ANGLOMA was kung-fu fighting

Le 28 janvier 1994, l'OM et l'AS Monaco s'affronte pour le compte de la 24ème journée. Si les Marseille-Monaco ont toujours été chauds, celui-ci va dépasser les limites avec une pluie de tacles et de coups les plus dangereux les uns que les autres. Il faut dire que l'OM est sous pression depuis l'été 93 ! Les sanctions tombent de tous les côtés et les phocéens ne savent pas de quoi demain sera fait. Pour tous ces joueurs il y a une pression sur leurs épaules comme jamais ils ont connu dans leur carrière. Une pression trop forte qui va faire disjoncter joueurs et dirigeants et en premier lieu, l'international Angloma coupable d'un des gestes les plus dangereux que j'ai vu dans l'histoire de notre championnat de France. Mais le problème c'est que les joueurs vont ensuite se répandre dans la presse comme pour mieux justifier leur agressivité. Deschamps, Angloma, Petit, tout le monde y va de ses piques, de ses justificatifs. Un déballage médiatique qui excède Platini, deux mois après l'élimination face aux bulgares : « Si certains jouaient aussi bien qu'ils savent parler pour dire des conneries, nous serions qualifiés pour les Etats-Unis ». En effet, les marseillais acceptent mal de se faire traiter de voyous par Wenger et Petit après le match et se défendent de pratiquer un football viril mais correct. La palme des déclarations sur l'attentat d'Angloma revient tout d'abord à l'auteur lui-même. Un Angloma qui déclarera après son expulsion : « Sur l'action où je commets une faute sur Ikpeba, je suis en retard, sans doute mal placé, et je tente de compenser avec mes qualités, notamment la souplesse ». Il a trop vu la scène finale de Karaté kid notre Jocelyn sur ce coup. Mais si sur ce coup là il fait une belle preuve de mauvaise foi, il est encore bien loin de son boss, empereur dans ce domaine. Bernard Tapie n'y va pas avec le dos de la pelleteuse pour défendre son arrière droit : « Les conditions atmosphériques changent les trajectoires : c'est le cas d'Angloma qui a été trompé par le vent ». Non mais il faut y aller tout de même pour la sortir celle-là sans trembler du menton ! Je vous laisse juger mais cette action c'était comme si Angloma était parti pour découper la tête de Victor Ikpeba :

video

Quand je repense à Bernard Tapie et toutes ses déclarations de l'époque, j'ai toujours une pensée pour cet artiste roumano-argentin qu'avait crée les inconnus, Juan Romano Chucalescu qui disait de son modèle : « Il se foutait de la gueule du monde mais avec une telle crédibilité ! ». Je crois que ça colle bien avec la déclaration de Nanard et les images de la tentative de décapitation d'Angloma.

3 commentaires:

  1. Super commentaires, Alex.
    et merci pour le lien sur le disciple de maître Stupallacci, avec la photo de jack Lang derrière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah enfin une personne qui me parle de Juan Romano Chucalescu !! Le scketch est monumental !!

      Supprimer
  2. A mourir de rire, comme quasiment toutes les "télés des Inconnus" de l'époque.
    Ils étaient juste démentiels tous les trois.
    Tiens, j'en regarderai bien une pour retrouver le sourire après le résultat de ce matin...

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...