vignette Panini lors de l'album 1987-88
Je trouve qu'en franchissant le mur d'Hadrien il a perdu une certaine classe le Sir Alex. Fini les costumes cintrés et la cravate et place aux survets et aux doudounes Parka. La cravate c’était sa marque de fabrique même quand il était joueur il la portait dès qu'il était en dehors du terrain :
Quel dandy !! Sir Alex avait la classe et l'élégance aussi bien sur qu'en dehors des terrains à l'époque
Bon il temps de voir la réponse à la petite question de tout à l'heure. Sir Alex sur la photo des Queen's Park FC version 1958-59 est assis tout en bas à l'extrême droite :

L'hommage à Javier ZANETTI en vignettes Panini

Alors qu'on pensait que cette saison allait être la dernière de Javier ZANETTI, Il Capitano vient d'annoncer qu'il rempilerait sous le maillot nerazzuri pour la saison 2013-14. Ce sera le dernier exercice de sa carrière alors qu'il soufflera ses 40 bougies au mois d'août prochain. Comment évoquer l'incroyable longévité de sa carrière ? Par les chiffres ? Tout le monde l'a fait alors ici sur Old School Panini on va faire ce qu'on sait le mieux faire : Avec des vignettes Panini. Voici de ses débuts en 1993 au Talleres de Cordoba à cette saison 2012-13 à l'Inter,  20 ans de sa carrière professionnelle en Panini :
C'est incroyable tout de même comme il n'a quasiment pas changé en 20 ans ! Mais on peut aller plus loin dans l'analyse Panini de sa carrière à l'Inter  pour ce joueur qui aura connu 18 entraîneurs différents à Milan. Tout simplement en regardant la planche Panini de l'équipe de l'Inter lors de son arrivée dans le Calcio en 1995-96. Vous allez voir il y a des joueurs qui ont raccroché il y a bien des années...

