Les carnets secrets du Barça sur le PSG

Il y a dix-huit ans le Paris Saint Germain et le FC Barcelone s’affrontaient déjà en quart de finale de la Ligue des Champions. C’était déjà un choc même si le Barça était mal en point en Liga, l’équipe eentraînée par Cruyff faisait toujours peur malgré la valise face au Milan AC lors de la dernière finale de la Ligue des Champions (voir le sujet : 18 mai 1994 : Milan AC - FC Barcelone 4-0). En face le PSG est distancé en championnat par les invincibles nantais et semble s’être résilié à abandonner sa couronne nationale. En revanche c’est un tout autre Paris que l’ont peut voir lors des joutes européennes. Un Paris audacieux et conquérant qui se présente sans complexe face au Barça. Il faut dire que le nouvel eentraîneur parisien loue une véritable adoration envers son homologue catalan Johan CRUYFF et il connait tout des méthodes et du jeu du Barça depuis 5 ans, depuis que Cruyff est à la tête des blaugranas. Mais Cruyff lui que sait-il de ce PSG 1994-95 ? Les documents qui suivent sont assez exceptionnels vous allez voir. En effet CRUYFF a toujours répéter « qu’il s’occupait toujours de ses propres forces sans se préoccuper des faiblesses de l’autre ».

Si le discours ne manque pas d’attraits, il a beau dire qu’il ne se préoccupe guère de l’adversaire, il ne trompe personne et son staff a épluché méthodiquement l’adversaire parisien cette année-là. Les preuves ? Elles sont nombreuses, notes, croquis, études au fil des matchs en coupe d’Europe contre le Bayern et Moscou mais aussi en championnat face à Strasbourg, Monaco, Toulouse, Lyon ou Le Havre. Mais comment sait-on tout cela ? Vous allez voir qu’il a fallu un sacré concours de circonstances et l’anecdote est assez incroyable. Pendant son séjour en Île de France, l’équipe de Barcelone réside à l’hôtel Trianon Palace de Versailles. Le 15 Mars 1995, les catalans quittent l’hôtel et leurs chambres puisqu’ils rentrent directement en Espagne après le match. Donc le jour du match, un nouveau client arrive dans la chambre qui fût occupé par Johan Cruyff, cet industriel qui est en voyage d’affaires se pose alors devant le bureau de la chambre et s’aperçoit que la femme de ménage à oublié de jeter certains papiers. L’homme curieux jette un œil et en passionné de foot qu’il est, comprend qu’il a sous les yeux toutes les notes de entraineur hollandais sur son adversaire du jour le Paris Saint Germain. L’homme est abonné à France Football et envoie à l’hebdomadaire les documents qui les publie la semaine suivante. En tout cas rien ne dit que l’homme ou le magazine n’ont pas transmis à Luis FERNANDEZ et son staff une copie des documents avant la rencontre. En tout cas quelle imprudence de la part de entraîneur barcelonais de ne pas avoir emporté ses documents ou de ne pas les avoir détruit. Voici ces documents sur Old School Panini véritable trésor d’archives.
Avant de voir le profil de chaque joueur, examiné par le staff catalan, vous allez voir c’est croustillant, voici certains croquis de Cruyff où on peut voir que contrairement à ce qu’il disait, il se préoccupait grandement de son adversaire et de ses forces. Ainsi celle de Paris à l’époque était incontestablement les coups de pieds arrêtés. Ainsi Cruyff craignait les corners de Valdo à gauche avec soit un danger au premier poteau avec Ginola mais aussi la présence au second poteau de George WEAH, comme on le voit sur ce croquis de l’entraineur catalan.
Et bien regardez le but de l’égalisation de Mister George au Camp Nou, à part que c’est sur un coup franc et non un corner on ne peut pas dire que les barcelonais n’étaient pas prévenus.



Rebelote avec ce croquis mais sur les corners de l’autre côté tirés par Paul Le Guen. Cruyff identifie bien que le danger n°1 est RAÏ au premier poteau :
Et bien lors du match retour, c’est de la sorte que Raï égalise au Parc des Princes. Bon loin de vouloir lancer des fleurs aux capacités d’analyses du staff barcelonais, il n’était nullement difficile de dire que Raï était dangereux sur corners vu le nombre de buts qu’il a inscrit de la sorte :



