Le jour où CANTONA aurait du signer au Barça

En fait l'histoire commence à Sedan, oui oui vous avez bien lu à Sedan. L'OM dispute un match amical lors de la trêve des confiseurs face au Torpedo de Moscou. Le match n'a débuté que depuis 10 minutes et Canto se détend pour rattraper une balle trop haute qui file en touche. De rage, l'attaquant marseillais va chercher le ballon et l'envoie d'un magistral dégagement dans les tribunes. L'arbitre bien embêté face à une telle situation dans un match non officiel va voir l’entraîneur marseillais Gérard Gili pour qu'il calme son joueur. Mais personne ne calme un Canto énervé. Ce dernier pète un boulon, enlève son maillot, le jette à terre et regagne le vestiaire olympien. Après match il ne fera aucun commentaire. Le directeur sportif, Michel HIDALGO prône l'apaisement et dans les couloirs glisse aux journalistes « il ne faut pas en rajouter, mettre de l'huile sur le feu maintenant. Nous allons toutefois en référer à Bernard Tapie pour voir la suite à donner à cette affaire ». Si Hidalgo la joue cool, le « Boss » lui ne semble pas disposé à passer l'éponge. Le soir même alors qi'il est en pleine soirée électorale, Tapie soigne son commentaire de l'affaire Canto : « Un joueur qui met un maillot par terre, même si il marque trois buts dans le match, il faut le sanctionner. Cela ne correspond pas à l'idée que je me fais du foot en général, et du foot à l'OM en particulier. Donc, Cantona, je vais m'occuper de lui, personnellement ». Et le président olympien va tenir parole. Les sanctions internes pleuvent : mise à l'écart de l’équipe première jusqu’à nouvel ordre et lourdes sanctions financières sans qu'on sache précisément de quelle ampleur. Mais importantes si l'on en croit les commentaires des potes de vestiaires de Canto, Yvon Le Roux et Philippe Vercruysse. Pour ce dernier il la qualifie même de « très dure » et met l'accent sur le contexte du pétage de plomb. Pris en grippe par le public marseillais depuis des semaines Canto ne le supportait plus et Vercruysse d'ajouter : « A la place d’Éric, j'aurais peut être craqué également ». Le Roux abonde dans ce sens aussi : « Éric a été pris en grippe par le public depuis quelques mois. Il est très difficile d'évoluer dans un stade qu'on est constamment sifflé » En off il se dira qu'il est plus facile de sanctionner un joueur et que le public hélas, ça ne se sanctionne pas.

Et CANTONA où est il ?

En fait personne ne sait, même pas son agent. En fait c'est un corbeau qui va donner l'info aux dirigeants de l'OM. Absent des entraînements auquel il est tenu d'assisté, un mystérieux correspondant va poser cette question. Mais que faisait Eric CANTONA à l'aéroport de Barcelone ? En fait Canto venait juste de poser ses valises en Catalogne, il avait besoin de se ressourcer lui qui avouera plus tard qu'à ce moment là de sa carrière il voulait tout abandonner. Cette info vaut de l'or pour les dirigeants marseillais. Car si ils ont compris que Canto ne portera plus le maillot marseillais le lourd investissement fait sur le meilleur espoir du foot français ne doit pas devenir un fiasco financier. Hidalgo décide donc de contacter les dirigeants barcelonais pour un prêt voir mieux. Surtout qu'on sait que Canto voue une admiration totale pour l’entraîneur du Barça, un certain Johann Cruyff. Comme tout le monde sait l'affaire ne se fera pas mais pour une raison qui aujourd'hui peut faire sourire. Juan Gaspart le président de Barcelone va éconduire en toute courtoisie l'offre marseillaise au seul motif qu'ils ont déjà recruté pour la saison 1989-1990 un grand attaquant étranger (ère pré-Bosman). Pas de chance pour l'OM qui finalement trouvera un accord avec Canto et les Girondins de Bordeaux pour la fin de saison. Au fait vous saviez quel futur attaquant a barré la route de Canto à Barcelone ? Nul autre que le ballon d'or Marco Van Basten qui avait donné sa parole à son mentor, Cruyff de venir le rejoindre en Catalogne la saison suivante. Mais c'était mal connaître Silvio Berlusconi qui ne lâche pas ses joueurs tant qu'il n'en a pas décidé. Comme quoi l'histoire du foot, parfois, ne tient pas à grand chose.
Eric CANTONA à Marseille une histoire compliquée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...