Mike FLANAGAN the King of Disco in H.D

This is the not the first time than Mike FLANAGAN receives the honours of Old School Panini. The last time he was in front of his looks a like, the famous actor : John C Reily (have a look on this topic : Les sosies en Panini : Mike FLANAGAN). But today I want to evocate his american period when he crossed the Atlantic in the summer 78 during the Disco fever.  He went to Boston and played for the New England Tea Men of the NASL. What a name !! The Tea Men ??  We can think that it's hard for an English player to play under that shirt in reference of the Boston Tea Party ? In fact even if the Tea Men was choose in refrence of this historical and political protest, the mainly source of that name was that the club was owned by tea company Lipton. But what did Mike FLANAGAN under the Tea Men kit ? He made a awesome single season and scored 30 goals in 28 league appearances. He also won the MVP award (Most Valuable Player) for the 1978 season !! What a performance for him before back to home in 1979 and by the way leaved the seventies, the USA & the disco fever. And as there is no Panini albums for the NASL, Old School Panini made the Flanagan's one in High Definition. The most disco sticker ever !

UK Football Team - Norwich City 1993

The 1992-93 season was the 114th season of football in England and it was the inaugural season of the Premier League. Norwich City led the league for most of the season, before faltering in the final weeks to finish third behind the champions, Manchester United, and Aston Villa.Norwich had  finished 18th the previous season and sold star striker Robert Fleck to Chelsea, leading many to tip the Canaries to struggle in the new Premier League. However, Norwich maintained a surprise title challenge throughout the season, even topping the table with six games left to play, before falling away in the last few weeks of the season to finish third, behind Manchester United and Aston Villa. Despite this, third was Norwich's highest-ever finish in the top flight. As Arsenal had already qualified for the Cup Winners' Cup through their FA Cup triumph, Norwich would be competing in the UEFA Cup next season - their first foray into European competition, a case of fourth time lucky as they had missed on playing in Europe despite a League Cup victory and two top-five league finishes from 1985 to 1989 as a result of the ban on English clubs in European competitions due to the Heysel disaster. Despite the third place finish, Norwich had the unsatisfactory distinction of finishing the season with a negative goal difference (-7), mainly as a result of a 7-1 thrashing at newly-promoted Blackburn Rovers. And now the 1992-93 roster in stickers :

UK Football Team - Southampton FC 1990

Following the last topic of New Southampton's manager Mauricio POCHETTINO, today a UK football team special Saints.  I choose the 1989-90 season  because it was the year when Matthew Le Tissier was credited with the PFA Young Player of the Year award for his exciting performances and in which he was one of the league's top goalscorers with 20 goals. LE TISSIER was an attacking midfielder with exceptional technical skills. He was the first midfielder to score 100 goals in the Premier League. He is notable for his record at scoring penalty kicks (converting from the spot 47 times from 48 attempts). Le Tissier spent his entire professional club career with Southampton. In spite of interest from clubs such as Tottenham Hotspur in 1990 and Chelsea in 1996, Le Tissier remained at Southampton for his entire professional career, his loyalty garnering special affection from Southampton's fans who nicknamed him "Le God". But I have a question, why he never played for France ? No no I'm serious, He was born in Guernsey.  Guernsey it's a mixed island between England and France, have a look of the languages on the island : English is the predominant one and the French the legislative one. And his name ? Matthew is an english name but LE TISSIER is so French !! At the begining of the 90's, Michel PLATINI when he was the French national manager was interested by him and asked to his assistants to investigate if LE TISSIER have french origins and if he's interested to play for France. You know the following events. LE TISSIER is a english footballer and gained eight caps for the England national football team and Platini went to other missions...Before to watch the Southampton's 1989-90 roster by Panini, a link to a old topic on Old Schoop Panini : Tribute to Matthew LE TISSIER with his best 3 goals.

