La passe décisive selon Juan Roman RIQUELME

En Mars 2012, Old School Panini avait publié un sujet sur Juan Roman RIQUELME, un de plus vous me direz, intitulé : Riquelme, meilleur passeur au monde selon les stats. A l'époque donc il apparaissait qu'avec 181 passes décisives à son compteur, au cour de sa carrière pro, JRR était le meilleur passeur décisif en activité devant Dani Alves (137) et Ronaldinho (133). Il faut savoir que cette étude à l'époque n'était pas le fruit de mon labeur comme je disais mais celui d'un grand malade des nerfs qui avait alors tout recensé. Depuis mars 2012 en revanche le bonhomme s'est éclipsé et j'avais promis dimanche dernier sur la page Facebook de Boca Jrs France de mettre à jour cette statistique. Et oui car depuis mars 2012 il s'en est passé des choses du côté de Boca Juniors. Alors qu'il était en course pour un triplé historique (Championnat, coupe d'Argentine, Copa Libertadores), Riquelme connaîtra quelques désillusions, ne gagnant que la coupe d'Argentine et encore il ne jouera pas la finale car il sera alors en retraite. En effet sa fin de saison 2011-12 a révélé au plein jour ses divergences avec le coach Falcioni. La fin de championnat catastrophique de Boca (qui perd le titre dans les 3 dernières journées) et le finale perdue de la Copa Libertadores ont été les gouttes qui ont fait déborder le vase de la discorde entre les deux hommes. Pour Roman il était temps de raccrocher les crampons, enfin s'est ce qu'il pensait mais sans le dernier numéro 10 au monde, Boca allait s'enliser. Falcioni ne tient plus son équipe qui connaît un championnat catastrophique. Le peuple Xeneize va alors avoir sa peau et le rêve de tous les supporters de Boca prend forme en janvier 2013 avec le retour de Carlos Bianchi à la tête de Boca Juniors. L'homme qui a tout fait gagner au club exige le retour de son protégé, tout le peuple Xeneize aussi ! Il y a des manifestations autour du stade pour faire flancher Riquelme ! Des émissions de TV ne parlent que de ça et finalement, Roman accepte de voir les dirigeants et surtout son mentor, Bianchi pour évoquer ce retour. Le retour aura lieu en mars 2013. Et dimanche dernier, il a prouvé qu'il était encore et toujours le même joueur, capable de délivrer des caviars dont lui seul à le secret ! Après avoir fait le bonheur des Palermo, Palacio, Mouche, Cvitanich ou Viatri, aujourd'hui c'est Emmanuel Gigliotti qui va profiter du génie de Riquelme. Je vous laisse admirer :

video

Donc comme promis j'ai mis à jour les stats en épluchant tous les matchs joués par Roman depuis Mars 2012. Bon ce qui m'a aidé c'est qu'il y a eu un départ à la retraite entre juillet 2012 et mars 2013. Mais il a disputé tout de même 40 matchs depuis le dernier sujet. Au cours de ces 40 matchs contrairement à ce qu'il dit, il a plus marqué qu'il n'a fait de passes décisives. En effet il a marqué 10 buts et délivré 7 passes décisives alors que dans la presse il ne cesse de répéter qu'aujourd'hui il est bien plus intéressé par le fait de délivrer la dernière passe plutôt que de marquer. Voici le détail de ses dernières passes décisives pour mettre à jour les tableaux (A chaque fois cliquer sur l'image pour pas vous abîmer les yeux).
Ce qui donne au total pour l'ensemble de sa carrière :
Mais je crois qu'il faut regarder l’œuvre de Roman au-delà des chiffres, même si ils ont leur importance. C'est vrai que le répète à chaque fois mais Juan Roman est le dernier numéro 10 et à le voir jouer chaque week-end on comprend mieux que ce type de joueur est en voie d'extinction. Lui-même le reconnaît. Dans une grande émission de TV argentine dont il était l'invité principal à l'occasion de son Come-back, il regrettait de ne plus voir les terrains de sa jeunesse dans les rues de la capitale argentine. Ces terrains tous pourris où les trous, les faux rebonds, ce tout qui, selon lui, l'a fait progresser techniquement. Et sûrement à juste titre d'ailleurs, il s'inquiète d'une régression technique chez les futures générations de footballeurs argentins. Car dans sa panoplie de meneur de jeu, le bagage technique est essentiel pour protéger et conserver le ballon. Cette protection de la balle est, il faut savoir, son principal outil dans sa quête. Et sa quête elle est toute simple, Juan Roman quand il a le ballon en phase offensive n'a qu'une seule chose en tête c'est délivrer la passe qui va casser les lignes adverses ! Regardez bien ce Top Ten réalisé par la TV Argentine l'année dernière avant son départ à la retraite, plusieurs fois vous verrez ce que je veux dire, un Roman conservant le ballon, observant les mouvements des défenseurs et les déplacements de ses coéquipiers jusqu’au moment où il voit l'espace où sa passe va perforer la ligne des défenseurs adverses :

video

C'est quand même du bonheur que de voir ça ! Cela me refait penser à une interview de Lucho Gonzalez, où admiratif de Roman il disait tout simplement : « C'est le meilleur car il sait tout faire quand il a le ballon». C'est vrai que lorsqu'on le voit balancé une transversale de 60 mètres sans élan dans la course de Palermo en finale de la Coupe Intercontinentale face au Réal Madrid où alors remettre le ballon de volée et en extension dans un tempo parfait pour Rodriguo Palacio on n'a pas besoin des chiffres pour dire qu'il est le meilleur passeur décisif au monde. Alors au moment même où les amis des Cahiers du Foot se pose la question de savoir si la passe décisive existe ? Ce florilège ce caviars signé JRR aide à la réflexion. Mais je trouve que la question est légitime, comme je disais en début de sujet les chiffres montre que derrière Riquelme se trouve en deuxième position Dani ALVES. Le barcelonais placé derrière un certain Lionel MESSI profite largement du rendement du quadruple ballon d'or même si ces qualités de footballeurs et de centres sont indéniables. Mais le fait de le voir devant des joueurs comme Ronaldinho, Xavi ou Beckham laisse planer le doute. Et est-ce qu'on peut dire que Messi ne doit rien à Alves et c'est Alves qui doit tout à Messi ? Le débat reste ouvert mais moi je suis pour qu'on comptabilise cette statistique et même sur corner et coup de pied arrêtés car il n'y a rien de plus énervant de voir des corners mal tirés ! Et aujourd'hui dans le football moderne un bon tireur de coup franc et de corners est une véritable arme dans une équipe. Au-delà de ces coups francs directs, combien l'Olympique Lyonnais a mis de buts grâce au maître artificier Juninho de la sorte au cours des années 2000 ? Tiens ce sera la prochaine enquête d'Old School Panini, de savoir combien de points Juninho a fait gagner à l'OL avec ses coups francs directs ou indirects.... En attendant voici le détail de toutes les passes décisives de Juan Roman au cours de sa carrière mis à jour au 1er octobre 2013.

Avec la sélection :
En Europe, avec le Barça et Villareal :
Et enfin le détail de ses 119 passes décisives avec Boca Juniors :
Enfin comme dans ce sujet il y avait beaucoup de chiffres et peu de vignettes, voici la vignette de Riquelme en H.D. Cliquer sur l'image pour la voir en taille optimale :

2 commentaires:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...