Ghislain ANSELMINI en prison dans l'affaire du Kidnapping de Fabrice FIORESE !!

Le récit incroyable qui suit est extrait du Progrès de ce jour : Ghislain Anselmini, ancien joueur de l’Olympique Lyonnais est écroué dans une rocambolesque affaire. Il est soupçonné d’avoir renseigné une équipe de braqueurs à l’origine de l’enlèvement de son ancien coéquipier, l’ex-international Fabrice Fiorese. Objectif : récupérer une enveloppe, de 50 000 ou 500 000 € selon les versions. L’ancien footballeur Ghislain Anselmini, 43 ans, a été mis en examen et écroué le 23 mai dernier, dans une rocambolesque affaire criminelle. L’ex-arrière de l’Olympique Lyonnais est suspecté d’avoir fourni des renseignements qui sont à l’origine de l’enlèvement et d’une violente tentative de vol, au préjudice de son ancien camarade de jeu Fabrice Fiorese, 37 ans, lui aussi passé par le centre de formation de l’OL. Selon une enquête menée en toute discrétion par la gendarmerie, l’ex-footballeur aurait livré l’existence d’une juteuse commission financière sur la vente d’une maison, ce qui aurait excité l’appétit de solides truands lyonnais. En foot, on appellerait ça une passe décisive. En terme judiciaire, c’est une complicité dans une association de malfaiteurs, assortie de vols avec armes, enlèvement, séquestration. « Il n’est pas du tout commanditaire, il est extérieur aux circonstances de l’agression, son rôle a été scénarisé dans le dossier », défend avec énergie son avocat, Jean-François Barre. 

Le coup d’envoi de l’histoire remonte au 28 septembre 2012, en fin d’après-midi, à Salins-les-Thermes en Savoie. L’ancien footballeur Fabrice Fiorese est agressé dans la cour de sa maison par un commando de trois malfaiteurs en cagoules. L’attaque est violente. Coups, menaces, couteau sous la gorge. « Tire-lui dessus », crie un voyou. « Clic » aurait fait le fusil à pompe pointé sur les jambes. Enrayé, ou vide selon les versions. L’ex-sportif est contraint de monter dans sa voiture, un Range Rover 4X4 aux vitres teintées, suivie par la Golf des assaillants. Près d’un rond-point, Fiorese se dégage, casse la vitre arrière avec ses pieds et s’enfuit. Dans la panique, les malfaiteurs accidentent les deux voitures, ne parviennent pas à les incendier, et disparaissent en stoppant un autre automobiliste. En quelques mois, les gendarmes parviennent à identifier le commando. Des individus âgés de 20 à 30 ans en moyenne, déjà connus. Certains suspectés d’autres braquages. À partir d’un emballage de biscuits laissé dans la voiture, les enquêteurs remontent à un supermarché de la région. Et obtiennent les photos du gang, prises le jour du vol, par la vidéosurveillance. 

Plusieurs suspects ont été interpellés au mois de mars. « Ils n’ont pas le profil de malfaiteurs de haut vol, ils ont paniqué dans le désordre complet », relativise Laurent Bohé, un des avocats. « Des pieds nickelés », ajoute son confrère Philippe Bontems. L’affaire se corse dans des écoutes et des sonorisations de parloir. Le commando aurait soigneusement ciblé son attaque. Dont le jour ne doit rien au hasard. Fabrice Fiorese revenait tout juste de Genève, en possession d’une enveloppe d’argent liquide. Une commission occulte, touchée sur la vente d’une résidence secondaire près de Saint-Tropez, pour 1,5 million d’euros. Il a parlé d’une ristourne de 50 000 € aux gendarmes. Dans des conversations, il est plutôt question de 500 000 €. Un braqueur présumé l’a répété face au juge d’instruction de Chambéry : « On est venu pour 500 000. » « L’information sur cette enveloppe est passée par plusieurs intermédiaires, les rôles ne sont pas évidents à établir », estime le solide pénaliste Frédéric Lalliard, défenseur d’un Lyonnais impliqué, et de son épouse entendue comme témoin assisté. Une seconde vague d’arrestations d’intermédiaires présumés s’est déroulée le mois dernier. Dont celle du footballeur déchu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...