Mexico 86 : Wlodzimierz SMOLAREK

« Son pied droit ne lui sert vraiment qu’à monter dans le bus! » Jamais sans doute expression n'a paru aussi évidente pour décrire le... talent de gaucher de Wlodimierz Smolarek ! Son père, Rysard, qui fut en son temps un bon joueur de Troisième Division, a révélé voilà peu : « Lorsque « Wlodek » était encore gamin, nous jouions ensemble dans notre jardin. Il avait l'habitude de ne frapper le ballon qu'avec son pied droit. Ça ne m'a pas plus du tout car j'ai toujours pensé qu'un bon joueur se devait d'utiliser ses deux pieds. Alors je lui ai tout simplement interdit de se servir de son pied droit! Et si aujourd'hui mon fils ne sait pratiquement plus se servir de ce pied-là, j'en assume la responsabilité ! ». Avant de devenir une vedette, Smolarek a pas mal galéré. Né dans la banlieue de Lodz (à Alexandrow) juste e face ... d'un stade, il commença sa carrière dan le club de son père, Wlokniarz (D3). Puis il fut transféré au Widzew, le grand club de Lodz, où ses progrès ne furent pas, c'est le moins que l'on puisse dire, fulgurants. En 1977, l'armée polonaise l'appela sous les drapeaux, ce qui obligea Smolarek à endosser le maillot du Légia, club de l'armée. Même aujourd’hui, Smolarek rechigne à évoquer cette époque. Il faut dire que, lors de sa première année de service, il n'eut pas beaucoup de temps pour frapper dans un ballon. Il se contenta de jouer de temps en temps dans l'équipe réserve du Legia, en troisième Division. Aujourd'hui, lorsqu'on lui demande d'où vient sa formidable pointe de vitesse, Smolarek répond en riant: « Pendant mon service, j'ai travaillé dans une ferme, et lorsque les chevaux s'échappaient de l'écurie, je devais les rattraper ! A la longue, çà développe les capacités physiques ! » Heureusement pour lui, sa seconde année passée au Legia se révéla beaucoup plus positive. Smolarek fit de fréquentes apparitions en équipe première, inscrivit cinq buts. Et eut la chance de jouer aux côtés des Deyna, Janas ou Cmikiewicz. Pourtant, à la fin de son service militaire en 1979, il ne resta pas comme on pouvait le penser au Legia et préféra retourner dans sa ville natale. Il faut dire que la vie familiale est très importante pour cet homme qui vit toujours dans une grande maison en compagnie de ses parents, de sa femme. Et de ses deux fils. De plus, le retour à Alexandrow lui permit de réendosser le maillot du Widzew, une équipe qui lui tient à cœur contrairement au Légia. Voici une anecdote qui peut témoigner de son attache à ce club et ses coéquipiers. En novembre 1980, la veille de partir en stage en Italie avec l'équipe nationale, Smolarek passa la soirée en compagnie de son compagnon de club Mlynarczyk à l'Adria, la plus célèbre boîte de Varsovie. Le lendemain matin, à l'aéroport de Varsovie, Mlynarczyk arriva saoul comme un Polonais, et le sélectionneur Kukesza refusa purement et simplement de l'emmener en Italie! Smolarek et plusieurs joueurs critiquèrent ouvertement cette décision (Zmuda, Boniek ...) et un gros scandale, s'ensuivit ce qui provoqua la suspension de Smolarek. Mais, quelques semaines plus tard, Antoni Piechniczek devint entraineur national et tout rentra dans l'ordre.

Pour en revenir aux qualités de Smolarek, on ne peut pas dire que ce soit un joueur très « technique » mais ses armes favorites (et redoutables) sont la rapidité et la combativité. C'est le type même du joueur qui n'abdique jamais et qui adore courir comme un fou. Hélas son style de jeu en fait une cible privilégiée pour les défenseurs adverses et Smolarek a souvent été sérieusement blessé. Autre trait marquant : son mauvais caractère ! En effet, il a pris l'habitude de discuter avec véhémence les décisions arbitrales. Comme beaucoup d'anciens joueurs du Widzew (Boniek, Mlynarczyk, Zmuda), Smolarek voudrait bien jouer dans un club occidental. Mais les autorités polonaises, qui sentent la bonne affaire, ont placé la barre très haute. Déjà en 1984, lorsque Francis Borelli vint à Varsovie pour essayer de l'engager, Smolarek était coté à un million de dollars! Depuis, les prix sont tombés et Smolarek ne pèse plus que 150 000 environ 10 millions de francs à l’époque tout de même. Mais les clubs européens sont intéressés, la Fédération polonaise espère un bon mondial de sa part pour gonfler la douloureuse. Pour la petite histoire Smolarek filer en Bundesliga, à L’Eintracht de Francfort après la coupe du monde au Mexique.
Włodzimierz Smolarek nous a quitté le 6 mars 2012, élu deux fois joueur de l’année en Pologne (1984 et 1986) il a été aussi deux fois champion de Pologne avec son club du Widzew Lodz en 1981 et 1982. IL ira en Allemagne où il remportera la coupe avec l’Eintracht de Franfort (1988) avant de terminer sa carrière en Hollande au Feyenoord Rotterdam puis au FC Utrecht. Moins connu que les Boniek, Lubanski ou Deyna, Smolarek fût l’un des grands attaquants de l’histoire, riche, du football polonais. A sa mort des ouvrages lui ont été dédiés pour ce joueur qui était très populaire dans son pays :
Son fils, Euzebiusz Smolarek, a suivi sa voie, notamment finissant sa formation au Feyenoord, mais après des débuts plus que prometteurs (47 sélections et 20 buts pour l’équipe nationale tout de même !) il s’est un peu égaré et n’a pas confirmé tous les espoirs qui étaient placé en lui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...