En tout cas le staff barcelonais a bien travaillé car toute la semaine, en France, les médias se posaient la question de savoir quelle équipe Luis Fernandez allait pouvoir aligner avec la suspension d’Alain Roche et devant quelle animation il allait choisir, vu que depuis des semaines il n’alignait jamais Raï et Ginola ensemble. Comme on peut le voir en dessous, les barcelonais eux savaient très bien quel onze ils allaient affronter. Ils avaient deviné que le coach parisien ferait descendre Le Guen en défense centrale (Ricardo trop juste et Dieng sûrement trop jeune) et que devant l’animation serait confié simultanément à Valdo et Raï derrière Weah et Ginola.
Mais le must de ces documents à mon sens ce sont les portraits qu’a dressé Tony Bruins Slot, le principal espion de Cruyff, qui a rédigé des fiches signalétiques, presque anthropologiques, de chacun ou presque des joueurs parisiens. Le document original en VO est frappant (Vincent Guérin est un « autentico DIESEL » et Bravo est « agressivo » mais France Football va plus loin et s’est amusé à tout traduire. On y apprend des choses classiques issuent de l’observation des matchs comme le fait que Guérin manque d’originalité, que Lama prend beaucoup de risques mais l’analyse va plus loin et on peut lire que Ginola est un enfant terrible, preuve que les renseignements ne sont pas seulement pris sur le terrain mais également dans la presse tant la polémique Fernandez-Ginola alimentait les médias avant la double confrontation.
Voici en quelques lignes les remarques les plus significatives sur l’observation des joueurs du PSG par le staff catalan. Je n’ajoute rien le descriptif est tel quel avec les origines des joueurs et leur description physique


Bernard LAMA
International français (Guyane proche Surinam) métis, maigre, athlétique. Footballeur de taille moyenne mais n’hésite pas à sortir sur les ballons aériens. Bonne relance au pied et à la main, longue et précise. Sûr de lui, ce qui l’amène à prendre des risques. Se déconcentre parfois et fait des erreurs.


José COBOS
Français d’origine espagnole. A droite. Défenseur agile, démarre vite mais joueur défensif trop chaotique. Positionnement sur le terrain faible, ne s’intéresse qu’au ballon, pas aux adversaires. C’est un vrai joueur doté d’une bonne condition physique, habile techniquement mais faible dans la construction. Se déconcentre facilement, agité, excité, emporté (tempérament espagnol)


Patrick COLLETER
A gauche. Maigre. Pur gaucher, pied droit très faible. Bonne technique, mais faible de l’intérieur du pied. Bonne frappe, joue souvent en combinaison. Beaucoup d’opportunisme offensif. Est capable d’aller au bout d’une action. Joue le plus souvent le long de la ligne de touche. Grosse personnalité dans le groupe. Très nerveux, répond systématiquement aux provocations.


Françis LLACER
Remplaçant. C’est un arrière droit. Petit, blond. Aime bien attaquer. Son style ressemble à celui de Belsue de Saragosse ou de Mariano du Celta Vigo. Agressif, courageux, se bat beaucoup pour l’équipe. Très limité techniquement.


Alain ROCHE
Capitaine, centre droit-gauche. Le meilleur défenseur quel e PSG ait jamais eu. Intelligent, tranquille, calme. Porte un bon regard sur l’ensemble du jeu. Très bon positionnement. Joue très prudemment, fait donc peu de feintes. Faible du côté gauche et s’est avéré lent lorsqu’il est obligé de joueur en reculant. Joue généralement toujours du côté droit, mais est passé à gauche depuis la blessure de Ricardo. Bon sur les sorties loin de son but. Fait beaucoup de fautes loin de la surface. Dangereux de la tête sur les corners.


Oumar DIENG
Centre ou latéral. Noir. Fort physiquement. Très rapide. Jeune. Manque d’expérience, panique vite. Ne voit que le ballon ou son adversaire direct. Positionnement et technique très faible.


Vincent GUERIN
Au centre ou à droite. Joueur du type de Linskens (PSV Eindhoven . Un véritable diesel. Travailleur infatigable, va sans cesse d’un 16 m à l’autre. Court toujours au même rythme. Manque d’originalité dans son jeu. Très bon au marquage. Fait des passes toujours courtes et toujours sur la droite. Très bon coéquipier. C’est un fou de foot. Il sait tout du football espagnol et européen.


Daniel BRAVO
Catalan. Ex-avant centre. Était un grand talent. Bonne, excellente technique. Joueur du type d’Aragon de Saragosse. Joue, en général, toujours de la même façon. Un peu routinier, n’est pas un vrai défenseur. Est très rapide sur 5 mètres. Se comporte sur le terrain comme un junior. Est souvent sollicité dans les combinaisons pour la qualité de sa passe courte ou longue. Très fort balle au pied. Tempérament agressif (espagnol). Facilement irritable. Expulsé deux fois récemment face à Nantes et Monaco pour des tacles par derrière.


