OSP-EURO 1972-1992 : l'équipe de vos rêves ?

Lors de la présentation du projet d'album en commun avec les Cahiers du Football intitulé OSP-EURO 1972-1992, je vous avais fait part en toute fin d'ouvrage d'une page libre à votre création. Il s'agit tout simplement avec vos images de faire votre meilleure équipe ou celle que vous préférée à travers tous les joueurs des championnats d'Europe de 1972 à 1992. Et puis comme je suis curieux et surtout que l'album était limité en joueurs, je vous propose de faire un grand sondage pour connaitre votre équipe de rêve. C'est simple pour chaque poste, j'ai retenu, selon moi, les 5 joueurs qui avaient livré les meilleurs prestations au cours des Euro de 1972 à 1992. Il vous faut dans la colonne de droite choisir à chaque fois celui qui vous a le plus impressionné ou que vous préféré. Attention pour les milieux offensifs et les attaquants il vous faut en retenir 2. Comme votre serviteur va prendre des congés improvisés mais mérités, le sondage sera disponible une quinzaine de jours et en rentrant en fonction des résultats je créerais de nouvelles vignettes pour l'album des 11 joueurs retenus ainsi que le sélectionneur. Voici en attendant les 60 nominés et bon choix à tous

GARDIEN

Ivo VIKTOR - Tchécoslovaquie 
Ivo Viktor a été le gardien de but de l'équipe de Tchécoslovaquie entre 1966 et 1977, il a remporté le championnat d'Europe des nations en 1976 en battant la RFA en finale aux tirs au but. Cette année-la, il se classe troisième du Ballon d'or européen. Ivo Viktor totalise 63 sélections avec la Tchécoslovaquie.
Jean-Marie PFAFF - Belgique
Jean-Marie PFAFF a été le gardien de but des diables rouges entre 1976 et 1987. Joueur de l'année en Belgique, il se fait remarquer au cours de l'Euro 1980 sur la scène internationale et participera aussi à l'Euro 84. A chaque fois il démontra qu'il était un des tous meilleurs gardiens du monde, présent lors des grands rendez-vous.
Luis ARCONADA - Espagne
Si on excepte sa cagade en finale du championnat d'Europe 1984 sur le coup-franc de Platini, Arconada avait réalisé auparavant deux exercices parfait. En 1980 il est le meilleur gardien de la compétition et en 1984 il était en passe de reprendre sa couronne, jusqu'à ce coup-franc.
Peter SCHMEICHEL - Danemark
On le découvre lors de l'Euro 1992 où il va être monstrueux et en grande partie responsable de la victoire finale  des danois. On a souvent entendu que cette équipe danoise de 92 a avoir remporté le premier trophée pour la nation était beaucoup moins doué que ses prédécesseurs. Mais la différence ne réside t'elle pas dans le fait, que contrairement aux autres, cette version 92 des Danish Dynamite avait tout simplement Schmeichel dans les buts ?
Rinat DASAEV - U.R.S.S
Le meilleur gardien du monde dans les années 80, il participe à un seul Euro, l'édition de 88 mais le capitaine de l'équipe d'URSS n'était pas loin de mener les siens à la victoire. Seul une tête de Gullit à bout portant et une volée d'un autre temps de Van Basten fera plier Dasaev dans sa quête.

ARRIÈRE DROIT

Antonio MACEDA - Espagne
A l'EURO 84 l'arrière droit du Sporting de Gijon va se transformer en héros salvateur de la "roja", par deux fois il évité l'élimination des siens. Tout d'abord au 1er tour il marque à la dernière minute le but de la victoire face à la RFA qui qualifie l'Espagne pour les demi-finales. Ensuite lors de ces demies, c'est lui qui égalise face aux terribles danois et permet à l'Espagne d'aller en finale. Une finale qu'il ne dispute pas car suspendu.
Eric GERETS - Belgique
Le futur capitaine des diables rouges, à l'image de la Belgique, livre un superbe Euro 1980. sur son côté droit le Lion de Rekem impressionne par sa régularité et sa combativité. Absent en 1984 pour des raisons extra-sportives et quelques malversations déjà évoquées sur OSP mais ce n'est pas le lieu pour ne reparler.
John SIVEBAEK - Danemark
L'ancien défenseur de Manchester United, St-Etienne et Monaco participera à 3 championnat d'Europe, 1984, 1988 et celui de la victoire danoise en 1992. Parfois discuté et contesté en clubs lors de son passage en France, il a toujours été intraitables avec la sélection danoise. Titulaire indiscutable puis joueur cadre, il est l'un des héros de la campagne de 1992.
Partick BATTISTON - France
Avant de devenir libéro à Bordeaux et en Equipe de France, Patrick BATTISTON était un arrière droit extraordinaire; Physique, technique, son volume de jeu était trop important pour qu'il reste latéral. Son Euro 84 est un exercice parfait, jamais pris en défaut, il se révéla aussi important dans l'apport offensif.
Ruud KROL - Hollande
Il participe avec la Hollande aux championnats d'Europe 1976 et 1980. L'ex-cannois sera d'ailleurs désigne pour le tournoi de 1976 comme meilleur arrière droit de la compétition.