L'histoire en Panini de Thiago SILVA et ALEX

Thiago SILVA et ALEX c'est aujourd'hui la charnière centrale titulaire du Paris Saint Germain mais il faut savoir que les deux hommes se connaissent depuis l'enfance et que c'est tout sauf un hasard si aujourd'hui il se retrouve coéquipiers. En effet Thiago SILVA est un miraculé du foot et il le sait son salut pour beaucoup tient au soutien infaillible depuis des années de son meilleur ami ALEX. Si Thiago Silva est considéré aujourd'hui comme l'un des meilleurs défenseurs au monde, voire le meilleur, le Brésilien n'a pas toujours eu une vie dorée. "Je n'ai pas eu que des moments faciles dans ma vie. Il y a eu des épreuves à surmonter. Aujourd'hui je peux vous le dire en face, je suis un survivant." Alex, le meilleur ami de Thiago Silva depuis leur enfance raconte comment le Brésilien a goûté aux joies du cuir pour la première fois : "A Santa Cruz, près de Rio de Janeiro, il a passé toute son enfance. Il était là-haut, il jouait au cerf-volant, c'est là que je l'ai connu. On l'appelait, 'Viens Thiago on va jouer au foot sur le terrain entre les deux rues', et il descendait rapidos." Pourtant, le joueur du PSG a mis un certain temps avant de rejoindre ses copains sur le terrain vague. Trop timide, il n'osait pas y aller : "Je passais beaucoup de temps sur la terrasse, je voyais les gens jouer au foot, mais je n'avais pas vraiment le courage d'y aller, j'étais trop timide, jusqu'au jour où j'ai eu un déclic, l'envie de les rejoindre. Les gamins m'ont appelé, et là je n'avais plus le choix, je devais y aller, et j'ai commencé à jouer." Un courage qui apportera les résultats que l'on connaît tous aujourd'hui. 
Mais à l'époque, Thiago SILVA grandit dans un quartier difficile en proie à la pauvreté et donc à la délinquance, ainsi lui même avoue qu'il aurait même pu mal tourner : "Je dois beaucoup à ce quartier car j'y ai appris énormément là-bas. J'ai vu beaucoup de belles choses mais aussi des choses négatives. C'est vrai, j'aurais pu prendre le mauvais chemin, faire des mauvais choix et mettre en péril mon avenir." Mais heureusement il y a le football et sa seconde famille, celle d'Alex, d’ailleurs Thiago SILVA considère la mère d'Alex comme sa seconde mère.Chez ALEX, Thiago ne connaîtra jamais la faim, d'ailleurs la maman d'Alex, cuisinière de son état, a donné son nom à une recette à l'époque. Le gâteau Thiago SILVA et pourquoi ? Parce que lorsque le jeune Thiago débarquait chez les Alex il le mangeait en entier le gâteau ! Une anecdote qui donnera de l'eau au moulin de Joey Barton. Mais l'amitié entre les deux hommes va plus loin que le goûter partagé après un match de football de rue. Alors que Thiago SILVA a fait des débuts remarqués en première division brésilienne, il file en Europe chez le FC Porto tout juste sacré champion d'Europe et là c'est le début des ennuis, des ennuis graves. En effet quand Thiago SILVA regarde dans le rétroviseur, c'est non sans peine qu'il évoque son passé : "Aujourd'hui je suis un joueur reconnu du PSG, parfois adulé, mais quand je regarde en arrière je vois tout ce que j'ai dû accomplir pour en arriver là, et croyez-moi rien n'a été facile." Car en effet, si le joueur a réussi à vaincre ses problèmes financiers et mettre à l'abri sa famille, il allait faire face à un adversaire beaucoup plus redoutable, qu'il n'avait encore jamais affronté, la mort. Transféré à Porto en 2004, malade, il rejoint Moscou un an après. Voyant sa santé se dégrader, il passe plusieurs tests. Là, le verdict tombe comme un couperet : le joueur est atteint de la tuberculose, maladie complètement incompatible avec le football, qui cause des problèmes respiratoires. "J'aurais pu y laisser la vie, si la maladie avait été découverte quelques semaines plus tard. Quand le médecin m'a montré la radiographie de mes poumons, j'étais désespéré, j'ai tellement pleuré.", a expliqué le Brésilien. 
Mais pour combattre cette maladie, il a pu, comme toujours, compter sur le soutien de son meilleur ami. Alex raconte, les larmes aux yeux, devant les caméras de Téléfoot : "Quand j'ai appris la nouvelle, c'était difficile d'y croire. Je devais aller là-bas, je devais voir mon ami. Je n'avais jamais quitté le Brésil mais je ne regrette pas. Si je devais le refaire, je le referai à nouveau. On a vécu ici un des moments les plus tristes." Au bout de quatre mois, Thiago vainc la maladie. De nouveau sur pieds, rien ne lui promettait de retrouver le football. Dans l'espoir de retrouver les pelouses, Thiago SILVA retourne dans son pays natal, et plus précisément à Fluminense. "Après ma maladie, Fluminense s'est comporté avec moi comme un amour, je supportais déjà ce club, et tout de suite après la tuberculose ça a été pour moi un grand amour, l'équipe m'a ouvert ses portes pour un retour dans le foot. Je suis ému à chaque fois que je parle de Fluminense, parce que, si j'avais été ailleurs, je ne serai probablement pas aujourd'hui l'un des meilleurs défenseurs du monde." C'est ainsi que Thiago Silva lance véritablement sa carrière. Il enchaîne les matches, et devient "O mostro". Ensuite, il connaît la véritable consécration, avec un transfert à Milan, puis au PSG. Et donc voici les deux vignettes Panini des meilleurs amis du monde lors de leurs débuts en première division brésilienne, avec la Juventude pour SILVA et le prestigieux club de Santos pour ALEX :

