Euro 1984 - Les 9 buts de Michel PLATINI

Un record, un exploit, Michel PLATINI a marqué cet euro 84 comme aucun autre footballeur n'avait marqué aussi fortement de son empreinte une grande compétition internationale. Tel les 13 buts de Just Fontaine, ses 9 buts ne sont pas près d'être dépassé ou alors quand l'Euro se disputera à 32 équipes et qu'il y aura 8 matchs pour les finalistes, peut être... Car le roi Michel lui n'a eu besoin que de 5 rounds pour être et c'est toujours le cas le meilleur buteur de l'histoire des championnats d'Europe. En effet avec ces 9 buts il devance Alan Shearer qui restera à 7 réalisations en 2 Euro lui (5 en 1996 et 2 en 2000), Thiery Henry lui n'en compte que 6 en 3 championnats pourtant. Cela donne un ordre d'idée de l'exploit et ces 9 buts on va les détailler ici-même. En images, en bande-dessiné, en clip vidéo et surtout, surtout raconté par le principal intéressé lui-même juste après le championnat d'Europe. En fait ce sujet pourrait s'appeler à la manière Woody Allen : « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les 9 buts de Platini....». Attention à la fin du sujet il y'aura deux vignettes offertes pour l'album OSP-EURO 1972-1992.

France 1 Danemark 0
« Le plus chanceux »
« Depuis l'année dernière et notre défaite à Copenhague (3-1), je m'attendais à un match de ce type, un match d'hommes, un match dur. D'autant plus dur, pour moi, que, tout au long de la rencontre, j'ai été marqué "à la culotte" par Klaus Berggreen. Bergreeen, je le connais bien puisqu'il joue à Pise en Italie. Au Parc, Klaus a nien joué le coup et j'ai eu du mal à lui échapper. J'y suis parvenu sur le but, un but sur lequel j'ai eu une certaine réussite, puisque mon tir a ricoché sur le crâne de Busk qui était au sol, pour tromper Olle Qvist, le gardien qui me semblait être sur la trajectoire du ballon. Évidemment, on peut dire que c'est un but chanceux, mais c'est le football! ».

France 1 Belgique 0
« Le plus rapide »
« Contre les belges, nous avons eu la chance de nous trouver de suite avec un démarrage pied au plancher et un formidable public, lequel nous a soutenus tout au long de la partie, ce qui n'avait pas été le cas lors du match contre le Danemark au Parc des Princes. Et nous avons vite trouvé l'ouverture. Lorsque mon "pote", Partick Battiston, sur un coup franc à 25 mètres, a percuté la barre transversale de Pfaff, les défenseurs belges ont marqué un temps d'hésitation et j'ai pu récupérer le ballon sans être attaqué. J'ai alors tire du gauche, sur la droite de Pfaff, au ras du poteau. Dans un match de cette importance, marquer après seulement quatre minutes de jeu, ça aide pas mal! »

France 4 Belgique 0
« Un penalty...raté »
« A la mi-temps de ce match contre les belges, la messe était dite puisque nous menions déjà par 3 buts à 0. Mais nous étions dans un grand jour et nous avons continué à jouer jusqu'au bout. Vers le milieu de la seconde mi-temps, sur une de nos attaques, Didier Six est arrivé seul devant Pfaff, lequel n'a eu d'autre ressource que de le faucher. J'ai décidé de tirer le penalty car j'étais à la poursuite du record de Fontaine. En posant le ballon, je ne suis dit qu'il fallait que j'assure. Et, en fin de compte, j'ai tellement assuré que j'ai tiré presque au milieu du but. Heureusement Pfaff avait anticipé, sur son côté gauche et il n'a même pas pu effleurer la balle ».

France 4 Belgique 0
« Une tête placée »
« On avait beau mener de quatre buts, on a continué à pousser et cela m'a permis de marquer mon 3ème but de l'après-midi, un but de la tête, dont je dois dire que je ne suis pas mécontent. Depuis quelque temps, je marque pas mal de but de la tête, alors qu'avant ce n'était pas mon point fort, c'est le moins qu'on puisse dire. Sur ce centre de Gigi, je vois bien arriver le ballon et je me détends bien puor le frapper sur la droite de Pfaff, qui était peut être un peu avancé. Là aussi j'ai eu un peu de chance dans la mesure où le ballon a heurté le poteau avant de rentrer. On n'en revenait pas d'avoir passé cinq buts aux belges. C'est bon pour le moral ! ».

