Le retour de CANTONA à Old Trafford

1er octobre 1995, Manchester United reçoit son plus grand rival Liverpool mais ce jour-là c'est Cantona qui éclipse l'enjeu de ce match au sommet. Aux abords d'Old Trafford il n'y en a que pour lui. Du Cantona à toutes les sauces, sous toutes les couleurs, sur tous les tee-shirts. Canto, vénéré, Canto adulé. Les imprimeurs ont laissé libre cours à leur imagination. Les nouveaux slogans « Eric a assez payé, maintenant c'est aux autres de souffrir » ou encore « Il revient et il va se venger » voisinent avec les anciens comme le déjà fameux « 1966 fut une grande année pour le foot anglais, Eric est né ». En ce 1er octo, les autres joueurs de Manchester n’existent pas. Cole, Giggs n'ont droit qu'à quelques bouts de tissu au milieu de cette gigantesque confection made in France. Le premier effet de la rentrée de Cantona est économique. La saison dernière United à réalisé un chiffre d'affaire de 186 millions de francs sur le merchandising. A lui seul, Canto pèse 40 millions de Francs. Soit trois fois plus que ce qu'engrange le PSG à l'époque sur l'ensemble de ses produits dérivés en un an. De quoi penser en partie la plaie financière ouverte par l'élimination en Coupe de l'UEFA face au Rotor Volgograd cinq jours auparavant. 

Le deuxième effet est médiatique et tout aussi spectaculaire. Jamais on n'avait autant parlé d'un joueur qui n'a plus décroché un mot en public depuis huit mois. Des tabloïds aux journaux d'opinion, le phénomène a été décortiqué à longueur de pages et d'antennes. Le club a fait tourner une vidéo spéciale d'une heure sur le week-end du grand pardon, pendant que la BBC diffusait sur son antenne radio, une interview exclusive de Cantona, dont l'unique défaut est d'avoir été enregistrée un an auparavant. David Meek, qui suit Unied depuis 37 ans pour le Manchester Evening News, n'en revient pas. « Il y a eu plus d'articles, d'émissions de télévision et de radio pour le retour de Cantona que pour le titre conquis en 1993 après 26 ans d'abstinence ou la Cup en 1994. Cette journée est l'une des plus fortes de l'histoire du club sur le plan émotionnel ». Aussi, lorsqu'à 15h58 Cantona déboule en queue de peloton sur la pelouse d'Old Trafford avec un cameraman dans les pattes, le peuple de Manchester expulse deux cent quarante-huit jours de frusration. Les « Ooh, aah, Cantona » résonnent plus fort que jamais dans une enceinte pourtant amputée d'une tribune pour cause de travaux d’agrandissement en vue de l'Euro 96. Dans le stade comme en dehors, il y en a que pour lui. A croire que c'est un Cantona-Liverpool qui va être servi chaud. Des dizaines, des centaines de drapeaux français à son effigie flottent dans les airs, alors qu'en général le supporter anglais n'emporte que sa voix au stade. En France on a vu ça dans le grand format de l'Equipe du dimanche et je m'en souviens d'en avoir eu la chair de poule à son entrée sur la pelouse ! Le king est de retour, revivez ce qu'on a vécu ce dimanche là :


Après tout ça il y eut le match et la folie ! 67 secondes après le coup d'envoi, Cantona touche son troisième ballon. Alerté sur l'aile gauche par Cole, il centre pour le jeune Nicky Butt qui s'arrache et ouvre la marque. Old Trafford explose. Il ne lui a pas fallu plus d'une minute au King pour reprendre sa place dans le trafic, pour montrer à quel point son influence est déterminante. Mais le Manchester d'United du mois d'octobre 1995 n'est plus celui qui faisait jeu égal avec Blackburn avant que Cantona ne se prenne pour un Karatéka acrobate des gradins. Les départs de Ince à l'Inter et de Kanchelskis à Everton ont laissé un trou béant au milieu de terrain et en face ce n'est pas n'importe qui. Liverpool est une des meilleures formations du Royaume et les Reds se montrent beaucoup plus mature que les Red Devils dans son expression collective, emmené devant par un Robbie FOWLER prodigieux de spontanéité. Auteur d'un doublé, le jeune crack de Liverpool a failli voler la vedette à Cantona. Mais le King avait assez de ressources physiques et de lucidité pour rétablir l'équilibre à vingt minutes de la fin. C'est lui qui donne à Giggs un ballon en profondeur qui débouchera sur un pénalty après que le gallois soit bousculé dans la surface. Cantona ne laisse le soin à personne de tirer le péno à sa place. Canto le transforme et permet à United d'arracher le nul 2-2 dans un match spectaculaire. Si Canto n'a pas fait gagner son équipe pour son retour, il a indéniablement empêcher de perdre. Une passe décisive, un but mais surtout il va redonner confiance à l'équipe qui cette année là, remportera le titre malgré une incroyable compétition avec des cadors tels que Newcastle et Liverpool. Voici le résumé de ce match qui perpétue la légende et la rivalité entre M.U et Liverpool :


P.S : Cantona et la pub !

Bien sûr si il n'accorde pas d'interview pou son retour, Cantona est un homme qui a toujours su vendre son image et son équipementier Nike va encore une fois frapper un grand coup. Le week-end précédant le match contre Liverpool, le King est apparu sur les écrans TV dans le nouvelle publicité de Nike. Habillé en civil, il fait face aux téléspectateurs et voici la traduction de ce qu'il leur dit : « L'an dernier, lors de notre victoire 5-0 conte City, je n'ai marqué qu'un seul but. Contre Newcastle, j'ai tiré à quelques centimètres du poteau. Et en finale de la Cup, je n'ai pas réussi le hat-trick. Je sais que ce comportement est inacceptable et je m'en excuse. Merci ». Bien sûr à peine diffusé, le spot a provoqué de nombreuses polémiques mais il est évident que c'est ce que cherchait l'équipementier américain. Bon ou mauvais peu importe comment on parle du produit du moment qu'on en parle !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...