L'affaire David HELLEBUYCK

Cette affaire débuta le 31 mars 1997 et à l’Olympique Lyonnais on se demanda alors si le poisson d’avril n’était pas arrivé avec 24 heures d’avances. David HELLEBUYCK a 17 ans, il fait partit du centre de formation de l’OL depuis 4 ans et c’est l’un des plus grands espoirs du football français de l’époque. Mais ce 31 mars 1997 c’est un coup de téléphone de papa Hellebuyck qui va mettre en ébullition Jean-Michel AULAS, expliquant que son fils venait de signer un contrat professionnel de 3 ans avec l’Atletico Madrid (ou plutôt dans un premier temps de sa filiale, l’Atletico Madrileno, pensionnaire de deuxième division espagnole). Il faut dire que depuis quelques jours, le jeune gaucher de l’équipe de France des moins de dix-sept ans à fait beaucoup parlé de lui. En effet au cours d’un très médiatique Bolivie-France en U17 programmé à La Paz dans le cadre du voyage sud-américain du président Chirac et en la présence de Michel Platini (qui donna le coup d’envoi), le natif de Nantua dans l’Ain n’a pas trouvé mieux pour s’illustrer que d’inscrire un doublé pour offrir la victoire aux bleus 2-1 face à leurs hôtes. Et attention pas deux buts de raccrocs, deux mines à plus de 25 mètres qui vont se loger à chaque fois en pleine lucarne. A 17 ans le jeune Hellebuyck est présenté comme un phénomène sur la base de ces deux buts qu’on peut voir et revoir dans tous les journaux TV. Voici l’un des deux buts de la rencontre après le coup d’envoi donner par Platoche, le roi de la louche, et que le président Chirac soir fait grand Condor (en un seul mot) par le jumeau caché à la naissance d’Enrico Macias :

video

Bien sûr à cette époque les championnats italiens, espagnols, anglais profitent à fond du nouvel arrêt Bosman et viennent faire leurs courses sur le marché français mais pour la première fois, ils vont venir dans les rayons des centres de formations. David HELLEBUYCK qui arrive au terme de son contrat d’aspirant, lui n’a pas hésité une seconde quand les émissaires de l’Atlético sont venus sonner à sa porte : « En vérité ce n’est pas un rêve qui se réalise pour moi. Simplement, je veux réussir dans le foot. Et je compte bien me jeter à fond dans ce nouveau défi ».  Le jeune homme voit coup sur coup les projecteurs se braquer sur lui,  d’abord sur ses exploits sportifs en Bolivie puis sur ce coup de tonnerre qui attend le football français si son transfert fait jurisprudence. Mais il ne se démonte pas et justifie son choix : « Pourquoi je vais quitter l’OL à la fin de la saison ? Tout simplement parce qu’au club cela fait deux ans que je joue en moins de 17 ans et que je côtoie plein de joueurs en sélections évoluant au moins en CN 2 (ancêtre de la CFA). J’en ai déduit que l’on n’avait rien de vraiment concret à me proposer. Et plus qu’un rêve, c’est une opportunité de jouer en pro que j’ai saisie ». Mais si Hellebuyck est sûr de jouer à Madrid, il ne se doute pas qu’il a provoqué la colère et la déception du staff lyonnais mais pas seulement, c’est une vague d’inquiétudes qui balaye le football français. Car visiblement il a donné des idées à quelque uns de ses copains lyonnais qui seraient également dans le collimateur de certains clubs et agents, on pense à la pépite Steed Malbranque vainqueur de la Gambardella quelques jours plus tard avec les jeunes de l’OL. Le père Jean-Michel AULAS ne va rester les bras croisés.

JMA, le temps d’encaisser l’uppercut de la famille Hellebuyck, ne tarde pas à émettre un communiqué dont il a le secret : « David n’est pas libre. Et s’il part, il y aura transfert. Sinon il ne partira pas. Nous sommes d’ailleurs décidés à aller jusqu’au bout dans cette affaire. Il peut toujours devenir un "Bosman bis" en passant par les tribunaux, mais alors David devra se préparer à passer trois ans au moins sans jouer ». Et c’est tout le football français qui va se montrer solidaire de l’Olympique Lyonnais et plaider la cause des centres de formations auprès de l’UEFA. Il faut dire que l’enjeu est énorme et la FFF a peur de perdre sa poule aux œufs d’or. Deux ans après l’arrêt Bosman, la ligue a connu un véritable exode de ses meilleurs joueurs étrangers vers le Calcio, la Liga ou la Premier League et elle ne pourrait pas survivre à un pillage en règle de sa formation. Du coup l’UEFA consciente de la pagaille qui l’attend, ne valide pas le contrat d’Hellebuyck avec l’Atletico de Madrid et décrète qu’un aspirant doit signer son premier contrat professionnel avec son club formateur. Si le joueur désire partir au terme de sa formation dans un autre club, ce dernier devra verser une contrepartie financière comme dans le cadre d’un transfert. Cette règle n’a jamais porté de nom comme l’arrêt Bosman mais elle aurait pu porter le nom de Jurisprudence « Hellebuyck ».

En tout cas David HELLEBUYCK réintégrera le centre d’entrainement de l’Olympique Lyonnais, après une mise à pied durant tout le temps de l’affaire. La suite ce sera une saison 1997-98 avec la réserve et il devra attendre la saison 1998-99 pour faire sa première apparition avec les Pros face au FC Metz sous les ordres de Bernard Lacombe. Ensuite, il fera deux autres apparitions mais ne s’imposera jamais dans le groupe lyonnais. Il sera prêté à Guinguamp (réserve pour anciens pensionnaires du centre de formation lyonnais n’ayant réussi à s’imposer du côté de Gerland, tel Deplace et les deux ex-meilleurs amis du monde, Anselmini et Fiorèse) avant de revenir à l’OL où là il voit la porte définitivement se claquer. Ce sera la Suisse et Lausanne avant enfin voir sa carrière prendre son envol à St-Etienne en ligue 2. Il aidera les verts à remonter dans l’élite après 3 saisons dans l’anti-chambre et fera par la suite une très honnête carrière de joueur de Ligue 1 avant de raccrocher les crampons l’année dernière suite aux multiples blessures à répétition. Par contre après l’annonce de sa retraite il a réalisé de nombreux interviews pour Nice Matin, le Progrès etc…  où il revenait sur sa carrière, avec un certain enthousiasme il est vrai, mais à aucun moment un journaliste ne lui a posé la question de savoir : « Est-ce qu’il pense que sa carrière aurait été différente si à 17 ans il avait joué avec l’Atlético de Madrid ? »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...