ARRIÈRE GAUCHE

Berti VOGTS - RFA
Berti VOGTS était capable de jouer à tous les postes en défense mais comme c'est à ce poste qu'il a principalement évolué à la coupe du monde 74 et surtout à l'Euro 1976 en ce qui nous concerne. Pour ceux qui ne l'ont jamais vu jouer je vous conseille de revoir les vieilles rétrospectives sur ESPN Classic. Depuis j'ai rarement vu un arrière avec un tel volume de jeu, bien au delà d'un Roberto Carlos par exemple. capable de museler pendant 90 minutes à Johan Cruyff et de lancer contre attaque sur contre attaque dans le même match.
Hans-Peter BRIEGEL - RFA
Un autre allemand mais un autre monstre. Le successeur de Berti VOGTS, un arrière à 4 poumons et impossible à prendre en défaut. Élu dans l'équipe type de l'Euro 80 beaucoup le considère alors comme le meilleur défenseur du championnat d'Europe.
Paolo MALDINI - Italie
Paolo MALDINI présent, déjà, à l'Euro 1988 est élu meilleur arrière gauche du tournoi à seulement 20 ans. 
Rafael GORDILLO - Espagne
Le pendant à gauche de Maceda au sein de la sélection espagnole, il sera comme son compatriote dans l'équipe type de l'Euro 1984 aux étoiles France Football, exercice où la régularité est privilégiée.
Vassili RATS - U.R.S.S
Un des pions du jeu d'échec de Valéry Lobanovski. Avec l'URSS ou le Dynamo de Kiev, Rats n’arrêtait jamais de remonter et descendre sur son flanc gauche, occupant l'espace, marquant son territoire et puis quand il avait l’occasion de frapper il n'hésitait pas à allumer des pétards. Souvenez vous de celui qui fera mordre la poussière à la Hollande de Gullit et Van Basten en 1988 en phase de poule.

STOPPEUR

Claudio GENTILE - Italie
souvent contesté par les critiques par on jeu rugueux, toujours à la limite de la correction, son utilité en revanche n'est plus à démontré. Truqueur, vicieux, méchant tous ces superlatifs peuvent définir Claudio GENTILE mais quand il marquait un attaquant à la culotte ce dernier savait qu'il allait passer 90 minutes en enfer. Elu dans l'équipe type de l'Euro 80 malgré l'Euro plu que décevant de la Squadra Azzura.
Karl-Heinz FORSTER - RFA
Une des révélations de la victoire allemande à l'Euro 1980, Karl-heinz FORSTER confirme en 1984 en figurant dans l'équipe type de l'Euro français. Tout simplement à cette époque le meilleur stoppeur d'Europe, confirmant que dans ce domaine, la RFA fabrique ce qu'il se fait de mieux.
Mick McCARTHY - Irlande
Parce que cette équipe d'Irlande a apporté un vent frais à l'Euro 88, parce que l'Irlande a alors fait trembler les deux monstres qu'étaient l'URSS et les Pays Bas. Une équipe impossible à bouger et avec un rock en défense centrale, l'ancien joueur du Celtic de Glasgow et de l'Olympique lyonnais : Mick McCARTHY.
Oleg KUZNETSOV - U.R.S.S
Le "robocop" soviétique. Une montagne qui n'arrête jamais de courir. Que ce soit avec l'URSS ou le Dynamo de Kiev, Oleg KUZNETSOV était le successeur de Forster au titre de meilleur stoppeur d'Europe entre 1986 et 1988.
Vladimir KAPLICHNYI - U.R.S.S
Moins connu que les autres et si il est difficile de retenir des joueurs des Euro 72 et 76 vu que la phase finale débutait au stade des demi-finales,  je considère que KAPLICHNYI mérite de figurer dans cette liste. Il est l'un des piliers de cette défense d'URSS intraitable et qui sera malheureux en s’inclinant deux fois de suite en finale d'un Euro (1968 et 1972).

