Il était une fois la Klinsmannia

Londres été 1994, après deux bonnes saisons à Monaco, Jürgen KLINSMANN file en Angleterre au Tottenham Hotspurs et il faudra seulement quelques jours pour qu’une véritable Klinsmannia déferle sur Londres et ce dès son premier match en Angleterre. Pour la première journée de championnat Tottenham se déplace à Sheffield avec un compteur négatif. Un handicap dû à une sanction infligée par la Fédération pour quelques irrégularités fiscales commises lors de certains transferts les saisons précédentes. Mais si au niveau comptable, Tottenham est négatif en ce début de saison, il est, au plan du jeu, largement positif. Pour ce premier déplacement à Hillsborough, Osvaldo Ardilès, l’entraineur argentin des Spurs , n’avait pas hésité, à aligner 5 joueurs à vocation offensive d’entrée : Anderton, Barmby, Dumitrescu, Sheringham et Jürgen Klinsmann pour ses grands débuts en Premier League. Les Spurs mènent 2-0 puis sont rejoints à 2-2 avant que Barmby redonne l’avantage aux siens et surtout que la délivrance arrive à la 82ème minute. Sur un centre parfait d’Anderton, l’attaquant allemand se détend parfaitement pour smasher une balle puissante de la tête et offrir la victoire au Spurs. Mais plus que son but c’est son enthousiasme et sa joie communicative qui va ravir les fans des spurs mais également ses coéquipiers et aussi plus incroyable tout le public d’ Hillsborough qui applaudit le joueur allemand après ce but. Mais que fait Klinsmann de si exceptionnel ? En fait Klinsmann arrive en Angleterre après la coupe du monde aux USA où la presse britannique le traître de plongeur. Et bien Klinsmann répond à sa façon aux tabloïds après son but en effectuant un véritable plongeon sur la pelouse de Sheffield avant d’être recouvert d’une marée de coéquipiers. 
Si déjà ce premier acte de la Klinsmannia est parfaitement maitrisé par le joueur allemand la suite va tout accélérer. Débarquant avec une mauvaise réputation, Klinsmann va prouver sa valeur malgré les coups. Quelques minutes plus tard, on joue les arrêts de jeu lorsque sur un ballon aérien, Klinsmann prend peut être l’un des plus incroyables coup de boule de l’histoire du football. L’anglais Des Walker l’a presque décapité en direct. La blessure est impressionnante, Klinsmann touché à la mâchoire est allongé comme une crêpe, inconscient la bouche en sang. On craint le pire, tel Séville 1982 l’attaquant des Spurs est évacué sur civière. Revenant à ses esprits il est emmené à l’hôpital pour se faire poser 8 points de suture à la joue, preuve que Des Walker n’a pas fait le chemin pour rien. Mais cela n’entache pas le moral de Klinsmann qui déclare aux journalistes à sa sortie de l’hôpital « Je me sens bien merci, je ne me souviens de rien car j’étais K.O. Maintenant ça va ! Je vais jouer mercredi contre Everton ». Et voilà le public conquis, on en avait fait un plongeur mais non Klinsmann est un guerrier et dans un championnat où on aime le fighting spirit on apprécie à sa juste valeur la combativité de Jürgen KLINSMANN. La suite 4 jours plus tard à White Hart Lane mais en attendant voici le résumé de cette première rencontre de Klinsmann en Angleterre avec à la fin l’incroyable choc qui le mettra K.O.


Les fans des Spurs étaient impatients de voir leur nouveau chouchou se produire à domicile et ils ne vont pas être déçus. Ainsi, depuis l’annonce de son transfert, un mois auparavant, l’action de Tottenham, premier club anglais côté en bourse, n’a cessé de grimper. On estime qu’avant le match face à Everton la plus-value pour les actionnaires à 16 millions de Frances, soit le montant du transfert de Klinsmann pour le faire venir de Monaco. A la bourse de popularité, Klinsmann réalise aussi un tabac. Les fans se bousculent sur sa route lorsqu’il quitte chaque matin son luxueux hôtel où il réside pour se rendre au centre d’entrainement de Mill Hill dans les quartiers nord de Londres. Et c’est pire quand il doit rentrer après de longues séances quotidiennes d’autographes de fans qui sont venus assister à l’entrainement. Au siège du club, on n’avait plus vu un tel engouement pour un joueur depuis le départ de Paul Gascoigne « Nous attendions une réaction positive du public et de la presse à la signature de Klinsmann, confie un porte-parole de Tottenham, mais nous ne l’imaginions pas à ce point. Les demandes d’interviews affluent sans cesse et, si nous n’y prenions pas garde, Jürgen passeraient ses journées en rendez-vous avec les journalistes ». Parfaitement polyglotte, il parle couramment cinq langues, et d’une disponibilité étonnante. Klinsmann séduit tout le monde même ceux qui étaient les plus durs à l’annonce de son arrivée en Premier League. Et alors que dire de ses débuts à White Hart Lane dans ce contexte ? Ses débuts à domicile ont tourné à l’euphorie collective. Déjà, avant le coup d’envoi, tout le stade scandait son nom. Alors imaginez la scène à la fin de la rencontre, après qu’il eut inscrit les deux buts de la victoire (2-1) sur Everton… Le phénomène est tel que même les plus résignée des supporters des Spurs, ceux qui avaient brûlé leur carte d’abonné après le renvoi en juin 1993 de Terry Venables, réintègrent le bercail. « Je suis Tottenham depuis vingt-deux ans, raconte Alan Scott. Quand Venables a été limogé, je m’étais juré de ne plus remettre les pieds à White Hart Lane mais je n’ai jamais été aussi enthousiaste qu’en ce début de saison ». Les ventes de maillots record (on parle de plus de 150 000 maillots vendu dans l’année), un stade toujours plein, en ce mois d’août c’est une véritable Klinsmannia à Londres. Jürgen KLINSMANN sera élu joueur du mois d’ailleurs en août et plus prestigieux, au terme de cette saison 1994-95 il sera élu joueur de l’année.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...