France 1 Yougoslavie 1
« Le plus...juste »
« Contre les yougoslaves, on jouait simplement pour la première place, la qualification étant acquise. On était donc moins contractés, mais ça n'a pas été facile pour autant, car les yougoslaves, déjà éliminés, voulaient partir sur un exploit. Ils ont mené et j'ai égalisé à la suite d'une belle ouverture de Jean-marc Ferrari sur laquelle d'ailleurs j'étais un peu court. Mais je me suis lancé pied gauche en avant en même temps que le gardien Simovic.. J'ai touché le ballon avant lui et je l'ai glissé sous son ventre. Ensuite nous nous sommes heurtés assez violemment, mais lorsque marque, les chocs font beaucoup moins mal. Surtout que ce but nous permettait de revenir à la hauteur des yougoslaves... ».

France 2 Yougoslavie 1
« Le plus beau »
« Trois minutes plus tard, j'ai remis ça de la tête. Celui-là aussi, il m'a fait plaisir et nombreux sont ceux qui pensent que c'est mon plus beau de l'Euro. C'est venu sur un centre de Battiston. Je connais bien Patrick et ses centres tendus et lorsque j'ai vu que la balle était pour moi, j'ai hésité une fraction de seconde entre la reprise de volée et la tête. J'ai choisi la seconde solution et j'ai plongé en m’efforçant de bien placer le ballon. Quand j'ai entendu la clameur du public de Geoffroy Guichard et qu'en me redressant, j'ai vu la balle heurter le petit filet, j'ai été très heureux. Pour moi, pour l'équipe et surtout, pour ce public de Saint-Etienne auquel je devais bien ça... ».

France 3 Yougoslavie 1
« Premier coup franc »
« Ce 33ème but pour l'équipe de France, je l'ai marqué comme pas mal d'autres.... sur coup franc. Giresse venait d'être séché par Gudelj à 20 mètres face aux buts. Pendant qu'on soignait Gigi et que les yougoslaves discutaient avec l'arbitre, j'ai fait parler le métier. Lentement l'air de rien, j'ai déplacé le ballon d'un bon mètre sur la gauche, sans que personne sur le terrain ne s'en rende compte. J'étais ainsi en meilleur position pour armer un coup franc à ma façon. M. Daina, l'arbitre suisse, a bien fait respecter les neuf mètres et j'ai pu ainsi placer mon ballon dans la lucarne de Simovic, lequel n'a pas réagi suffisamment vite pour être sur le ballon ».

France 3 Portugal 2
« Le plus important »
« Celui-là, je crois bien que c'est le plus important de toute ma carrière. Les portugais, superbes, avaient menés et Domergue avait égalisé à quelques minutes de la fin des prolongations. On se revoyait déjà à Séville. Sauf Jeannot, qui y croyait encore. Quand je l'ai vu déborder comme u nfou à une minute de la fin, je me suis dit que c'était le moment où jamais d'y aller. J'ai vu arriver le centre de Jeannot, j'ai eu le temps de le contrôler et j'ai frappé de toutes mes forces, enfin, celles qui me restaient, car comme les autres, j'étais cuit ! Je crois que les filets su Stade Vélodrome en tremblent encore. Quel bonheur ! Nous étions en final sans avoir besoin de ces coups de pied au but ! ».

France 1 Espagne 0
« Et mon 9ème...le plus fou »
« L'arbitre vient de siffler une faute sur Lacombe. Il est pour moi, ce coup franc. Aux 16 mètres, presque de face. Je pose le ballon avec précaution. D'un rapide coup d’œil, je vois où je vais tirer. Pas la peine de prendre beaucoup d'élan, c'est en finesse qu'il faut jouer, ce coup. Arconada va peut être penser que je vais le tirer par-dessus le mur. A 0-0 je dois réussir. Ça y est, le mur est à distance. Je m'élance vers le ballon et je le frappe d'un tir lifté. Pas trop haut. Pas trop fort. C'est raté. Arconada se couche dessus. Il faudra remettre ça une autre fois. Mais...c'est pas vrai ! Le ballon continue sa course et passe la ligne ! J'ai marqué et je n'en crois pas mes yeux. On est fous de joie ».
Et voici ses 9 buts en vidéo :


Et puis avant de découvrir les vignettes de l'album OSP-EURO 1972-1992, pour compléter les dessins accompagnant chaque but, voici une planche de BD un peu plus travaillée sur les 9 buts de Platoche à l'Euro.
Et Voici les vignettes de l'album OSP-EURO 1972-1992, concernant directement le sujet et les 9 buts de Platini, la n°146 et la n°147

1 commentaire:

  1. Je pense que la qualité essentielle de platini était son opportunisme, son sens du but.On parlait beaucoup de ses passes longues et précises mais , à mon avis, c'était un faux avant centre...un renard des surfaces

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...