And as I talk only about Le TISSIER, to be forgiven here it comes the Sun Pictures of the Saints 1989-90 and a Wallace end.

Before his coaching career : Mauricio POCHETTINO

Mauricio Roberto POCHETTINO Trossero is an Argentine former professional footballer who played as a central defender. An Argentine international for four years between 1999 and 2002, Pochettino represented the country at the 2002 World Cup and the 1999 Copa América. He spent 17 years as a professional player, 10 of which were in La Liga with Espanyol. He also played in France for two clubs, Paris Saint-Germain and Bordeaux, having started his career with Newell's Old Boys. Pochettino started his professional career with Newell's Old Boys in the begining of the 90's. Newell's was a crack team managed by "crazy" Marcelo BIELSA. POCHETTINO won two argentine leagues in 1991 & 1992. He was a great hope for argentine football and his association in centre back with Fernando GAMBOA was marvelous. Both have a good reading of the game despite their yougness. Then he moving to RCD Espanyol in Spain in 1994–95 as the Catalans had just returned to La Liga. 

He was an undisputed starter in his six and-a-half seasons stay, helping the club to the 2000 Copa del Rey. It was at this time than he became an argentine international starter. In January 2001, Pochettino moved to Paris Saint-Germain. He was also a regular starter during his stay, but the club knew many difficulties at this time and by the way his results are mixed. After two seasons he moved for 2003–04 to fellow Ligue 1 outfit FC Girondins de Bordeaux but it was not a great memory for him and the team. However, he returned to Espanyol midway through his first year for two and a half more seasons, still being regularly used except for his last one, and wrapping up his career at the age of 34 with another domestic cup. In his two combined spells at Espanyol, he appeared in nearly 300 official games for the club.

Le bijou de FRED avec l'OL

FRED vient encore de marquer ce soir avec le Brésil et s'impose comme un titulaire indiscutable dans la tête de Scolari à un an de la coupe du monde. Pour beaucoup c'est un choix par défaut car l'image de Fred est altérée depuis la fin de son passage à Lyon, qu'il l'a libéré de son contrat et n'a empoché aucun centime lors de son départ vers Fluminense. Et pourtant je reste persuadé que ce joueur fût l'un des avant-centres les plus complets que le championnat de France ait jamais connu et que finalement ce sont plus des problèmes hors du terrain et des divergenceReste que ses deux premières saisons avec l'OL, en 2005-06 et 2006-07, étaient exceptionnelles. Avec 25 buts en 51 matchs de championnat, l'OL pensait tenir enfin son grand avant-centre, celui nécessaire pour gagner la Ligue des Champions surtout quand il marquait des buts comme celui face au PSV Eindhoven en 1/8ème de finale retour. Désolé pour la réalisation de TF1 qui passe plus de temps à nous montrer Fred qui sort sa tétine de son short plutôt que de nous montrer son geste technique exceptionnel. 

video

Bon ensuite dans cette campagne européenne, FRED avait montré son plus mauvais visage avec une bourde à chaque match face au Milan AC. A l'aller à Gerland, il perd un ballon facile qui donne un ballon de contre  et "oblige" Tiago à ceinturer un adversaire pour empêcher le contre. Conséquence un carton jaune qui prive le Portugais, si précieux, du match retour. Un match retour qui commence très mal pour l'OL où Fred une fois de plus perd un ballon facile mais cette fois-ci trop près du but pour qu'un coéquipier ne fasse obstruction et sur le centre qui suit Inzaghi ouvrait le score. Ah que de regrets cette double confrontation face à Milan...

