TORINO F.C 1984-85

Dauphin du Hellas Verone, le Toro version 1984-85 livra une saison des plus surprenantes ! Après un exercice de haute volée on pensait les granata incapables de revenir sur le futur champion pourtant le club va complètement relancer ce championnat à cinq journées de la fin en créant la sensation de la saison. Le 14 avril 1985 c'est un coup de théâtre au Bentegodi, Verone-le-presque-champion battu pour la première fois de la saison à domicile. On croyait le leader invulnérable et voilà qu'au moment même où plus personne ne mettait sa supériorité en doute, il s'étala de tout son long sur son herbe. L'auteur de ce retentissant K.O ne pouvait être que le Toro ! Bien que le Torino restait sur un humiliant échec dans le derby de Turin le dimanche précédent, mais qui, il est vrai n'était pas à son premier tour de force dans ce championnat 84/85. N'avait-il pas précédemment battu ou tenu en échec chez eux tous ses concurrents du groupe de tête, Juve et Milan les premiers ? Cette fois, pourtant l'affaire s'annonçait mal puisque de toute façon Vérone était hors d'atteinte pensait-on. Mais ce n'était pas le jour du Hellas, puisque d'entrée de jeu, son petit buteur Galderisi ratait un penalty pour une faute du gardien turinois sur Elkjaer dès la 4ème minute, après quoi ce fût au tour de Marangon de rater le cadre à la 9ème minute alors que les cages étaient vides. Verone venait de gâcher sa propre fête et il n'en fallait pas plus pour qu'en face on saisisse sa chance à pleines mains. Avec un maître à jouer comme Junior, le Toro avait de solides arguments à afficher et après avoir laissé passer l'orage allait donner une leçon à la meilleure équipe d'Italie. En seconde mi-temps c'est le toujours efficace Aldo Serena qui ouvrait le score d'un retourné puis l'autrichien Schachner doublait la mise idéalement servi par l'indispensable brésilien Junior. Même si le toujours combatif Briegel réduisait la marque, le Toro l'emportait et relançait complètement ce championnat en revenant à 4 points de son adversaire et il restait 4 matchs à jouer. Voici le résumé de cette rencontre. 


Comme je le disais, Le Toro sera un superbe dauphin mais un dauphin seulement. Car même si le Hellas Verone ne réalisa pas le parcours parfait, le Torino n'allait pas en profiter et enchainer avec trois matchs nuls qui lui ôta tout espoir de scudetto. Un scudetto qui lui file entre les doigts depuis 1976. Il faut dire que le Toro a tout de même une sacrée excuse pour ses deux derniers matchs en perdant son maitre à jouer, Junior. Junior c'était l'âme de son équipe, l'équivalent d'un Flacao à l'AS Roma et on pouvait se rendre contre de l'influence énorme qu'il avait sur le jeu des Granata....lorsqu'il était absent. Débarqué de Flamengo il va permettre au Torino, qui était un peu dans le creux de la vague, de revenir au sommet du football italien et de jouer les premiers rôles en apportant toute sa classe et sa clairvoyance au milieu de terrain. Véritable métronome du milieu, tous les ballons passent par lui et il a un don pour être l'homme de la dernière passe. Bien entendu, sans aucune contestation, il sera élu joueur de l'année au Toro lors de ce brillant exercice. Voici l'effectif au complet du traditionnel album Panini de cette belle équipe du Toro
Ainsi que la vignette de l'équipe, du logo et de la mascotte :
Et si comme moi vous aimez ce kit du Toro des années 80, un petit bonus :
Enfin, cela dure une grosse demi-heure, le film de la saison 1984-85 du Toro :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...