Le bal des entraîneurs 2012-13 : Pablo CORREA

Pablo CORREA est né le 14 mars 1967 à Montevideo (Uruguay), très tôt il tape dans le ballon et il se fait remarquer par la prestigieuse école du Nacional Montevideo. S’il apprend ses gammes et fait ses classes au sein d’un des clubs les plus prestigieux d’Amérique du sud (3 Copa Libertadores et 3 Coupes Intercontinentale en 1971, 1980 et 1988), Pablo CORREA n’aura jamais sa chance avec l’équipe pro et en 1986, à 19 ans, il signe son premier contrat avec le petit club de Rentistas. Correa acquiert du temps de jeu et goute aux joies du professionnalisme au sein de la seconde division uruguayenne. Pour sa deuxième saison en 1987-88, tandis que son club formateur le Nacional devenait champion du monde (en battant le PSV Eindhoven), lui avec son club plus modeste devenait champion de D2 et accédait à la première division. Mais Correa s’est fait connaitre et parler de lui lors de cette campagne victorieuse et dès la fin de la saison du sacre avec Rentistas il aprt pour l’autre grand club d’Uruguay, le Penarol. Le Penarol c’est l’autre grand club d’Uruguay, un des plus titrés d’Amérique du Sud avec 5 Copa Libertadores et 3 Coupes Intercontinentale. Mais au Penarol, cela ne se passe pas merveilleusement bien, le club subit la domination du Nacional et pablo ne s’impose pas au sein de l’effectif. Après deux exercices il fait le coup du come back et re-signe à Rentistas. Il change de club un an après et en 1993, il traverse le Rio Uruguay pour aller jouer dans le championnat argentin. Il file a San Lorenzo un des nombreux clubs de Buenos Aires de la Primera Division. San Lorenzo est un des tous meilleurs clubs du pays, avec des vedettes comme Oscar Ruggieri (champion du monde 1986 et de retour au pays après son expérience au Réal Madrid) mais pour Pablo l’adaptation est difficile et la concurrence est rude en attaque notamment avec le futur bordelais, Claudio Baggio.

Donc Pablo retraverse le Rio Uruguay pour revenir à Montevido et signe chez les Wanderers, le club connu pour avoir formé Enzo Francescoli. Titulaire et de nouveau en confiance, Pablo peut exprimer à nouveau son football. C’est à cette période qu’il se fait remarquer par Carlos Curbelo, l’ancien international français d’origine uruguayenne qui joue les scouts pour son ancien club de l’AS Nancy-Lorraine. La suite c’est un transfert en Lorraine au cours de l’été 1995. Nancy est en D2 mais pas pour longtemps. Pablo Correa s’impose dans la D2 française et Nancy retrouve la division 1 à la fin de l’exercice. La saison suivante est plus compliquée pour l’attaquant uruguayen. En Division 1 Lazlo Böloni, l’entraineur nancéien a changé son schéma de jeu et joue avec un 4-5-1. Plus de place pour les attaquants, Wilson Oruma et Christophe Robert les deux milieux offensifs latéraux ont pris la place des ailiers Olivier Rambo et Pablo Correa dans l’esprit de l’entraineur roumain. Bon une formule qui ne paye pas, car Nancy retrouve la division 2 immédiatement. En Division 2, après les départs d’Oruma et de Robert, Correa retrouve une place de titulaire ainsi qu’Olivier Rambo. Les deux hommes associés à Tony Cascarino vont faire une saison de feu. Pablo Correa avec 14 réalisations coiffe l’irlandais pour le titre de meilleur buteur du club et Nancy est sacré champion de D2.

La suite de sa carrière il la fera toujours à Nancy malgré de nombreuses sollicitations de clubs de D2 française, sa catégorie de prédilection pourtant. Car en effet de retour en D1, Pablo retourne sur le banc de touche et va se contenter d’un rôle de joker, rentrant lors des fins de matchs et encore cela dépendait toujours de la physionomie du match. Au bout de deux saisons Nancy replonge en D2 et Böloni est débarqué. Changement d’entraineur et peut être changement de statut pour Correa ? Mais même pas, Francis Smerecki arrive du côté de Marcel Picot et ne compte pas plus que son prédécesseur sur son attaquant uruguayen. Las, Pablo Correa ne vas même pas au terme de la saison et raccroche les crampons à la trêve des confiseurs à 33 ans. Aussitôt sa retraite prise, la direction nancéienne intègre Pablo dans son staff technique en tant que superviseur et en même temps il passera ses diplômes d’entraîneur. A l’été 2002 lorsque Moussa Bezaz devient le coach de l’équipe première, Corréa est promu son adjoint. Et quand en Novembre 2002, Nancy est lanterne rouge de la Ligue 2, Bezaz est limogé et le président Rousselot prend le pari de confier les rênes de l’équipe à Pablo avec la réussite qu’on connait, lui qui aura réussit à stabiliser Nancy en Ligue 1 avant de relever le même défi avec Evian la saison dernière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...