LIBERO

Franco BARESI - Italie
La classe pour le maestro milanais, qui sera l'un des piliers de cette nouvelle équipe d'Italie si brillante à l'Euro 88.
Franz BECKENBAUER - RFA
Le "kaiser". Tout simplement la référence au poste de libéro. Le capitaine de la nationalmanschaft conduira les siens à la victoire finale en 1972 et échouera aux tirs aux buts lors de la finale de 1976.
Josip KATALINSKI - Yougoslavie
L’ancienne gloire de l'OGC Nice est un des meilleurs défenseurs d'Europe en 1976 mais pourtant a deux doigts de l'exploit, il cède en prolongations face aux champions du monde allemands en demi-finale et ne remportera pas l'Euro 76 dans son pays.
Morten OLSEN - Danemark
Le libéro et homme de base de Sepp Pontiek. Morten OLSEN était le capitaine de cette formidable équipe danoise à l'Euro 84.
Ronald KOEMAN - Hollande
Lui aussi était surnommé "robocop", une véritable machine. Champion d'Europe des clubs en 1988 avec le PSV Eindhoven, il remportera aussi le championnat d'Europe des nations la même année. La patron de la défense hollandaise.

MILIEU RÉCUPÉRATEUR

Frank RIJKAARD - Hollande
Une des vedettes de cette formidable équipe de Hollande de 1988, aussi important qu'un Koeman ou un Gullit dans le système de Rinus MICHELS.
Jens BERTELSEN - Danemark
Au classement des étoiles France Football de l'Euro 84 il finira en tête de sa catégorie, devant Luis Fernandez. C'est dire la prestation du danois.
Johan NEESKENS - Hollande
Demi-finaliste avec la Hollande en 1976, Johan II est le joueur qui a révolutionné le poste de milieu défensif. Illustration parfaite du passage au football total où le milieu récupérateur ne se contentait pas de récupérer le ballon mais participait aussi au jeu offensif et devait apporter le surnombre.
Luis FERNANDEZ - France
Vainqueur en 1984, généreux et combatif comme toujours il sera l'une des rares satisfactions côté français en 1992, faisant parler son expérience.
Soren LERBY - Danemark
Toujours régulier, toujours présent, un des meilleurs danois à l'Euro 1984 et 1988.

MILIEU RELAYEUR

Alexei MIKHAILICHENKO - U.R.S.S
Un des meilleurs joueurs à son poste et l'un des rares, sinon le seul jour de l'ex-URSS a avoir réussi à s'adapter au football occidental. Le résultat, c'est que MIKHAILICHENKO après avoir été un des meilleurs joueurs de l'EURO 88 avec l'URSS, il sera aussi l'un des meilleurs milieux de terrain à l'EURO 92 mais cette fois-ci avec la CEI.
Antonin PANENKA - Tchecoslovaquie
Pilier de la sélection tchécoslovaque en 1976 et 1980, on a tendance à résumer sa carrière à sa "Panenka" de la finale 76 or Panenka était un des joueurs les plus fins de sa génération et toujours précieux dans l’entre-jeu de la Tchecoslovaquie.
Jean TIGANA - France
Comment définir Jean TIGANA  et son Euro 84 en quelques lignes ? Peut être en citant ce journaliste anglais à la veille de la finale, qui disait que "Jean TIGANA s'arrêtait de courir que pendant la Marseillaise". Pour faire simple de mon côté, je vous dirais que depuis tout à l'heure je vous parle du classement aux étoiles de France Football pendant cet Euro 84 et bien sachez que ce n'est pas Michel PLATINI qui a fini premier mais bien Jean Tigana.
Rainer BONHOF - RFA
Un des meilleurs joueurs allemands de l'histoire. Sa relation avec les championnats d'Europe , 3 participations, 3 finales et deux fois champions en 1972 et 1980, seul une séance de tirs aux buts malheureuse face aux tchécoslovaques le prive d'un incroyable triplé.
René VANDEREYCKEN - Belgique
La Belgique souffle un vent d'air frais sur l'Euro 80 moribond et une des principales satisfactions est le milieu de terrain de Bruges, René VANDEREYCKEN.

