Top Ten : Quand les footeux jouent les porno-stars !

A force, au quotidien  de balancer sur OSP (blog, Facebook, Twitter) des joueurs aux looks pas possible, il m'arrive de temps en temps d'entendre ce genre de commentaire : "mais c'est pas un joueur de foot lui, c'est un acteur porno" et force est de constater que le plus souvent vous avez bien raison. Je pense que j'aurais pu en glaner plus que 10 mais ceux-là ils me plaisent bien, voici le premier Top Ten de l'histoire du foot spécial vignettes Panini en mode porno.

10-Franco CAUSIO (Juventus Turin)
Les seventies c'est l'âge d'or du porno avec des acteurs qui ressemblent à l'international italien me direz-vous ? Non, ne vous trompez pas, en fait il s'agit de l'inverse, à cette époque les vraies vedettes c'étaient les porno-stars et les footeux italiens ne faisaient que les copier tant bien même ils jouaient à la Juve ils crevaient de jalousie face aux porno stars de l'époque. Franco CAUSIO en est l'exemple parfait avec son col du maillot bien ouvert sur le poitrail velu où seul dépasse une énorme chaîne en or (Médaillon en option)


09-Paul BREITNER (Eintracht Braunschweig)
Toujours les seventies mais on abandonne la version latine de la porno-star pour son modèle germanique. Coupe de cheveux disco mais le corps athlétique mis en valeur pas un maillot moulant (comme le short moule pruneaux bien entendu mais impossible à voir sur les vignettes autocollantes). Accessoire indispensable à cette époque : la moustache. Abondante et drue elle est symbole de virilité, vous allez voir ça va changer par la suite.


08-Toto SCHILLACI (Juventus Turin)
On rentre tout droit dans le porno des années 90 et les dialogues tout en finesse de ce genre cinématographie  Par exemple, regardez bien la trogne de Toto Schillaci à gauche et vous le voyez bien rentrer dans l'appartement de cette jeune femme, désemparée car sa douche ne fonctionne plus et lui dire "oh il fait une chaleur chaude ici". Vous connaissez tous la suite.



07-VAMPETA (PSG)
Bon là j'avoue qu'on va rentrer dans un domaine de la culture pornographique qui m'est totalement étranger mais comme je suis quelqu'un ouvert d'esprit...enfin ouvert certes mais pas autant que l'ami Vampeta toutefois. Car quand on voit sa vignette lors de son passage au PSG on ne soupçonne pas forcément la bête de sexe qui sommeille sous le maillot Opel et pourtant. Vampeta acceptera de poser nu pour un magazine gay brésilien. Attention les amis il est chaud comme une baraque à frites sous les projecteurs notre Vampeta et puis du coup contrairement à son passage du côté du Parc, c'est l'occasion de le voir mouiller le maillot, enfin non y'a pas de maillot que je suis con, c'est l'occasion de le voir transpirer un bon coup (foutue chaleur chaude) :


06-Totis FILAKOURIS (Panathinaikos)
Bon loin de moi l'envie de polémiquer et d'avoir des clichés faciles sur l'homosexualité des footballeurs mais là franchement ??!! Non mais là ?? Dites-moi pas qu'avec son petit maillot en côte de maille l'ami Totis FILAKOURIS n'est pas la référence absolue de l'acteur porno gay dans les années 80 ? Là sérieusement ont franchi le seuil de non-retour. Le patronyme grec, la moustache à faire pâlir Freddi Mercury et surtout le maillot en côte de maille avec le téton qui sort. La prochaine fois les gars, prenez-le en photo directement à la sortie du Fucking Blue Boy d'Athènes, quoi que je dois encore raconter des conneries. Des Fucking Blue Boy il doit y'en avoir plus d'un dans la capitale grecque et donc du coup c'était peut être plus simple de se retrouver au centre d'entrainement du Pana. Ceci expliquerait cela ?