Zlatan IBRAHIMOVIC's first sticker in HD

Ibrahimović signed his first contract with Malmö FF in 1996, and moved up to the senior side for the 1999 season of Allsvenskan, Sweden's top-flight league. That season, Malmö FF finished 13th in the league and were relegated to the second division, but returned to the top flight the next season. Arsène Wenger unsuccessfully tried to persuade Ibrahimović to join Arsenal, while Leo Beenhakker also expressed interest in the player after watching him in a training match against Norwegian side Moss FK. On 22 March 2001, a deal between Ajax and Malmö regarding Ibrahimović's transfer to Amsterdam was announced, and in July, Ibrahimović officially joined Ajax for 80 million Swedish kronor (10 millions of €). 
Zlatan Ibrahimović signe son premier contrat professionnel avec Malmö FF en 1996, et fait ses grands débuts en équipe senior lors de la saison 1999-2000 d'Allsvenskan (première division suédoise). Cette saison,-là, son club finit 13e du championnat et est relégué en D2/ Le club fait l'ascenseur, puisqu'il remonte en D1 la saison suivante. En 2001, il est remarqué par le coach d'Arsenal, Arsène Wenger, qui tente sans grand succès de l'attirer dans ses filets, tandis que Leo Beenhakker exprime publiquement son intérêt pour le joueur après l'avoir vu à l’œuvre lors d'un match contre la formation norvégienne du Moss FK. Finalement, le 22 mars 2001, les Néerlandais de l'Ajax Amsterdam trouvent un accord avec le club suédois pour le faire venir contre la somme de 80 millions de couronnes (environ 10 millions d'€).
From Sweden in the begining of the 21st century and today at Paris, only his haircut has changed :
Depuis la Suède au début de ce siècle jusqu'à cette année à Paris, on peut voir qu'il n'y a que sa coupe de cheveux qui a changée :

Les diaspora du Calcio lors de la saison 1990-91

Pendant toute la décennie des années 80, les plus grands clubs italiens ont milité pour avoir trois étrangers au sein de leur effectif. Et au début des années 90 quand ce fût le cas, chacun des grands clubs de la Péninsule, optait pour une stratégie de recrutement très ciblée. Le Milan AC, champion 1988, était à la sauce hollandaise, le voisin de l'Inter, Champion 1989, optait pour une formation à l'accent germanique tandis que le Napoli, champion 1990, était à la mode sud-américaine.
Mais bon en 1990-91 aucune de ces trois équipes ne sera championne, le scudetto sera pour la Sampdoria de Gênes emmené par le duo Gianluca VIALLI et Roberto MANCINI. 

