Clin d'œil - Joël CANTONA

Février 1989, Peu de joueur français évolue à l'étranger alors quand l'un d'entre eux signe dans l'un des tous meilleurs clubs belges ça alerte la presse. Un transfert assez étonnant car le fait que Royal Antwerp Football Club (4 fois champion de Belgique) aille faire son marché dans notre Division 3 chez le modeste club du CS Meaux, avouez que c'est assez étonnant. Mais le coup est plutôt médiatique et de ce point de vue on peut dire que c'est assez réussi. Antwerp signe le petit frère Cantona alors que son aîné fais depuis des mois la une des journaux français à travers ses différentes frasques (jetage de maillot, insulte du sélectionneur et changement de clubs tous les 6 mois...). Du coup les journaux s'intéressent à ce petit frère plus sage et plus discret. Malheureusement sur les terrains aussi il reste discret. Joël CANTONA ne s'imposera jamais au plus haut niveau mais bon il verra du pays au moins. Après la Belgique, un retour en France en D2 avant de partir en Angleterre (Strockporten D3) ou alors en Hongrie (Upjest). En fait c'est à l'OM qui connaîtra ses meilleurs souvenirs footballistiques avec les deux années en D2 après la relégation administrative de 1994. En tout cas voici le clin d'œil de France Football du 9 février 1989 :
P.S : Bon comme OSP est mon blog je vais un peu me mettre en avant. J'ai eu la chance un jour de croiser la route de Joël Cantona, c'était à Marseille le 4 juillet 1998 précisément. Avec mes deux meilleurs amis (Max et JP pour ne pas les citer) nous sommes descendus dans la cité Phocéenne pour assister au 1/4 de finale de coupe du monde entre L'Argentine et les Pays-Bas. Avant la rencontre nous partîmes sur le vieux port histoire de siroter une boisson anisée quand nous avons croisé des supporters hollandais qui jouaient au ballon. De là on improvise une petite rencontre, interrompue par un camion avec à l'arrière une bande de types qui beuglait. On se met à beugler aussi et à se chambrer, c'est à ce moment que je reconnais (je suis un peu miro) Joël CANTONA et Patrick BOSSO à l'arrière du camion mais bon comme j'étais parti en mode chambrage je ne pouvais pas m'arrêter aussi facilement sous prétexte que j'avais en face de moi des personnalités locales C'est là qu'un type arrive et nous dit qu'on est en train de foutre en l'air la scène finale d'un film avant de nous proposer d'y jouer les figurants. C'est comme ça qu'avec les copains et une bande de supporters hollandais on s'est retrouvé au générique d'un des films les plus pourris de l'histoire du cinéma français : les collègues ! Donc si vous regardez ce film (mais je ne vous le conseille pas) au moment du générique de fin, dans la bande de zouaves qui court derrière le camion après que "les collègues" aient remportés la coupe, vous pouvez vous dire qu'il y a votre serviteur acclamant les champions en bois d'un vulgaire tournoi de sixte de quartier. Quand je serais célèbre ce sera ma casserole au moment où je passerais chez Arthur.
Et voici la preuve irréfutable :
Bon comme avec les copains on a un peu changé depuis 1998, voici la légende ;-)

1 commentaire:

  1. Passe, passe, passe ton ballon ! Qu'on, qu'on, qu'on la mette au fond !
    Allez l'Espoir Club Borretti !

    J'avais ce film en VHS quand j'étais gamin :-)

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...