La rivalité SSC Napoli - AS Roma : 1987-88

Les matchs entre l'AS Roma et le SSC Napoli ont toujours été d'une rare intensité, la rivalité entre les deux clubs du sud est forte et même certains parlent du derby du soleil à chaque fois que les équipes s'affrontent. L'animosité entre les deux clubs est né dans les années 80 et à partir du milieu de cette décennie, les rapports de forces se sont inversés. La conséquence directe a été que ces matchs sont devenus de plus en plus âpres. Pour preuve voici un petit aperçu de la double confrontation lors de la saison 1987-88. Naples champion en titre, va perdre le scudetto dans la dernière ligne droite de la saison et terminé dauphin du Milan AC. La faute pour beaucoup au romains, qui termineront juste derrière les napolitains au sommet du championnat. Le premier match à lieu à Rome au Stade Olympique pour le compte de la 6ème journée. Naples se déplace en tant que leader avec 3 points d'avance. Le match est le premier sommet de la saison et 80 000 spectateurs se sont déplacés pour voir les napolitains de Diego Maradona mordre la poussière. Et tout le monde pensait que Naples allait connaître sa première défaite de la saison, lorsque à l'heure de jeu la Roma menait 1-0 à la suite d'un but inscrit par le vétéran Pruzzo. Puis encore plus, quand le leader se trouvait alors plus qu'à 9 joueurs sur le terrain, puisquel e brésilien Antonio CARECA avait été expulsé à la 55ème minute, pour avoir donner un coup de tête à son adversaire direct, Collovati. Puis se fût au tour du libéro Renica, de se voir lui aussi désigner le chemin des vestiaires par l'arbitre, pour avoir écopé de deux cartons jaunes. Mais il faut croire que ce Naples, dorénavant sûr de son affaire au plan national (4 jours plus tôt, Naples avait mordu la poussière au Bernabeu 2-0 face au Réal pour son entrée en Coupe d'Europe), n'a plus peur de rien, puisque contre toute attente, il parvint à égaliser à la 77ème minute, par l'entremise de son arrière international Francini. A 9 contre 11, Naples ramène un point précieux et conservait la tête du championnat. Voici le résumé de cette première manche houleuse :



Au mois de Mars 1988, rien ne peut arrêter, semble t-il, la bande à Diego vers leurs second scudetto d'affilée, seulement en football rien n'est écrit à l'avance. Deux défaites à domicile, ce qui pouvait parait impensable et insensé une semaine auparavant est devenu l'effarante réalité du Calcio en ce début du mois de mars générateur de sacrées giboulées pour les napolitains. Napoli l'indomptable, l'indéracinable, le Naples de tous les records est tombé face à la Roma, quatre jours après avoir fait la culbute face au Torino en coupe d'Italie. Le terrible matador, deux fois d'affilée maté dans l'arène de San Paolo, voilà qui nous change de l'ordinaire de ces deux dernières saisons et qui relance totalement la course au titre, Naples n'est plus invincible. Au moment même où on croyait les napolitains touchés par la grâce, Maradona et ses copains se sont laissés piéger comme des débutants par leurs voisins romains, toujours aussi habiles au point de vue tactique. Liedholm le vieux sorcier avait annoncé la couleur en promettant que ses galliorossi venaient au San Paolo pour l'emporter et ils ont joué le coup avec une maîtrise admirable. Un premier contre parachevé par un but de l'international Giannini, un second mené à bien par le vieux défenseur Oddi et l'affaire était dans le sac. Il ne restait plus dès lors qu'un bien déployer la toile d'araignée préconisée par celui qu'on appelle "Baron Liddas" et, malgré un but de Careca dans les dernières minutes, Naples s'y laissa prendre. Fini donc la belle série du champion 87 qui avait gagne depuis le début de la saison tous ses matchs à domicile avec une moyenne de 3 buts par rencontre à San Paolo. Ce match sera le début de la chute du Napoli qui connaîtra une fin d'exercice calamiteuse avec 4 défaites et un match nul lors des 5 dernières journées pour se faire coiffer au poteau par le Milan AC. L'AS Roma troisième de ce championnat avait joué un bien vilain tour à son grand rival en grippant cette formidable machine à gagner qu'était le Napoli de Diego. Voici le résumé du match retour :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...