Juan Roman RIQUELME et la famille

Le jour de ses 34 ans j'avais envie de faire un nouveau petit sujet sur RIQUELME, en fait ce sujet je voulais le faire aussitôt avoir lu son interview passionnante dans un récent SO FOOT. J'ai dévoré cette interview et il y a un passage qui m'a rappelé une photo parue dans la revue, référence en Argentine, El Grafico, (numéro spécial Boca Juniors pour leur dernier titre de champion en décembre 2011). Le passage en question  de l'interview est sur sa jeunesse et son apprentissage sur les terrains tous pourris de Buenos Aires. Les trous, les faux rebonds, ce tout qui, selon Roman, l'a fait progresser techniquement. D'ailleurs il regrettait de ne plus voir ces terrains dans les rues de la capitale argentine et il s'inquiète alors, d'une régression technique chez les futures générations de footballeurs argentins. Pour lui les matchs sur ces terrains font partis de sa vie de footballeur et il rappelle que son père le poussait à jouer des rencontres même quand il était devenu pro car les paris étaient légions autour de ces mini-tournois. Roman raconte que Bianchi le laissait jouer ces petits tournois du moment qu'il assurait le jour du match avec l'équipe première. Et bien regarder la photo suivante, elle date de 1996, l'année des grands débuts de Juan Roman dans le monde pro avec Boca Juniors (Voir le sujet : Le 1er match de Riquelme avec Boca.... et le premier caviar). Bien sûr on y voit tout le clan Riquelme avec tous ses frangins et frangines (ah la démographie galopante dans les quartiers populaires de Buenos Aires...) et derrière, la figure paternelle avec Mr Riquelme Sr. Mais le plus intéressant sur cette photo c'est pas le clébard tout miteux échappé d'une caravane de gitan à la Snatch. Non, regardez bien l'état de ce terrain ! Tu comprends mieux que sur la pelouse de la Bombonera personne peut lui chopper le ballon quand on voit que ce mec à joué là-dessus tous les jours pendant des années. La comparaison vaut aussi pour Diego Maradona et lui encore il jouait avec une vieille balle de tennis...
Enfin pour revenir sur l'interview de Roman dans SO FOOT, il y a un point où je ne suis pas d'accord avec lui ou plutôt je trouve qu'il a la mémoire courte. Voilà toujours concernant ces matchs du dimanche sur ses terrains pourris, il dit que ça finissait toujours en bagarre et aujourd'hui qu'il est pro, il ne s'énerve jamais sur un terrain, car y'a un arbitre pour le protéger et qu'à part une grosse blessure il ne peut rien lui arriver. Comme le dirait la revue scientifique Entrevue : Il a dit,  il a mentit ! Il n'y a pas que la grosse blessure qui peut arriver sur un terrain, il y a aussi la petite olive par derrière dans le fion. Et ça Riquelme voit rouge :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...