La tragédie du héros de l‘Euro 1992

Kim VILFORT, héros du championnat d’Europe 1992, est passé anonymement dans notre championnat de France 6 ans auparavant. Et pourtant c’est son passage à Lille qui a sûrement changé sa carrière profondément. Kim VILFORT, voit le jour en 1962 et dans la tradition des joueurs scandinaves, devient un solide gaillard d’un 1.90 m pour 86 kg à la pesée une fois adulte. Il évolue au poste d’attaquant, le plus souvent en soutien derrière l’avant centre dans ce qu’on pourrait appeler un 9 et demi. A 19 ans, il perce en division 1 au sein de l’équipe de Boldklubben Frem 1886 (une des nombreuses équipes de Copenhague). Immédiatement à l’aise en D1 danoise, il cartonne grave, et empile les buts au point de se faire remarqué par Sepp Pontiek le sélectionneur national. VILFORT a 22 ans et il intègre cette formidable équipe des Danish Dynamite qui se révèle à l’Europe lors de l’Euro 84 (voir le sujet sur le Danemark 1984). Si il n’intègre pas le groupe qui part en France, il est convoqué régulièrement lui qui a connu toutes les sélections de jeunes (u 17, u19 et u21). Joueur majeur du championnat danois il est appelé à découvrir l’Europe et il fait sas valises au cours de l’été 1985. Il quitte son club formateur de Frem après 151 rencontres et 77 buts. Il débarque alors au LOSC où cela ne va pas bien se passer du tout. Le LOSC fait une saison calamiteuse et devant, en manque de repère, le grand danois ne marque pas, ne pèse pas sur les défenses. Attendu comme un sauveur, VILFORT déçoit, tant bien que les dirigeants lillois recrutent au mercato hivernal l’expérimenté Gérard Soler pour résoudre les problèmes offensifs. Kim auteur d’un seul but, est alors repositionné au milieu de terrain et c’est à ce poste qui va finir sa carrière et remplir sa vitrine de trophées. En tout cas pas avec le LOSC, 24 matchs un seul but le bilan est trop maigre et Kim repart à la maison, loupant la coupe du monde 86. Le retour s’effectue à Brondby club majeur du championnat danois, qualifié tous les ans pour la coupe d’Europe. Repositionné milieu de terrain, le joueur danois débute alors une seconde carrière. Lors de ses 5 premières saisons il remporte 4 titres de champion et surtout en 1991, il permet à Brondby de se qualifier pur la demi-finale de la coupe de l’UEFA, ne chutant que face à l’AS Roma. Impressionnant, le solide milieu de terrain est tout simplement élu meilleur joueur danois de l’année à la fin de l’exercice. Un trophée qui à la fin des années 80 était l’apanage des frères Laudrup (Michael 2 et Brian 4). 

Depuis son retour au Danemark, VILFORT est devenu un titulaire indiscutable de la sélection danoise au milieu de terrain. Présent à l’Euro 88, il est également de la campagne en 1992. Mais pour lui elle sera bien particulière. Tout d’abord parce que le Danemark ne devait pas disputer ce tournoi, devancer en phase de qualifications par la Yougoslavie. Mais la guerre des Balkans change la donne et la sélection Yougoslave est sanctionné et interdit d’Euro. Ainsi le Danemark est repêché à la dernière minute avec l‘issue que tout le monde connait. Ce que connait moins c’est le l’Euro particulier qu’à vécu notre géant danois. Peu de temps de temps avant le début de la compétition la famille VILFORT apprend que leur fille âgée de 7 ans est frappée par une leucémie. Pendant l’Euro Kim va ainsi « abandonné » deux fois ses coéquipiers en Suède pour rentrer au Danemark et être présent au chevet de sa fille, dont l’état de santé venait de se dégrader. C’est ainsi la raison pour laquelle il ne joue pas le dernier match décisif face à la France. Il revient in extremis en Suède pour affronter les Pays-Bas en demi-finale et inscrit même son tir au but. Le conte de fée sportif des danois se poursuit en finale et Kim marque le deuxième but de la rencontre, celui du 2-0 final, celui qui donne le titre inespéré au Danemark. Tous ses coéquipiers fondent sur lui, lui le héros qui vit des moments si graves. Ce sera le dernier moment de joie de Vilfort, quelques jours après le sacre de Stockholm sa fille perdait le combat contre la maladie.

En en cadeau, la vignette de l'album OSP-EURO 1972-1992 de Kim VILFORT, la vignette n'° 266 :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...