Paul LE GUEN
A gauche. International. Très bon technicien Une heure à 100% après du mal à finir les rencontres. Un peu lent. Sous la pression passe tout de suite le ballon. Participe à la progression du ballon et capable de donner de la profondeur à l’orientation du jeu avec des longs ballons. Dangereux pour ses frappes. Pur gaucher, frappe puissante et précises sur coup-francs et corners.


VALDO
Offensif. Brésilien. Intelligent. Techniquement très fort. Vrai meneur de jeu, prend la responsabilité de la construction du jeu qui passe toujours par lui. Excellent dans le jeu et les dans les passes courtes, il ne frappe jamais de loin. De toute façon il préférera toujours faire une passe plutôt que de tirer. Porte beaucoup trop le ballon et ne sollicite jamais le une-deux. Bon dans le dribble court et tire très bien les corners. N’est pas fort physiquement et dans les taches défensives.


RAÏ
Brésilien. Lent, lourd. Joue de façon statique. Joueur doté d’une bonne technique joue souvent en combinaison. Protège très bien le ballon avec son corps. Bonne frappe de loin, aime provoquer les faute aux abords de la surface. Très bon de la tête sur coup de pieds arrêtés. Défend très peu
P.S : Pas présent dans l'Album Panini de 1995 alors j'ai mis la vignette de 1994.


George WEAH
Avant-centre. Africain. Noir, physique, fort. Très rapide sur les appels et les courses. Bon de la tête, adroit dans es frappes du droit, le pied gauche ne lui sert qu’à marcher. Peu d’intelligence dans le jeu, ne joue que dans un registre personnel. Peut dribbler, tourner autour du ballon, se retourner dans un minimum d’espace. Est moins technique que les autres attaquants.


David GINOLA
International. Joue à l’extrême gauche de l’attaque. Très très fort techniquement. Son pied droit est son pied fort qu’il utilise sur chaque action. Même si il est également doué du pied gauche. Rapide, habile. Le plus souvent conclue ses actions par une frappe. Est fragile. Enfant terrible. (En français dans le texte !!)
Ce qui m’étonne le plus à la lecture de tous ces documents ce n’est pas la non complaisance des jugements au contraire c’est que je les trouve très justes. On sent bien que Tony Bruins Slot supervise Paris depuis longtemps (le tirage au sort a eu lieu 3 mois auparavant). Non ce qui est surprenant c’est que devant une telle précision d’analyse,  ce ne fût pas suivi d’effets sur le terrain. Les deux matchs fussent enlevés et le match retour encore plus, un des plus beaux matches de coupe d’Europe qu’on est pu voir en France. Or dans les analyses on voit bien que le superviseur catalan marque le côté joueur des individualités du PSG mais aussi la nervosité de cette équipe. Or les catalans ne provoqueront jamais les parisiens et prendront 2 des 3 buts sur coups de pieds arrêtés bien qu’ils avaient été prévenus de ces dangers. Mais au final si ces notes sont de Tony Bruins Slot, c’est bien Cruyff qui est aux commandes et il n’acceptera jamais que son équipe hache le jeu. Son Barça vivait par le jeu et périra par le jeu. Voici un large résumé de la rencontre au Parc des Princes, un match mythique avec je ne sais combien de frappes sur les poteaux ou la barre du côté parisien et le but de la qualification de Vincent Guérin. Bon peut être que sur ce but les notes ont déjoués les joueurs du Barça. En effet Guérin était décrit comme un joueur avec peu d’originalité, alors c’est peut être pour ça que Koeman et Nadal reculent et le laisse avancer. Ils ne pensaient pas qu’il prendrait sa chance de loin ?



Enfin ce jour-là l’équipe parisienne était sur un nuage et voici les notes qu’avait attribuées France Football. Comme si chaque joueur avait lu les notes catalanes et vexés, avaient sorti le match de sa vie.
En bonus l’équipe du FC Barcelone 1994-95, une triste campagne pour les catalans

4 commentaires:

  1. Incroyable...
    Superbe article, bravo !

    RépondreSupprimer
  2. Super article et beau site merci à RMC de nous l'avoir fait découvrir mais si on faisait ces rapports aujourd'hui qu'est-ce que les joueurs prendraient lol

    RépondreSupprimer
  3. Salut Alex!
    J'avais perdu mon identitfiant lol, mais avec la superbe dédicace de Gilbert pendant l'After j'ai décidé de recréer une adresse.
    Cet article est vraiement instructif, en lisant les fiches je revois exactement les joueurs tels qu'ils étaient !
    Merci :-)

    RépondreSupprimer
  4. Super article, en effet. Une histoire incroyable : comment Cruyff a-t-il pu être aussi peu attentif à des notes aussi précieuses ? Surtout lors d'un séjour à l'étranger où la probabilité pour que ces notes soient récupérés par des supporters parisiens et transmises à Luis était quand même conséquente.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...