Les ratés Panini : Jimmy ADJOVI-BOCO

Vous vous souvenez tous de Jimmy ADJOVI-BOCO ? Nul besoin de présenter ce défenseur qui a évolué au plus haut niveau pendant 6 saisons au RC Lens de 1991 à 1997. Jimmy ADJOVI-BOCO symbolise la montée en puissance du club Artois dans les années 90 jusqu'au sacre ultime de 1998. Avec les Eric SIKORA, Jean-Guy WALLEME, Hervé ARSENE, Pierre LAIGLE, Christophe DELMOTTE, l'australien Robbie SLATER mais aussi DEHU, MEYRIEU, Roger BOLI, WARMUZ, DEBEVE ou Tony VAIRELLES, c'est toute une génération qui a fait le bonheur de Felix Bollaert et au milieu de cette bande sang et or, un rasta reconnaissable tout de suite sur le terrain : Jimmy ADJOVI-BOCO. J'adore cette anecdote pour ses débuts en division 1, lui qui a répété ses gammes en seconde division, à Tours notamment. Première journée de championnat lors de l'exercice 1991-92, ADJOVI-BOCO, nouvelle recrue en provenance de Tours est titulaire d'entrée pour la réception du FC Metz à Bollaert. Alors est-ce le trac ou l'envie de bien faire mais Jimmy ne reste que 16 minutes sur la pelouse !! Le temps de prendre son premier carton rouge en première division. Je pense qu'il s'agit là d'un record de carrière !! Bon la suite sera beaucoup plus raisonnable car en 195 matchs de division 1,  il ne prendra qu'un autre carton rouge. Heureusement car si il avait suivi son rythme il aurait explosé les stats des Cyrils (Jeunchamp et Rool) réunis. Mais aujourd'hui sur OSP on ne va pas évoquer sa carrière mais un raté Panini énorme, peut-être le plus gros que j'ai vu depuis que je fais cette rubrique. (Voir ici tous les Ratés Panini retranscris par OSP). Donc Jimmy ADJOVI-BOCO quitte le RC Lens en 1997 et file en Ecosse jouer aux Hibernian, le club d’Édimbourg. Et là dans l'album Panini écossais de 1998, notre Jimmy devient : Óli Gottskálksson. Comment ça vous me croyez pas ?? Et bien regardez :
Alors OK je veux bien que Jimmy ADJOVI-BOCO n'était pas forcément le joueur le plus connu du championnat de France quand il a franchit le mur d'Hadrien mais messieurs les éditeurs Panini installés en Ecosse, il faut y aller mollo sur le single malt car vous trouvez que Jimmy a une tête à s'appeler Óli Gottskálksson ?
Bon l'explication est toute simple, les mecs qui ont fait l'album 98 comme je le disais ont trop forcé sur le scotch à la pause déjeuner et en revenant au taf ils ont tout simplement inversé Jimmy avec le gardien de l'équipe, l'islandais Ólafur Gottskálksson :
Si ça se trouve en Islande y'a un blog de foot appelé Øld Schøøl Panini qui s'insurge sur le fait que leur gardien national, Gottskálksson soit confondu avec un certain Jimmy Boco ! Ah les ravages de l'alcool au travail. En tout cas un grand merci à Cedric, fidèle supporter des sang et or, d'avoir trouvé ce loupé. Et tu as vu Cédric je n'ai pas dit un mot sur le fait qu'en 195 matchs de division 1, Jimmy ADJOVI-BOCO n'a pas marqué le moindre but en première division. Même pas pour son dernier match avec les sang et or, lors de la dernière journée de la saison 1996-97 quand le RC Lens recevait Caen et que le Racing a obtenu un péno. Tout l'équipe se tourna vers Jimmy pour qu'il le tire et il le tira mais l'histoire voulu qu'il ne marque jamais ce but....Entre son premier match et son dernier match en division 1, il n'aura pas eu vraiment de réussite le malheureux Jimmy.

Le Top Ten des Trifons made in France 1978

Si en général dans cette catégorie, "Dans la série il n'y a pas que Trifon", la part belle est réservée aux allemands et hollandais des années 70, pour une fois je vais démontrer que la France aussi a connu sa vague de joueurs rugueux aux looks patibulaires durant cette même période. Voici une petite compil de mes 10 tronches préférées dans cet album :
10-Patrick JESKOWIAK 
Valenciennes

09-Ignacio PENA 
FC Rouen

08-Jean PETIT 
AS Monaco

07-Raymond DOMENECH 
RC Strasbourg

06-Patrick REVELLI 
AS Saint-Etienne

05-André GALLICE 
Girondins de Bordeaux

04-Joel TANTER 
RC Strasbourg

03-Jean-Pierre POSCA 
FC Sochaux

02-Hassan HARMATALLAH 
RC Lens

01-Guy FRAUNIE 
Girondins de Bordeaux
HORS CATEGORIE
Dans cet album il y a deux vignettes que je voulais partager avec vous même si vous les avez déjà vu sur Old School Panini. Le père de David TREZEGUET et le père de Matthieu TOTA alias M POKORA :

Jorge TREZEGUET 
FC ROUEN
André TOTA 
Girondins de Bordea

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...