Les étrangers de la Division 1 : Graham RIX

Graham RIX s’est fait connaitre à Arsenal où il fera l’essentiel de sa carrière et y gagnera ses galons de joueur international. RIX débute chez les Gunners en tant que stagiaire, il deviendra pro en 1975 à l’âge de 18 ans. Ailier ou milieu offensif, il participera à toutes les campagnes victorieuses des Gunners en coupe à cette époque. Malheureusement s’il il joue 4 finales en 3 saisons (de 78 à 80) il n’en remporte qu’une : la F.A Cup en 1979, Arsenal échouant sur la dernière marche de cette même compétition en 1978 et 1980 puis traversera une longue traversée du désert comme on l’a vu dans le sujet du jour sur l’équipe d’Arsenal 1986-87. En 1980 il faut ajouter également un autre échec en finale, celle de la défunte coupe d’Europe des vainqueurs de coupes. RIX est un joueur symbole de ces années noires du côté de Highbury, incroyable meneur de ballons, il est un des joueurs les plus techniques du championnat anglais hélas son club vit sur son passé prestigieux et n’est pas compétitif. Pourtant RIX brille souvent et se révèle un joueur souvent décisif. Voici une petit compil de ses plus beaux buts avec les Gunners (au passage j'adore les différents maillots d'Arsenal, très vintage) :


Si Arsenal ne brille pas, toutefois les prestations  de Graham RIX sont remarquées et il intègre alors la sélection aux 3 lions et participe à la coupe du monde en Espagne. Il est même titulaire lors des 5 rencontres qua va disputer l’Angleterre, qui triomphe des Français au 1er tour mais qui sortiront dans l’anonymat au second tour à la surprise générale, eux qui étaient un prétendant à la victoire finale. RIX parait indéboulonnable dans cette équipe d’Angleterre mais deux facteurs vont jouer contre lui. Tout d’abord il y a le fiasco de la non qualification à l ‘Euro 84 et RIX va le payer de plein fouet d’autant que son physique commence à le lâcher. Victime de blessure à répétition il bloque son compteur à 17 capes dès le début de l’année 84 pour ne plus jamais porter el maillot aux trois lions.
La suite en club c’est comme on l’a vu avec la sélection, une santé fragile et des blessures à répétition qui vont le desservir longtemps. On le croit même fini pour le football quand les jeunes loups s’imposent du côté de Highbury pendant que lui squatte l’infirmerie, mais il va rebondir à notre plus grande surprise en France. Daniel JEANDUPEUX en 1988 va lui donner les clés du jeu du jeune promu Caennais. Le Stade Malherbe adopte un style alors très british et va pérenniser son statut en division 1 grâce à cette méthode et un groupe soudé derrière le projet de son entraineur. Daniel JEANDUPEUX, l’entraineur décrit son équipe et son jeu de cette façon : « ici, à Venoix, Caen a l'habitude de jouer long, de surprendre l'adversaire, d'être terriblement enthousiaste. Tout cela me parait bon. Des joueurs comme Rix, Dumas, Divert adorent cette forme de jeu un peu britannique... » En tout cas RIX est parfaitement intégré par ces co-équipiers, voici ce qui disait de lui Hyppolite DANGBETO : « Alors lui c’est un fou. Il m’a appris à jouer au snooker torché à la bière. Perdre à longueur d’année contre un mec à moitié bourré, l’horreur. Le jour où je l’ai battu, j’ai arrêté le billard ». A Caen ça respire la bonne humeur et RIX retrouve son football bien qu’il n’ait plus ses jambes de 20 ans. Trois saisons quasiment pleines ! 89 matchs de division 1 en trois exercices cela faisait une éternité que ça ne lui était pas arrivé auquel en outre il faut ajouter 10 buts. Tout cela dans un groupe sain et uni enfin surtout uni car pour le reste…  J’ai l’impression que faisait pas mal la foire à cette époque du côté de Caen. DANGBETO, la balance, continue : « en 1992, on était dans les 5 premiers et on perd 5-0 à Marseille. On tirait tous la gueule, sauf Jeff Domergue qui était presque content car ça nous remettait à notre place, genre vaut mieux ça que perdre cinq fois 1-0. Il nous emmène alors faire une virée avant de rentrer chez nous. Putain, un sabot par joueur, douze bières et celui qui tient debout a gagné ... » ou encore : « dans un esprit de gagne et de fête comme à Caen, pffff, j'aurais pu rester vingt ans au Stade Malherbe tellement c'était énorme. Après une grosse victoire, on avait ouvert le toit de la voiture de Xavier Gravelaine, il était à moitié à poil à faire tourner son truc ... ».

Bon c’est border line mais ça passe, par contre Graham RIX, une fois les crampons raccrochés, franchira la ligne de la légalité fera parler de lui dans les tabloïds à la rubrique faits divers. Il est condamné en 1999 à 1 an de prison pour détournement de mineurs en couchant avec la fille d’un de ses meilleurs amis qui n’avait que 15 ans au moment des faits. Pas glorieux du tout. En plus de la prison, RIX a été fiché comme délinquant sexuel et radié de la Fédération Anglaise en tant que formateur des jeunes. Graham RIX a désormais interdiction d’entrainer des footballeurs de moins de 16 ans. Bon s’il ne peut pas entrainer les gamins, il va entrainer les plus grands. Il sera entraineur de l’équipe première à Portsmouth, Oxford ou Heart Of Midlothian en Ecosse mais sans trop de succès. Si bien qu’en 2008, il retourne à la formation mais pas en Angleterre où ça lui est encore interdit. C’est en Espagne qu’il officie au sein de l’académie de son pote Glenn HODDLE. Le principe de la Hoddle Academy est simple, offrir une seconde chance aux recalé des centres de formation et ça tombe bien pour RIX qui lui aussi se voit attribuer une seconde opportunité. D’ailleurs il en a pleinement conscience et profite au maximum de ses nouvelles responsabilités : « C’est un job que j’adore. Le temps est magnifique ici et l’idée est géniale, je tire mon chapeau à Glenn d’être venu ici et d’avoir monté son truc. Voir ces gamins avoir une seconde chance dans le foot fait que tout ce travail en vaut vraiment la peine. An arrivant ici tous les enfants savent qu’ils se sont planté parce qu’il leur manquait quelque chose, que ce soit physique, technique, mental ou tactique. Notre boulot est de découvrir quoi et les faire progresser la dessus le programme est individualisé. L’année dernière sur 25 gars, 4 d’entre eux ont réussi signer un contrat pro. ». Pour terminer avec la carrière de Graham RIX, voici l’intégrale de ses vignettes Panini :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...