La fin des Glasgow Rangers ?

Dans le rouge depuis des mois, la situation s’est sérieusement dégradée pour le club protestant de Glasgow. On a appris ce mercredi 4 juillet que le club venait d’être exclu du championnat d’Ecosse ! Selon une dépêche AFP tombée dans la journée d'hier, on apprenait tout simplement que les Glasgow Rangers ont été exclus du championnat d'Écosse pour des raisons financières après un vote des autres clubs ce mercredi. Et le mal est très profond et l’avenir bien sombre pour les fidèles des Rangers. Le problème ? Une dette de 115 millions d’euros envers le Fisc britannique. Et pour l’instant il n’y a aucun projet de relance qui pourrait combler ce passif. D’un côté quel fou pourrait injecter 115 millions d’€ dans un championnat d’Ecosse à l’agonie ! Faute de trouver un supporter milliardaire et désintéressé, on risque de voir disparaitre un des plus grands clubs d’Europe, une des terreurs des joutes européennes pendant des décennies ! On se souvient tout du match de l’OM en 1992 à Ibrox Park, où Marseille effectua une démonstration de force, menant 2-0 à la 75ème minute, avant que les Rangers reviennent et égalisent dans le dernier quart d’heure. Les marseillais durant ces 15 dernières minutes avaient connus l’enfer d’Ibrox Park et finalement repartir tout heureux avec le point du match nul alors qu’ils avaient fait le jeu pendant 75 minutes ! Voici les buts de la rencontre et notamment celui de Rudi Voller qui justifie pleinement sa réputation de renard des surfaces.


Côté Français, on se souviendra d’autre mythiques rencontres, comme celle des verts lors de l’épopée 1975-76 et cette victoire 2-1 à Ibrox en 1/8 de finale de la coupe d’Europe des clubs champions. Plus proche la victoire et la démonstration de Benzema avec une incroyable victoire 3-0 de l’Olympique Lyonnais. 

Mais les bons souvenirs sont rares car nombreux sont ceux qui ont mordus la poussière face aux Rangers. Parmi tout les campagnes européennes j’ai choisi celle de 1978-79 où les Rangers iront jusqu’en ¼ de finale de la coupe d’Europe des clubs champions. Certes ce n’est pas la meilleure campagne d’un point de vue comptable pour un club qui a remporté la coupe d’Europe des vainqueurs de coupes en 1972 et qui sera 3 fois finalistes (deux fois en C2, 1961 et 1967 et une fois en C3 2008). Non je reviens sur la campagne 78-79 car c’est durant cet exercice que la formidable équipe entrainée par John GREIG réalisera un de plus grands exploits des Rangers en coupe d’Europe. En effet les Rangers, depuis le début de la saison, sont dirigés par leur ancien capitaine, John Greig, il était de la campagne européenne victorieuse de 1972. Trente-six ans, le sens du commandement, des principes sains, Greig a mis de l'ordre dans le « staff » professionnel des Rangers. « Vous me connaissez, a-t-il dit à ses joueurs au mois d'août. Pour moi, la victoire compte à 99 pour cent. Mais, avec le un pour cent qui reste, je veux que mon équipe donne du plaisir aux spectateurs en gagnant. C'est clair ? » Ensuite, John Greig a sorti ses dossiers. Un maniaque des dossiers, John. Tous les adversaires répertoriés, avec leurs caractéristiques, leurs points de force, leurs endroits sensibles. Et la méthode ne tarde pas à donner ses fruits. Au premier tour les Rangers doivent affronter la redoutable Juventus de Turin. Après une défaite 1-0 au Stadio Communale, les écossais inversant la vapeur chez eux et l’emportent 2-0 pour éliminer la vieille dame. En 1/8ème de finale, ils affrontent le favori de l’épreuve depuis l’élimination surprise de Liverpool, le PSV Eindhoven. Le PSV vient de remporter la coupe de l’UEFA et a pris le temps de faire mûrir son équipe, avec les Beveren, Van der Kuylen, Poortvliet, Brandis, les jumeaux Van de Kerkhof, l’équipe compte plusieurs, des meilleurs joueurs hollandais. Il est, de surcroît, dirigé par un professeur Nimbus qui n'ignore rien de la forme des nuages. 