MILIEUX OFFENSIFS (2)

Bernd SCHUSTER - RFA
Il explose à 20 ans lors de cet Euro 80 et est tout simplement le meilleur joueur du tournoi, porteur de tous les espoirs du foot allemand.
Brian LAUDRUP - Danemark
Le frère cadet des Laudrup, moins talentueux que le génial Mickaël, pourtant il sera l'un des éléments essentiels de l'équipe victorieuse de 1992. L'artiste,  le créateur de l’équipe.
Enzo SCIFO - Belgique
La révélation de l'Euro 84. Inconnu quelques jours avant le début du championnat d'Europe il fait ses grands débuts internationaux à l'Euro français. Et si les diables rouges repartent après un exercice décevant, Scifo lui incarne l'avenir de la sélection belge.
Fernando CHALANA - Portugal
Mais quel Euro 84 pour ce meneur de poche portugais ! Le lusitanien par ses accélérations, ses passes était tout près d'éliminer la France en demi-finale. Le couperet ne passa vraiment pas loin de la tête des français ce soir là à Marseille.
Gary McALLISTER - Ecosse
Alors que le football écossais parait mort et enterré sur la scène internationale, en 1992 cette équipe sera la plus attractive et la plus plaisante à voir joueur. Échouant de peu face à la'Allemagne et la Hollande, face à la CEI, libérés et jouant sans complexes, les écossais donnent une leçons aux russes qui se voyaient déjà en demi-finale et qui repartiront chez eux sans jamais rien avoir compris ce qui leur était arrivé. Le chef d'orchestre de cette symphonie était Gary Mc ALLISTER.
Gunter NETZER - RFA
Un meneur de jeu géant ! Il chaussait du 47, organisait le jeu de la RFA avec brio et envoyait des mines dès que le champ des buts s'ouvraient devant lui. Avec Gerd Muller, le meilleur joueur de cette R.F.A 1972 si impressionnante. D’ailleurs pour Gerd Muller cette équipe de 1972 était la meilleure de l'histoire de la RFA devant celle de 74, championne du monde.
Michael LAUDRUP - Danemark
Le grand frère de Brian si vous suivez. Un pur talent mais pas toujours bien exploité. Il participe à l'Euro 84, 88 et 96 mais pas à celui de 92 comme pour affirmer ce gâchis. Même les plus grands insiste sur ce fait. Son entraineur à Barcelone Cruyff : "Un des footballeurs les plus difficiles avec qui j'ai eu à travailler. Quand il est à 80-90% il est encore de très loin le meilleur, mais je veux 100% et il fait rarement ça." ou son coéquipier à la Juventus, Platini : "Un des plus grands talents de l'histoire. Le meilleur au monde sur le terrain d'entraînement, mais il n'a jamais utilisé son talent dans des matchs complets." Peut être ce qu'il lui a manqué lros de l'Euro 84, pourtant sa meilleure prestation dans une compétition majeure.
Michel PLATINI - France
Tout simplement le joueur qui a livré la plus grosse prestation lors d'un championnat d'Europe. Le meilleur buteur de tous les temps sur un Euro mais sur tous les Euros cumulés. Ballon d'or 1984, il ne souffre d'aucune comparaison lors de l'Euro français.
Ruud GULLIT - Hollande
Ballon d'or 1988, il va être l'un des tous meilleurs lors de l'Euro 88 et surtout de la finale. Car si la Hollande se retrouve au pied du mur en début de championnat d'Europe et que c'est le remplaçant Van Basten qui va sauver les meubles, Gullit lui va imposer son tempo et sa masse physique lors de la finale pour donner à la Hollande son premier trophée.
Thomas HASSLER - Allemagne
Après la coupe du monde 90, c'est une triste équipe d’Allemagne qu'on voit en Suède. Seul Thomas Hassler sortira son épingle du jeu.

ATTAQUANTS (2)

