OSP Hall of Fame # 2 : Javier ZANETTI

J’ai réellement découvert Javier ZANETTI en 1997, je l’avais déjà vu auparavant avec l’Inter dans l’équipe du dimanche mais là où il m’a réellement impressionné c’est lors de la double confrontation face à l’Olympique Lyonnais en coupe de l’UEFA. Lors de cette saison l’OL aurait dû passer (victoire 2-1 à Giuseppe Meazza et défaite 3-1 à Gerland et sans vouloir faire mon Jean-Michel AULAS, avec un arbitre aux décisions douteuses). Tout ça pour dire que cet Inter de Milan n’était pas fringuant au début de la saison 1997-98 hormis ce joueur, Javier ZANETTI. Pugnace dans tous les duels et incroyablement serein quand les Nerazzuri avaient le ballon. Et je crois que c’est ce que j’admire le plus dans le style de jeu, c’est qu’il joue toujours avec le buste droit, les yeux rivés sur le jeu et non sur le ballon. C’est vraiment cette attitude qui m’avait impressionné, droit comme un I et toujours en train de regarder le jeu. A l’époque un seul joueur avait la même attitude avec autant de prestance, c’était son compatriote Fernando REDONDO. Aujourd’hui Redondo n’est plus là mais un autre joueur est très proche dans l’attitude même si son style est différent, il s’agit de l’immense Xabi ALONSO. 

Pour revenir à Javier ZANETTI il fera lors de cet exercice 97-98, une très grande saison, remportant la coupe de l’UEFA et participant à la coupe du monde 98 avec son pays. J’eus la chance de nouveau de le voir jouer lors du ¼ de finale face à la Hollande au Stade Vélodrome où il m’a une nouvelle fois impressionné par son volume de jeu et son attitude sur le terrain. Hélas pour lui l’aventure s’arrêtait là, mais il fût selon moi l’un des meilleurs joueurs de l’Argentine lors de ce mondial et peut être le meilleur joueur à son poste lors de cette compétition. Même si au cours de sa carrière il a dut évoluer à tous les postes du milieu de terrain et de la défense (sans que toutefois il m’est arrivé de dire un jour tiens aujourd’hui Zanetti a fait un mauvais match, c’est incroyable cette régularité vu la longévité de sa carrière), à l’époque il avait un rôle de milieu de terrain relayeur, à côté du numéro 6 (5 en argentine) et c’est là où il était sans doute le plus influent dans le jeu. D’ailleurs en 2010 c’est à ce poste que Mourinho le faisait évoluer quand l’Inter avait tout raflé sur son passage. Dans son immense carrière il est difficile de retenir un moment particulier mais pour moi il est évident que c'est pendant sa coupe du monde 98 que je dois le choisir, car c'est vraiment à ce moment là que j'étais persuadé qu'il allait devenir un grand. J'attendais de voir ses prestations en Coupe du Monde et il m'a régalé. Alors dans sa coupe du monde, pas difficile non plus de retenir un moment, il s'agit évidemment de son but égalisateur face à l’Angleterre en 1/8ème de finale du mondial 98 à Geoffroy Guichard. Quelle combinaison et observez comme Javier ZANETTI se glisse derrière le mur anglais pendant la fausse course d'élan de Gabriel BATISTUTA, j'adore :

video

1 commentaire:

  1. Javier a eu quarante ans en août dernier et il vient de reprendre l'entraînement après sa grave blessure...quel personnage !

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...