Les effets du dopage dans le Calcio illustrés en Panini

Alors comme il est difficile de s'expliquer sur Twitter et Facebook voici un petit sujet en complément de cette vignette de ZIZOU, posté en début de semaine à l'occasion de son anniversaire sur les deux réseaux sociaux. Sur cette vignette de 1993 avec les Girondins de Bordeaux, on voit bien une capillarité touffue chez le meneur de jeu français et je m'étais permis un petit commentaire du genre : ça c'était avant son passage en Italie. Et voilà comment je m'attirais les foudres de certains comme quoi mes insinuations étaient une nouvelle accusation sans preuves contre le football italien. Alors, avant de faire une démonstration pour nos amis italiens avec ce qu'ils affectionnent : les images Panini, je tiens à rappeler les propos du docteur Jean-Marcel FERRET, ancien médecin de l'équipe de France de 1993 à 2004. Si le Doc dit bien que les joueurs étaient propres lors de la coupe du monde 98, il reconnait aussi que ceux qui sont partis jouer en Italie au milieu des années 90 (voir la rubrique d'OSP : La french connection du calcio dans les 90's), avaient connus des modifications physiologiques et d'ajouter : "Les footballeurs évoluant en Série A consommaient énormément de produits, même en perfusion. Il y avait énormément de produits qui étaient détournés de leur utilité première. C’était souvent des produits qui étaient utilisés pour des produits secondaires". Et c'est une évidence outre la créatine interdite en France mais autorisé de l'autre côté des Alpes, c'est toute une batterie de compléments musculaires que prenaient les joueurs du Calcio. Celui qui à le mieux illustré cette métamorphose chez les nouveaux arrivants en Serie A c'est Rolland Courbis au sujet de Juan-Sébastian VERON : "En arrivant ici (en Italie) il ressemblait à Génghini, maintenant c'est Goldorak !". Voici la preuve en image pour ZIZOU et VERON de leur transformation morphologique et surtout capillaire avant et après leur arrivée dans le Calcio 
La perte de cheveux chez Veron ou Zizou n'est pas la plus impressionnante. Le cas le plus invraisemblable est celui de l'ancien attaquant argentin de Tenerife Oscar DERTYCIA. Vous savez  cet attaquant chauve qui déployait, avec difficulté, sa grande carcasse et qu'on surnommait en Espagne : "Monsieur Propre". Pas besoin d'expliquer pourquoi. Mais sachez que lorsqu'il est arrivé d'Argentine pour jouer à la Fiorentina il avait une sacrée tignasse sur son crâne mais il va tout perdre en une seule année, même les sourcils. Pourquoi ? Parce qu'il a choppé une sale maladie : l'alopécie aiguë. En fait les symptômes se traduisent par une chute des cheveux extrêmement rapide soit causé par une chimiothérapie (mais ce n'est pas le cas de notre ami argentin) soit par le stress et/ou des troubles hormonaux. Donc voici ce que ça donne sur le joueur lors de son arrivée en Italie et après son départ :
Alors c'est vrai j'accuse sans preuves et les joueurs n'ont pris (officiellement) que des produits pour augmenter leurs masses musculaires mais avouez que tout de même il y a de sacrés effets secondaires. Mais je n'ai pas envie de me lancer dans une croisade en ressortant les images des joueurs de Parme avec la finale contre l'OM en 1999, les différents témoignages....Non pour moi les simples vignettes Panini suffisent pour étayer mes pensées et comme dit Maxwell (le torréfacteur pas le joueur du PSG) : Pas la peine d'en rajouter. Et allez un dernier pour la route, histoire de :

