La vraie raison du départ de KLINSMANN de l'Inter

En 1989, Jürgen KLINSMANN signe un contrat de 3 ans avec les champions d’Italie, l’Inter de Milan. En dépit d’une tactique très défensive sous les ordres de Giovanni Trapattoni, Klinsmann fait une grande saison inscrivant 13 buts dans le championnat le plus relevé du moment. Il devient l’une des vedettes du Calcio et sa popularité est forte en Italie, tout d’abord car il a appris très rapidement l’italien et surtout pas son engagement et son enthousiasme sur le terrain. Lors de sa deuxième saison dans le Calcio, Jürgen Klinsmann réitère ses bonnes aptitudes avec 14 buts en championnat. C’est l’idylle entre l’Inter et l’attaquant allemand, qui signe une extension de contrat jusqu’en 1994. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes mais cela ne va pas durer longtemps. Un exercice catastrophique en 1991-92 va changer la donne mais surtout un évènement particulier. L’Inter connait une saison noire sous les ordres de Corrado Orrico et terminera seulement 8ème avec un Klinsmann à seulement 7 buts au sein d’un groupe ravagé par les clans. Pour Klinsmann il est clair que cette saison est la dernière du côté de San Siro et officiellement il explique son départ par le fait qu’il ait perdu sa place au sein de la Manschaft au profit de très bon Karl-Heinz Riedle. Mais les vraies raisons il faut les chercher ailleurs et plus particulièrement lors d’un Inter de Milan Parme du 12 avril 1992. A Giuseppe Meazza les nerazzuri sont brouillons, une fois de plus, et un évènement va arriver à la 33ème minute qui va bouleverser l’avenir des joueurs allemands à l’Inter. Lothar Matthaus se blesse gravement, rupture des ligaments croisés sa saison est finie : 


Alors est-ce l’évènement qui va causer l’ire des supporters intéristes ? La goutte qui va faire déborder le vase d’une saison catastrophique ? Seulement quelques secondes après la sortie du capitaine allemand, Jürgen Klinsmann s’écroule sur la pelouse. Il est touché à la tête et saigne abondamment, que s’est-il passé ? Il a reçu au sommet du crâne une pièce de 100 lires sur la tête, jeté violemment d’une tribune de ses propres supporters. Voulait-on lui faire payer la monnaie de sa pièce de ses prestations calamiteuses après une extension de contrat prolifique pour l’attaquant autrefois adulé ? C’est la mi-temps, les joueurs regagnent le vestiaire, Klinsmann lui se fait recoudre, trois points de suture et un gros bandage sur le crâne pour repartir au combat. Il est pas du genre à baisser les bras Jürgen (Voir le sujet : Il était une fois la Klinsmannia) mais le staff lombard ne le voit pas du même œil et après seulement quelques minutes après le début de la seconde mi-temps, Klinsmann est remplacé par un inconnu ou presque, Fausto Pizzi alors que le score est toujours de 0-0. Officiellement les dirigeants de l’Inter diront après le match (0-0 score final) qu’ils avaient peur que la blessure de Klinsmann s’aggrave sur un coup et que c’était par principe de précaution. La vérité c’est qu’avec son bonnet d’âne sur le crâne, ils avaient peur que Klinsmann soit la cible de nouveaux jets de la part de ses propres supporters. D’autant que le médecin du club ne l’a pas aidé sur ce coup-là. Vous avez vu ce bandage ? On dirait un bizutage de fac de médecine où Klinsmann se retrouve obligé d’affronter une foule hostile avec un slip sur la tête : 
Quelques semaines après ce triste évènement, Jürgen KLINSMANN signait un contrat avec l'AS Monaco, pour le plus grand bonheur du public français mais pas en revanche pour celui de William PRUNIER.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...