Enzo FRANCESCOLI, les années RIVER

Si vous suivez OSP, vous savez qu'Enzo FRANCESCOLI a été élu meilleur joueur de l'histoire de River Plate (voir le sujet le Top Ten des Idoles de River Plate) mais pourtant il s'en est fallu de peu dans sa carrière et son premier séjour chez les Millionarios soit beaucoup plus court. En effet en 1983-84, Enzo FRANCESCOLI aurait pu jouer au .... RC Lens. A l'époque Romain Arghirudis, le directeur sportif des sang et or, venu recruté son compatriote Venancio Ramos, ne jure que par Enzo FRANCESCOLI à son retour dans le ch'nord. Mais pour le président du RC Lens, cet inconnu uruguayen avait été jugé trop cher. Quand on songe à combien il aurait pu le transférer par la suite au futur Matra Racing, ce fut un mauvais calcul. Car River Plate l'arrachera pour seulement 360 000 dollars, il est difficile de comparer les montants de l'époque et en Argentine c'était l'un des transferts les plus importants mais cette somme est dix fois inférieure à ce que dépensera Lagardère pour faire venir El Principe dans la capitale française (France Football avait estimé son transfert à 3 400 000$ que ni le club, ni le joueur ne démentiront par la suite). Mais c'est à River que Francescoli a posé ses valises de 1983 à 1986 dans un premier temps. Et du côté du Monumental il va confirmé qu'une étoile était née à Montevidéo et qu'elle continuerait de briller à Buenos Aires. Élu meilleur joueur d'Argentine en 1985-86, il sera aussi deux fois meilleurs buteurs du championnat. Lors de ces deux dernières saisons il inscrit 24 et 25 buts. 49 buts en deux saisons dans un championnat aussi rugueux que l'Argentine c'est impressionnant et regardez celui-là marqué en amical. Un retourné digne d'un Marco Van Basten dans sa réalisation :



Le goléador est définitivement prêt pour l'exportation vers le Vieux Continent. Étape obligatoire ou nécessaire ? Enzo Francescoli à son avis sur la question « J'étais bien à River, mais j'ai eu l'opportunité de progresser en venant jouer au Racing. Pour un sud-americain, évoluer en Europe est toujours une façon de progresser car le football y est plus compétitif ». Le progrès était également financier car le Racing à l'époque est tout juste promu ne première division et Francescoli a repoussé à l'époque des offres du Milan AC, du Torino et même de Manchester United, des clubs un poil plus prestigieux que le récent champion de France de D2. Bon il ne faut pas être médisant et on le verra dans le sujet sur les années Matra d'Enzo, que l'affectif compte beaucoup pour lui et ont pesé dans sa décision de venir en France, qui alors jouissait d'une excellente réputation internationale sur la qualité de jeu à l'apogée de la génération Platini. D'ailleurs le directeur sportif du Racing, René Hauss met en avant cet argument « Le fait de jouer à Paris compte beaucoup dans la décision d'un joueur. L'argument a été très important en ce qui concerne Enzo. Sa femme surtout, a insisté auprès de lui. Paris l'attirait énormément. Puis la présence de Ruben Paz dans l'équipe était un plus aussi ».
Enzo restera 8 ans en Europe avant de revenir à River où il va encore plus marqué le club que lors de son premier passage. En point de mire la seconde Copa Libertadores du club gagnée en 1996, 10 ans après la première. Si en 1986, Francescoli n'avait pas pu disputer la finale pour cause de transfert en France, il fut l'un des principaux artisans de cette campagne victorieuse. A trente-quatre ans "le prince" venait de couronner une saison exceptionnelle qui lui a offert sur le tard la consécration qui s'était refusée à lui en Europe. La Copa America un an avant avec l'Uruguay, le titre de meilleur joueur d'Amérique du sud en 1995, Francescoli est un homme comblé. Lui qui dira après la victoire de River face à Cali (oui le même adversaire que lors de la finale 1986 :) : « A l'exception de la santé de ma famille, je n'ai plus rien à exiger de la vie ». Pour conclure ce sujet, voici un petit but que j'adore, face au Racing on peut y admirer toute la classe du "prince" et son sens du but :


Et pour termine voici la figurita d'Enzo avec River signé par le talentueux artiste argentin : Diego Parpaglione

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...