Copa Libertadores 2012 : Boca Juniors vs Corinthians


La rivalité légendaire entre Argentins et Brésiliens va voir un nouveau chapitre s'écrire ce mercredi 27 juin, avec la finale aller de la 53ème édition de la Copa Libertadores (l'équivalent de notre Ligue eds Champions en Europe). Cette finale opposera Boca Juniors et Corinthians à la Bombonera le stade mythique de Boca à Buenos Aires. Les Xeneizes ont déjà pris part neuf fois à la finale de l'épreuve suprême des clubs en Amérique du Sud et l'ont emporté à 6 reprises. Le Timão, quant à lui, ne s'est jamais hissé à un niveau aussi élevé dans le football continental même du temps du génial Socrates. Présentation des forces en présence avant le plus grand rendez-vous de l'année footballistique en amérique du sud.

Le match
Boca Juniors (ARG) - Corinthians (BRA)
Mercredi 27 juin, 21h50 (heure locale) - Buenos Aires

Sachant qu'un triomphe continental serait synonyme de qualification pour la prochaine Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Argentins et Brésiliens auront une motivation supplémentaire pour tenter de remporter cette finale. Julio César Falcioni a mis ses titulaires au repos pour la dernière journée du Tournoi de Clôture en vue des 180 minutes qui s'annoncent comme les plus importantes dans la saison de Boca. Il pourra donc compter sur Juan Roman Riquelme, un des quatre Xeneizes avec Rolando Schiavi, Pablo Ledesma et Clemente Rodríguez à avoir déjà remporté la Copa Libertadores, pour animer le jeu d'une équipe habituée à ce genre de rendez-vous. Lors de la présente campagne continentale, Boca ne s'est incliné qu'une seule fois à domicile, contre Fluminense en pahse de poule. Mais Boca Juniors depuis s'est vengé car les deux clubs se sont retrouvés en 1/4 de finale avec une qualifications pour les argentins arrachée à la dernière minute de la prolongation par son attaquant uruguayen Santiago Silva.


Le champion du Brésil en titre aborde cette finale avec le moral au beau fixe, après avoir éliminé en demi-finale le tenant du trophée continental, Santos, au terme de deux rencontres serrées. L'entraîneur Tite pourra compter sur le retour d'Emerson, au sein d'une équipe dont les principaux atouts sont un jeu collectif parfaitement rodé et une défense de fer, qui n'a toujours pas connu la défaite dans cette Copa Libertadores 2012. Il faudra poursuivre dans cette veine pour tenter de battre une équipe de Boca qui est une véritable bête noire pour les formations brésiliennes en finale de l'épreuve.

Face-à-face
Santiago Silva - Cassio
L'attaquant uruguayen, qui avait fait un bref passage par Corinthians il y a dix ans, est l'une des principales arme offensive des Xeneizes dans cette Copa Libertadores. Il a en effet inscrit trois buts décisifs contre l'Unión Española, Fluminense et l'Universidad de Chile et se retrouve à deux matches d'un titre qu'il avait manqué de peu en 2011 avec Vélez Sarsfield. Mais pour y parvenir, il devra savoir prendre à défaut Cassio Ramos. Le gardien de Corinthians n'a concédé que trois buts cette année dans la compétition continentale. À 25 ans, l'ancien portier de Grêmio et du PSV Eindhoven aura pour objectif de ne pas s'incliner à la Bombonera, ce qu'aucun gardien visiteur n'a réussi à faire cette année en Copa Libertadores.

Le saviez-vous ?
Contrairement au règlement en vigueur entre les huitièmes de finale et les demi-finales, les buts marqués à l'extérieur ne comptent pas double en finale. En cas d'égalité de points à l'issue de la finale retour, c'est la différence de buts sur l'ensemble des deux matches qui est prise en compte. Si les deux équipes sont encore égalité à ce niveau-là, elles disputeront alors une prolongation de 30 minutes, suivie d'une séance de tirs au but si les deux finalistes ne sont toujours pas départagés.

La stat
13 - C'est le nombre de confrontations directes entre Argentins et Brésiliens en finale de la Copa Libertadores. Le bilan est largement favorable aux premiers, avec neuf titres remportés. En outre, sur ses cinq finales disputées contre des équipes brésiliennes, Boca Juniors en a gagné quatre, contre Cruzeiro (1977), Palmeiras (2000), Santos (2003) et Grêmio (2007). Sa seule défaite a eu lieu contre Santos (1963).

Entendu…
"Avant la demi-finale, j'ai demandé à mes coéquipiers de tout faire pour que je joue une dernière finale, car je ne pense pas avoir d'autre opportunité de le faire. Je suis vieux. Le meilleur gagnera. De notre côté, nous allons faire ce que nous faisons à chaque match. Je pense que ce sera pareil pour eux. De l'extérieur, ça peut paraître facile, mais jouer encore une finale est un miracle. J'espère que nous gagnerons ce titre" - Juan Roman Riquelme, capitaine de Boca Juniors

"La Bombonera existe, elle est bien réelle, mais une équipe doit savoir montrer suffisamment de maturité pour aller jouer là-bas. C'est pareil au Pacaembú, au Morumbí ou à l'Olímpico. Tout est question de force mentale. Il m'est arrivé de jouer devant 93 000 spectateurs. Je n'entendais pas mes coéquipiers à trois mètres. Ce qui compte le plus, c'est de savoir ce qu'on veut et pour cela, il faut de la concentration" - Tite, entraîneur de Corinthians

En tant que fidèle suiveur de Boca Juniors, pour une fois sur Old School Panini je vais abandonner mon impartialité. En outre je connais très mal Corinthians que j'ai vu qu'une seule fois cette année (en 1/4 de finale face au Vasco Gama de Juninho) donc voici à mon avis l'équipe de Boca Juniors qu'on risque de voir, l'équipe type de Falcioni, (cliquer sur l'image pour la voir de façon optimale) :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...