Dennis BERGKAMP - Hollande
Meilleur buteur de l'Euro 92 avec Brolin notamment, il incarne la relève de Marco Van Basten à l'Ajax mais aussi en sélection. Pour sa première grande compétition lors du championnat d'Europe en Suède, l'examen est réussi.
Gerd MULLER - RFA
Le plus grand buteur de l'histoire tout simplement. Il prend sa retraite en 1974 mais lors de l'Euro 72 a^rsè avoir terminé meilleur buteur des qualifications il termine meilleur buteur de la phase finale. Deux buts en en demi-finale, deux buts en finale et Muller principal canonnier des allemands fait une véritable démonstration de force à l'Europe entière.
Gianluca VIALLI - Italie
L'Italie 1988 montre un nouveau visage séduisant, joueur, fini le Caténaccio et devant deux joueurs régalent. La doublette de la Sampdoria Mancini et surtout Gianluca Vialli qui se montre partout et qui sait être décisif.
Jan CEULEMANS - Belgique
Un des tous meilleurs joueurs de l'Euro 1980, présent aussi en 1984. L'attaquant de Bruges faisait des ravages quand il débordait.
Johan CRUYFF - Hollande
Un des plus grands même si pour sa seule participation il sera très décevant pendant cet Euro 1976.
Klaus ALLOFS - RFA
Le meilleur buteur de l'Euro 80, il assomme à lui tout seul la Hollande avec un triplé en phase de poule. Un match qui mettait fin à cette fabuleuse génération hollandaise deux fois vice-championnes du monde et qu'on avait rarement vu autant à la peine et qui a plié d’entrée sur 3 coups de boutoirs d'Allofs.
Marco VAN BASTEN - Hollande
Mais quel Euro 88 pour Van Basten !! remplaçant, il sort du placard pour qualifier la Hollande face à l'Angleterre avec un Hat-Trick (victoire 3-1). En demi-finale, à la dernière minute ils éliminent les favoris de l'épreuve la RFA (victoire 2-1) et sa reprise de volée en finale !! Mais quel but !! Et en finale d'un championnat d'Europe !
Oleg PROTASOV - U.R.S.S
L'arme fatale de la machine soviétique, pas aussi impressionnant tel que décrit par les médias communistes il s'en révèle néanmoins un excellent buteur qui enverra l'URSS en finale en 88.
Preben ELKJAER-LARSEN - Danemark
Le "Bison". Son Euro 84 est quasi-parfait jusqu'à son penalty manqué en demi-finale face à  l'Espagne. Un des attaquants les plus impressionnants de l'histoire de ces championnats d'Europe tout de même.
Thomas BROLIN - Suède
Meilleur buteur de l'Euro 92, il est la vedette de cette surprenante équipe suédoise qui ira jusqu'en demi-finale de son Euro et qui donne un avant goût de son mondial américain deux ans plus tard.

SÉLECTIONNEUR

Helmut SCHON - RFA
A la tête de la RFA 1972 et 1976, il a peut être dirigé une des nations les plus fortes de l'histoire du football mondial. Capable de tout rafler sur son passage si ce n'est qu'il n'avait pas prévu cette petite "Panenka" en finale de l'Euro 76. Mais hormis cela son bilan ne souffre d'aucun complexe.
Michel HIDALGO - France 1984
Des années de construction, de logique, de moments durs pur arriver en 1984 au sommet (alors) du football français. Michel HIDALGO n'a pas été un entraîneur ou un sélectionneur de l'équipe de France pendant 8 ans, il en a été l'architecte.
Rinus MICHELS - Hollande 
L'inventeur du football total avec le grand Ajax, sa méthode avait échoué en finale de coupe du monde 1974. Il reviendra aux affaires en 1988 et en ayant changé son style. Plus solide en défense, son équipe pratiquera un jeu plus direct il faut dire qu'avec deux monstres comme Gullit et Van Bastent devant, il faut privilégier les situations de duels et un contre un souvent favorables à ces deux génies du ballon rond.
Sepp PONTIEK - Danemark 
Entraîneur du Danemark en1984 et 1988, il ne remportera aucun trophée contrairement à ces alter-égos de cette catégorie. Mais en terme de révolution footballistique il ne souffre pas de la comparaison tant ces danois ont impressionné l'Europe en 1984. Le manque d’expérience de ses joueurs sera fatal aux danois en demi-finale et heureusement pour les français qui craignaient plus que tout de les retrouver sur le chemin. Michel Platini ne le cessera de le répéter, le match le plus dur des français fût sans conteste celui face au Danemark en ouverture.
Valeri LOBANOVSKI - U.R.S.S
Là aussi qu'il va être difficile de résumer en quelques lignes l'apport de Lobanovski au football européen. Le travail de Lobanovski a toujours été inspiré du football total de Michels. Pour Lobanovski, ce football doit être imposé par une équipe avec une condition physique supérieure à la moyenne. c'est le condition siné qua none. La chance de Lobanoski c'est que le régime soviétique et sa double casquette entraîneur du dynamo de Kiev et sélectionneur national, lui permettent de recueillir tous les meilleurs joueurs du pays et de travailler avec eux tout au long de l'année. Il lui aura juste manqué de fraîcheur à ces joueurs lors de la finale à l'Euro 88 pour montrer que l'élève avait dépasse le maître mais c'était aussi la principale faiblesse de son système qui exigeait toujours 100% des capacités physiques de ces joueurs sur toute la saison ou sur toute une compétition.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...