05-Ruedi ELSENER (Grashoppers Zurich)
Allez retour dans le classique et du bon OSP (Old School Porno). Ruedi ELSENER c'est le tombeur de ses dames, une version footeux de Quentin Hapsburg. Quoi vous ne connaissez pas Quentin Hapsburg ? Mais c'est le personnage de Robert GOULET dans y'a t'il un flic  pour sauver le président ! Charmeur invétéré, il n'hésite pas à piquer la femme du héros Franck Drebin (Leslie Nielsen) pour mener à bien ses plans machiavéliques :


04-Sergio GOYCOCHEA (Argentine)
Oh Goyco le latin fucker oups pardon le latin lover je voulais dire. Sergio GOYCOCHEA au mondial 90 c'est l'appelé de dernière minute et du coup il n'était pas dans l'album Panini de la coupe du monde italienne alors quand il y a eu une mise à jour, on l'a pris un peu à  l'improviste le Goyco. Donc dans l'intimité, c'est survet avec rien en dessous et bien ouvert pour laisser les admiratrices fondre sur son torse avec bien entendu la chaîne en or (accessoire aussi indispensable pour les acteurs pornos que ne le sont les talons de 35 cm pour les actrices).


03-Antonello CUCCUREDDU (Juventus Turin) 
On revient à l'époque de Franco CAUSIO et des ces footeux qui s'inspiraient des acteurs porno (Décidément une coutume chez la Vieille Dame). On reprend tous les clichés du maillot avec le col ouvert, le collier au ras du cou mais là avec CUCCUREDDU on ajoute le côté bestial, le côté animal de la machine à donner du plaisir. 



02-BIRO-BIRO (Corinthians)
Alors là on atteint le haut du panier. Déjà rien qu'avec ce blaze : BIRO-BIRO !! Et pourquoi pas BIROUTE-BIROUTE hein John ? Ensuite y'a un physique aussi qui va avec, la moustache à la Mizou-Mizou (ça fait une certaine consonance avec Biro-Biro je trouve) qui vont avec les boucles dorées et la nuque longue, bref ça nous donne le cliché total de l'acteur porno brésilien qui saute tout ce qui bouge, de la plage à la favela. D'ailleurs en parlant de ça, le mec qui saute tout ce qui bouge et ce nom Biro-Biro ça me fait vraiment penser à une chanson :
Biro-Biro dans son avion
Avec sa femme et son cochon
Dès que sa femme tournait la tête
Il enculait la pauvre bête
AH AH AH
BIRO BIRO est un salaud
P.S : ça marche aussi avec BIRO BIRO dans son berceau


01-Shep MESSING (Cosmos NY)
Attention voici le number one et là on va pas faire dans la dentelle. Bon déjà avec BIRO BIRO j'avais arrêté le bon goût et la finesse, là je vous préviens on va franchir encore un palier, il est temps encore de partir avant de vous offusquer et de m'insulter. Moi je ne veux forcer personne à voir ce qui va suivre. On file tout droit à New York à la fin des années 70. C'est l'époque du studio 54 et de la Disco-Funk. C'est aussi la période de gloire du soccer dans la grande pomme avec une pluie d'étoiles qui arrivent au Cosmos de New York avec Pelé, Beckenbauer, Chinaglia et dans les buts : Shep MESSING. Seulement avant d'être champion NASL avec le Cosmos, notre gardien a un peu galéré d'un point de vue financier. Alors que le soccer était encore marginal, en 1974 il était jeune et crevait la dalle alors il a accepté une proposition du magazine PLAYGIRL. Vous connaissez Playgirl ? Playgirl est un magazine mensuel publié aux États-Unis qui présente des hommes nus ou semi-nus. Le magazine a été fondé en 1973 durant le mouvement féministe en réponse aux magazines érotiques masculins tels que Playboy et Penthouse qui présentaient des images similaires de femmes. Belle tentative mais au fil des années, même si au départ le magazine ciblait principalement des femmes hétérosexuelles et bien malgré cette bonne volonté, le magazine attire également depuis des années un lectorat gay non négligeable selon les responsables de la ligne éditoriale. Donc en 1974, Playgirl est un tout nouveau magazine qui mettra en vedette notre Shep MESSING et si vous vous dites en voyant sa vignette qu'il est loin d'avoir le sex appeal de BIRO BIRO ou la bestialité de CUCCUREDDU, attendez de le voir dans le plus simple appareil. Alors il n'a pas l'air le plus naturel du monde comme ça, la bite sur le côté ?
Shep MESSING en mode Patrick Dewaere : "On est pas bien là ? À la fraîche, décontractés du gland..."

1 commentaire:

  1. mdr je vois bien le Suisse dire "bonjour je suis le dépanateur" lol

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...