1994, RIVER PLATE humilie BOCA à La Bombonera

Avant le superclasico River-Boca, petit retour sur l'année 94 qui fût glorieuse pour les supporters de River avec deux succès net et sans bavures sur la pelouse de leurs meilleurs ennemi. Tout d'abord le 30 Avril 1994 pour le compte de la 6ème journée, River fait le court déplacement jusqu'à la Bombonera. Ce 153ème derby tourne en faveur de River qui s'impose 2-0 devant 60 000 spectateurs, dans un match comme à son habitude rugueux mais assez spectaculaire avec des actions de part et d'autres. Du côté de Boca Juniors, l’entraîneur César Luis Menotti avait changé sa défense centrale habituelle (Noriega-Giuntini) pour la paire Simon-Moya et souffrait de l'absence de milieu défensif international Mancuso. Il a d'autre part aligné ses nouvelles recrues en attaque : le colombien John Jairo Trellez dès le coup d'envoi et le chilien Ivo Basay, entré en jeu en seconde période. Ce qui donnait le onze suivant : Navarro Montoya – Sonora, Simon, Moya, Mac Allister – Peralta, Saldana, Marcico, Carranza – Martinez, Trellez (Basay). Du côté de River Plate, l’entraîneur des Millionarios Daniel Passarella alignait aussi ses deux renforts récemment acquis : le défenseur Roberto « El Raton » AYALA (ex-Ferrocarril Oeste) et l'uruguayen Cedres (ex-Argentinos Jrs). Le gardien de but, héros du mondial 90, Sergio Goycochea étant une fois de plus remplaçant. River se présentait à la Bombonera donc ainsi : Sodero – H.Diaz, Gamboa, Ayala, Rivarloa – Toresani, Astrada, Berti, Cedres – Ortega, Crespo. 

La première mi-temps est marqué par l'exploit du gardien de River, Sodero qui arrête le penalty de l'uruguayen Sergio Martinez, il est vrai après l'avoir concédé pour une faute grossière sur ce même Martinez. La seconde mi-temps mis en valeur les individualités de River et en premier lieu, le jeune milieu offensif Ariel Ortega qui va permettre à River de s'imposer. Ortega inscrit d'abord un joli but d'un tir précis sous la barre. Ensuite c'est le jeune attaquant Hernan Crespo, déjà en renard des surfaces, qui récupère un tir renvoyé par la transversale pour pousser le ballon facilement dans le but vide. Passarella après un début de saison laborieux a enfin trouvé la bonne formule. Sa défense centrale Gamboa-Ayala est la meilleure du pays et devant avec le jeune Crespo et surtout le génial Ortega il a des joueurs capables de faire la différence à chaque instant. Ortega a éclaboussé de toute sa classe et a été élu, logiquement, meilleur joueur de ce Superclasico. Un Superclasico qui n'a pas échapper aux graves incidents et à une violence, fléau d'un football argentin qui ne guérit pas. Les barras Bravas de Boca, perturbés par cette défaite humiliante, ont bloqué à la fin de la rencontre un camion qu ramenait des supporters de River. L'échauffourée qui s'en suivra sera d'une rare violence faisant deux morts et des dizaines de blessés. Sans vouloir rentrer dans ce débat sans fin de la violence des Barras Bravas, voici un joli film sur le résumé complet de cette rencontre et ensuite la planche des vignettes de l'effectif de River lors de la saison 1993-94 (mais déception, pas de trace de Roberto Ayala).



Le second match de cette année 1994 a lieu le 11 décembre et toujours à La Bombonera. Cette fois il s'agit du Tournoi d'ouverture et pour le compte de la 18ème journée. Comme on l'a vu lors du tournoi précédent, une équipe type s'est dégagé à River et bien ce tournoi d'ouverture en sera la confirmation avec un nouveau titre de champion pour les Millionarios à la clef. Cependant ce n'est plus Passarella l’entraîneur, partit remplacé Alfio Basile à la tête de la sélection nationale. C'est son adjoint Americo Galelgo qui lui a succédé et après 17 journées, son équipe est toujours invaincue et alors que le tournoi d'ouverture approche de son épilogue, River Plate n'a jamais été aussi proche de son vingt-quatrième titre. Pour ce déplacement chez son éternel ennemi, River comptera sur ses deux hommes forts, Enzo Francescoli de retour après un long séjour en Europe et meilleur buteur du tournoi et la nouvelle pépite du foot argentin, Ariel Ortega plus virevoltant que jamais. En face, Boca n'est plus en course pour les titre depuis un moment. Irréguliers, les Marcico, Martinez ou Da Silva sont capables d'alterner le très très bon (succès flamboyant à Independiente 4-1) et les sorties de routes complètement ratées (défaite ensuite 3-1 face à San Lorenzo à La Bombonera).