Le "onze de rêve" des 50 ans de la Bundesliga

Ces derniers jours les lecteurs de Bild , de partout dans le monde grâce à internet, pouvaient voter pour élire le « onze de rêve » de la Bundesliga à l’occasion du cinquantième anniversaire de la ligue d’Outre-Rhin. Les résultats sont sortis hier et cela nous donne une équipe assez bizarre je trouve. Voici la liste des 11 retenus par les électeurs de Bild : Oliver KAHN, Philippe LAHM, Lothar MATTHÄUS, Franz BECKENBAUER, Paul BREITNER, Gunther NETZER, Bastian SCHWEINSTEIGER, Franck RIBERY, Giovanne ELBER, Uwe SEELER et Gerd MULLER. Même si il n’y a rien à redire sur les onze noms qui sont sortis du chapeau des urnes virtuelles, l’ensemble donne quelque chose qui n’a ni queue ni tête ! Comme il n’y a que deux véritables défenseurs de formation (Lahm et Beckenbauer), les polyvalents Breitner et Matthäus y sont affectés alors que c’est au milieu de terrain qu’ils ont connus leurs plus belles années. Ensuite on a un milieu de terrain à 3 joueurs où seul Schweinsteiger peut tenir le rôle de numéro 6 et encore ce n’est pas non plus son poste de prédilection et que dire de l’attaque. Oh certes il y a 3 grands attaquants, mais 3 attaquants de pointe. J’ai essayé de placer ces 11 bonhomme sur le terrain mais cela nous donne une équipe déséquilibrée au complet et avec des joueurs qui n’évoluent pas à leurs postes.
Bon c’est facile de critiquer mais moi aussi je me suis prêté à ce petit jeu et voilà mon équipe sur les 40 dernières années de Bundesliga. Désolé je suis trop jeune pour avoir connu Uwe SEELER mais de ce que j’ai lu et vu sur lui, il mériterait d’être dans mon équipe mais je vais lui préférer Karl-Heinz RUMENIGGE qui m’a tant impressionné quand j’étais encore un gamin. Dans les buts j’ai hésité avec Sepp MAIER mais je reconduis Oliver KAHN. Derrière impossible de ne pas mettre Berti VOGTS, le meilleur joueur de la finale 1974 face aux Pays-Bas de Cruyff. Derrière Beckenbauer et j’hésite à l’associé avec Matthias Sammer car cela ferait deux libéros or l’Allemagne à une grande tradition de tandem libéro/stoppeur. C’est donc pour cela que je l'associe à l’élégant mais redoutable Karl-Heinz FORSTER. A gauche je mets un vrai latéral gauche, Andréas BREHME. En sentinelle devant la défense, Paul BREITNER et en relayeur à ses côtés Rainer BONHOF. Pour organiser le jeu devant il y a du monde dans l’histoire du foot allemand (Magath, Schuster, Thon, Hassler, Effenberg, Basler, Scholl et aujourd’hui les Robben et Ribery) mais  je préfère opter pour Gunther NETZER et Lothar MATTHÄUS, tous deux champions du monde à ce poste avec la RFA. Devant comme je disais le double ballon d’or Karl-Heinz RUMENIGGE associé à un autre ballon d’or, le plus grand renard des surfaces de tous le temps : Gerd « le bombardier » MULLER. Et voici ce que ça donne sur le terrain. Et je peux vous dire que sur Football Manager mon équipe dérouillerait celle des lecteurs de BILD !