Il en a vu tant défiler, en 52 ans, Kees Rijvers, qu'il ne se trompe sur rien. Beaucoup de malice et de philosophie derrière ses lunettes cerclées de fer. Une démarche tranquille que son équipe a adoptée au fil du temps. En seizièmes de finale, P.S.V. n'a fait qu'une bouchée de l'équipe turque, Fenerbahce, après avoir été battu à l'aller (1-2) : 6-1 à Eindhoven, quatre buts de Van der Kuylen (10e, 22e, 71e, 74e) et deux de Deykkers (49e, 55e). C’est donc un véritable choc que cette double confrontation entre hollandais et écossais. Le match aller à Ibrox montre toute la maitrise hollandaise qui ne cède pas à la furia écossaise et regagne ses pénates avec un 0-0 encourageant avant la manche retour au Phillips Stadion. Le 1er novembre 1978, une page mémorable des Rangers va s’écrire. Dans l'admirable stade de P.S.V. où il fait clair, la nuit, comme en plein jour et où les tribunes sont chauffées (Philips oblige), l'équipe d'Eindhoven place tout de suite le débat sur l'estrade la plus haute : la première minute n'est pas terminée que Lubse a ouvert le score. P.S.V. tient dans sa main la clé d'un net succès, mais il ne trouve plus la serrure. À la mi-temps (1-0) reviennent en mémoire les regrets exprimés par Kees Rijvers : « Il nous manque un attaquant de classe pour posséder une grande équipe ». Les Rangers ne cèdent plus de terrain. Avec Tommy McLean, impérial au milieu du terrain, et le petit Russell, insaisissable à l'aile droite, ils traitent d'égal à égal avec P.S.V. Le rythme est intense, et les Hollandais auraient bien besoin de remettre de l'ordre dans ce jeu qui tourne à la confrontation athlétique. À la 58e minute, sur une poussée générale, McDonald bat le gardien de P.S.V., Van Engelen. Trois minutes après, Deykkers rend l'avantage (2-1) aux Hollandais. 

Encore cinq minutes (66e) et les Rangers égalisent une nouvelle fois par Johnstone, l'avant-centre au physique de Hobbit. Le pressing des Écossais, leur rage de vaincre emportent la digue. Qualifiés à 2-2, ils ont la coquetterie de marquer un troisième but par Russell (88e) et obtiennent une victoire accueillie avec enthousiasme au pays. « Nous avons montré à l'Europe que nous savions jouer au football » s'enflamme Willie Waddell, le manager général des Rangers. « C'est la meilleure performance du club depuis que je m'en occupe, constate Greig. Les joueurs étaient en dehors de ce monde ! ». La suite ce sera une élimination en ¼ de finale de justesse face aux champions d’Allemagne du FC Cologne (Une équipe où évolue de nombreux espoirs du foot allemand, Harald Schumacher, Bernd Schuster, Pierre Littabarski ou encore Dieter Muller). Mais je trouvais cette campagne européenne très représentative de l’image que je garderais des Glasgow Rangers en Europe. Une équipe qui ne va jamais au bout mais qui se bat becs et ongles jusqu’à la dernière seconde et qui réalise régulièrement des exploits pour sortir un cador qui va à Ibrox Park de façon trop dilettante. En tout cas c’est un club historique qui risque de disparaitre ces prochains jours, un club 54 fois champions d’Ecosse mais surtout qui faisait peur à l’Europe entière. Voici cette formidable équipe des Glasgow Rangers 1978-79. Cliquer sur l’image pour la voir en taille optimale.
P.S : Si vous souhaitez télécharger et voir le match complet face au PSV, vous pouvez le trouver sur le site de mon ami Frank « le Wild Bunch » : European Cup 1978 1979 Psv Eindhoven Glasgow Rangers
D’ailleurs nombre de commentaires et d’infos viennent du sujet de Frank.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...