Mais pour cette nouvelle édition du « Superclasico », l'équipe de Menotti, devant son public, peut sauver sa saison en jouant un mauvais tour à son ennemi de toujours. Mais devant 60 000 spectateurs les protégés de Menotti vont faire encore pire que le dernier Superclassico six mois auparavant. River s'impose à Boca 3-0 et n'est plus qu'à un petit pas de son vingt-quatrième titre de champion. Sous une chaleur torride (+ de 35° à l'ombre) qui va mettre à rude épreuve les organismes, l'équipe de Gallego a surclassé dans tous les domaines celles de Menotti. Enzo Francescoli ouvrit la marque sur penalty (après que Nestor Fabbri ait découpé le jeune Ortega dans la surface) après un quart d'heure de jeu, signant son douzième but en quinze matches dans ce tournoi. Ariel Ortega toujours aussi déroutant et décisif, inscrivit le deuxième but d'un bel exploit individuel (lob réussi sur le gardien Navarro Montoya). Marcello Galalrdo autre jeune espoir du football argentin (seulement 18 ans) marqua le troisème but en seconde période de nouveau sur penalty. Boca fit illusion que dans les premiers instants du match. Mais après l'expulsion de Marcico, ses coéquipiers Da Silva, Martinez et autres Mancuso sombrèrent corps et biens. Contrôlant le match et sans forcer, River aurait pu inscrire un ou deux buts de plus. Voici le résumé de la rencontre :


Un succès qui donnera le titre à River même si les joueurs ne l'apprendront que plus tard avec la défaite de Newell's Old Boys à Rosario (2-0). Un titre amplement mérité pour ce River qui, toujours invaincu, a offert le meilleur football du tournoi. Au jeu très discipliné mais manquant parfois de brillant proposé par l’entraîneur Daniel Passarella depuis 1991 succéda un football plus harmonieux et offensif avec Ruben-America Gallogo. Cet ancien joueur de River et de la sélection n'était, ces dernières années, que l'assistant de Passarella. D'ailleurs pour la petite histoire, il était prévu que Gallego occupe aussi de rôle au sein de la sélection d'Argentine mais faute pour River d'avoir pu débaucher Télé Santana de Sao Paulo, les dirigeants des Millionarios lui proposèrent d'assurer l'intérim en conduisant l'équipe lors de ce tournoi d'ouverture. Ce fût une réussite sur tous les plans. De ce River 1994, on retiendra notamment l'efficacité offensive (30 buts en 18 journées). L'apport d'Enzo Francescoli (12 buts) fut sur ce plan décisif. L'attaquant uruguayen de retour après ses aventures franco-italiennes, a démontré qu'il demeurait à trente-trois ans en pleine possession de ses moyens, un joueur bien au dessus de la moyenne. Autre jouer clef de ce vingt-quatrième titre, le jeune Ariel Ortega, démolisseur de défenses à coups de dribbles et de crochets déséquilibrants. L'autre force de l'équipe se situe en défense (13 buts encaissés), où Roberto AYALA (21 ans) s'impose jour après jour comme le meilleur à son poste dans le pays. Au milieu de terrain, Hernan Diaz et le très jeune Marcelo Gallardo (18 ans) furent également des pions essentiels dans cette quête du Graal. Côté Boca l'avenir était plus sombre car après cette seconde déroute de rang à domicile face à l'ennemi juré, Luis César Menotti démissionnait de son poste d’entraîneur des Xeneizes. Pour conclure voici l'effectif en vignette de River lors de la saison 1994-95 (Et toujours pas de trace de Roberto Ayala...)
Et pour conclure quelques clichés de ce match historique et du sacre pour River en décembre 1991, avec Ortega, Francescoli et Marcico

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...