Juan Roman RIQUELME et la famille

Le jour de ses 34 ans j'avais envie de faire un nouveau petit sujet sur RIQUELME, en fait ce sujet je voulais le faire aussitôt avoir lu son interview passionnante dans un récent SO FOOT. J'ai dévoré cette interview et il y a un passage qui m'a rappelé une photo parue dans la revue, référence en Argentine, El Grafico, (numéro spécial Boca Juniors pour leur dernier titre de champion en décembre 2011). Le passage en question  de l'interview est sur sa jeunesse et son apprentissage sur les terrains tous pourris de Buenos Aires. Les trous, les faux rebonds, ce tout qui, selon Roman, l'a fait progresser techniquement. D'ailleurs il regrettait de ne plus voir ces terrains dans les rues de la capitale argentine et il s'inquiète alors, d'une régression technique chez les futures générations de footballeurs argentins. Pour lui les matchs sur ces terrains font partis de sa vie de footballeur et il rappelle que son père le poussait à jouer des rencontres même quand il était devenu pro car les paris étaient légions autour de ces mini-tournois. Roman raconte que Bianchi le laissait jouer ces petits tournois du moment qu'il assurait le jour du match avec l'équipe première. Et bien regarder la photo suivante, elle date de 1996, l'année des grands débuts de Juan Roman dans le monde pro avec Boca Juniors (Voir le sujet : Le 1er match de Riquelme avec Boca.... et le premier caviar). Bien sûr on y voit tout le clan Riquelme avec tous ses frangins et frangines (ah la démographie galopante dans les quartiers populaires de Buenos Aires...) et derrière, la figure paternelle avec Mr Riquelme Sr. Mais le plus intéressant sur cette photo c'est pas le clébard tout miteux échappé d'une caravane de gitan à la Snatch. Non, regardez bien l'état de ce terrain ! Tu comprends mieux que sur la pelouse de la Bombonera personne peut lui chopper le ballon quand on voit que ce mec à joué là-dessus tous les jours pendant des années. La comparaison vaut aussi pour Diego Maradona et lui encore il jouait avec une vieille balle de tennis...
Enfin pour revenir sur l'interview de Roman dans SO FOOT, il y a un point où je ne suis pas d'accord avec lui ou plutôt je trouve qu'il a la mémoire courte. Voilà toujours concernant ces matchs du dimanche sur ses terrains pourris, il dit que ça finissait toujours en bagarre et aujourd'hui qu'il est pro, il ne s'énerve jamais sur un terrain, car y'a un arbitre pour le protéger et qu'à part une grosse blessure il ne peut rien lui arriver. Comme le dirait la revue scientifique Entrevue : Il a dit,  il a mentit ! Il n'y a pas que la grosse blessure qui peut arriver sur un terrain, il y a aussi la petite olive par derrière dans le fion. Et ça Riquelme voit rouge :

UK Football Team - Aston Villa 1982

The 1981-82 season was Aston Villa's 82th season in the Football League. As defending First Division champions for the first time in 71 years, they qualified for the European Cup for the first time in their history. Their first game in the competition was against Valur Reykjavík of Iceland, following by a second round clash with Dynamo Berlin of East Germany, Dynamo Kiev of the Soviet Union in the quarter-finals and then Anderlecht of Belgium in the semi-finals before beating Bayern Munich of West Germany 1–0 in the Final in Rotterdam, with Peter Withe scoring the winning goal. The season began with Ron Saunders, who had been the club's manager since 1974, still in charge, but he resigned on 9 February 1982 following a disagreement with the board over his contract. He had been in charge for nearly eight years, winning a league title and two League Cups in the process. His successor was his assistant manager Tony Barton, who had been in charge for three months by the time Villa won the European Cup. The 1982 European Cup Final was a drama ! 

On 26 May 1982. English champions Aston Villa defeated West German league winners Bayern Munich 1–0 at De Kuip in Rotterdam, Netherlands to win the European Cup for the first, and so far only, time, and continue the streak of English teams winning the competition, being the sixth consecutive victory by an English side. One of the most memorable incidents of the final occurred after 10 minutes when veteran goalkeeper Jimmy Rimmer suffered a repeat of a recurring shoulder injury. His replacement, Nigel Spink, subsequently made only his second first team appearance for the club. His performance in helping prevent Bayern from scoring throughout the match was subsequently highly praised, and is seen by many as the making of a player who would be Villa's first choice goalkeeper for the following 10 seasons. Also memorably Bayern Munich did find the net with three minutes of play remaining, although the goal was ruled offside. Villa also got the ball in the net for a second time a few seconds before the end of the match but this goal was also disallowed. Brian Moore's commentary of the winning goal is displayed on a giant banner across the North Stand of Villa Park: « Shaw, Williams, prepared to venture down the left. There's a good ball in for Tony Morley. Oh, it must be and it is! It's Peter Withe ». And the only goal of this final in video :


And now the Aston Villa's roster 1981-82 in Panini stickers :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...