Top Ten : Et oui un jour ils ont eu des cheveux

Un sujet avec lequel je ne vais pas trop me faire d’amis. En effet j’ai ressorti les vieux dossiers, fouillé dans les placards et j’ai trouvé des images oubliées de tous ou presque. Un Top Ten plus subjectif qu’autre chose, avec des joueurs qu’on a toujours cru voir sans cheveux et pourtant tous, à l’aube de leur carrière, ont connu les cheveux en pétard le lendemain d’une soirée terminée tard dans la nuit. Ce sujet à lui seul justifie de l’intérêt des collections Panini ne serait que pour ce devoir de mémoire. Enfin avant d’attaque le classement, un petit mot sur Oscar Dertycia. Evidemment quand j’ai pensé à ce sujet il était automatiquement numéro 1 sur ma liste, mais comme je l’ai ressorti maintes et maintes foi et déjà dans le top Ten d’il ya 15 jours je me suis censuré pour pas que ces Top Ten sentent le réchauffé. Donc pour ceux qui ne connaissent pas encore l’incroyable transformation capillaire de l’ancien attaquant de la Fiorentina et Ténérife, je vous incite à voir le sujet : La Paninomorphologie d’Oscar Dertycia. Pour les autres je vous laisse découvrir le Top Ten du jour :

N°10 Zinedine ZIDANE
Et on commence avec un ballon d’or et notre Zizou national. La vignette ci-dessous date de 1992 avec l’AS Cannes son club formateur.
Zizou est dans ce classement car depuis 1998 on a l’habitude de le voir omniprésent dans les medias français avec les cheveux beaucoup plus courts et c’est cette présence, toujours actuelle, qui moi me fait un peu oubliée ses premières années à Cannes où il fendait le terrain ballon au pied et cheveux dans le vent.

N°9 Arjen ROBBEN
Ce n’est pas forcément une des plus spectaculaires quoique. Le voici lors de la coupe du monde en Allemagne en 2006
Et ce qui est spectaculaire c’est le changement entre deux coupes du monde. Voici la comparaison entre 2006 et 2010.
J’attends avec impatience sa vignette pour l’Euro 2012 :

N°8 Fabio SANTOS
Ah voilà un joueur que j’aimais bien, en fait que j’aimais beaucoup. Technique, bagarreur, accrocheur, toujours le geste juste avec un bagage technique impressionnant mais qu’il n’utilisait qu’un bon escient et toujours avec un souci d’efficacité. Et puis il savait mettre le bleu de chauffe quand le match se jouait au milieu de terrain et qu’il fallait aller à la « bagarre ». Pour moi il illustre parfaitement cette phrase de Paolo ROSSI : « quand le jeu devient dur, les durs deviennent bons ». Fabio SANTOS était bon et il était encore meilleur quand le match se durcissait. Donc j’ai découvert ce joueur lorsqu’il a débarqué à Gerland en janvier 2007 mais j’avoue que j’ai eu du mal à le reconnaitre quand j’ai découvert cet album brésilien de 2004. On le voit ici avec son club de Sao Caetano.
Avouez qu’il y a une sacrée différence avec le Fabio Santos qu’on a connu à Lyon :

N°7 Gianluca VIALLI
Bon là c’est vrai qu’à ses débuts avec la Sampdoria de Gênes ou la Squadra Azzura lors de l’Euro 88, on se souvient tous de son duo redoutable avec Roberto Mancini et aussi de ses belles frisettes sur le crâne. Mais pour le plaisir je ne résistais pas à mettre cette vignette de 1982 avec son premier club Cremonese, une image collector !
En tout cas aux antipodes de sa fin de carrière à la Juve ou Chelsea :

N°6 Ray WILKINS
Ancien joueur du Milan AC et du PSG, je me souviens de lui lors de son arrivée en France. A l’époque c’était un très gros transfert et on a vu arrivé débarqué au camp des loges un anglais qui avait du mal à coiffer le peu de cheveux qui lui restait. Alors qu’elle ne fut pas ma surprise quand j’ai découvert cet album anglais de 1978, où à Chelsea on voit Ray Wilikins posés les cheveux aux vents, on dirait un groupie des Bee Gees :
Bon Wilkins a raccroché les crampons depuis longtemps et est resté toujours proche de Chelsea et ces dernières années on a l’habitude de le voir plutôt avec cette trogne :

N°5 Roberto CARLOS
J’adore cette image et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que Roberto CARLOS etait un joueur phénoménal, je ne vais pas en reparler ici mais en 1997 j’étais derrière le but de Barthez quand il a mis ce coup-franc stratosphérique. Ensuite j’aime cette image aussi parce qu’elle nous rappelle que Roberto Carlos n’a pas toujours joué au Réal de Madrid. Enfin et c’est ce qui nous intéresse aujourd’hui, on découvre que oui un jour Roberto Carlos avait des cheveux !
Cela change par rapport à l’image qu’on a l’habitude de voir. En effet à l’Inter, avec des cheveux et sans connaitre le succès. Alors que dans notre mémoire Roberto Carlos c’est ça :
Bon je sais on ne parle pas des sosies aujourd’hui, mais de le voir comme ça cheveux frisés puis bien chauve, il me fait penser à l’oncle Fétide dans la Famille Adams. Je sais la c omparaison est pas très flatteuse.
Mais la vraie question que je me pose, est ce que, comme dans le film, madame Carlos rasait le crâne de son mari avant chaque match ?

N°4 José ANIGO
J’ai plusieurs vignettes de José Anigo avec des cheveux mais j’ai préfère choisir celle-ci. Bon c’est une vignette de Division 2 (saison 1981-82) et l’image est réduite car il partage la vedette si on peut dire mais l’image est superbe !! J’avoue que toute la différence est dans la stache !
Alors là il y a un sacré changement tout de même :

N°3 Franck LEBOEUF
Là on attaque les très, très gros dossiers. Dans notre mémoire collective Franck LEBOEUF c’est ce remplaçant chez les bleus qui fait le match de sa vie un certain 12 juillet 1998, c’est également le joueur qui n’aurait jamais du signer à Marseille avec des prestations à 100 000 lieues de ce qu’il avait pu livrer en finale de coupe du monde. Et plus récemment on l’a vu bouffer des asticots de la taille d’une côte de bœuf (c’est naze je sais mais c’est lui qui a commencé les jeux de mots en faisant de la pub pour le bœuf à la TV) dans l’émission de télé réalité Koh lantha. Quand on revoit tout ses images on le voit sans aucun poil sur le caillou hors il faut savoir qu’à ses débuts l’ami Frankie avait des cheveux et les cheveux longs. A Strasbourg il arborait même une jolie coupe mulet à la Chris « magic » Waddle :
La vignette avec Strasbourg date de la saison 1992-93 et on est bien loin de cette image à Marseille au début des années 2000 :
Et puis comme le dit si bien Herbert Léonard, juste « pour le plaisir » je ne résiste pas et je poste une autre image de lui, dans les tribunes de la Meinau.

N°2 Alim Ben Mabrouk
De nouveau un joueur que j‘aime bien et un ancien de l’OL. Originaire des Minguettes à Venissieux, comme son ami Luis Fernandez, j’étais ravi quand j’ai appris son arrivée à l’OL en 1991. Je pensais que l’équipe avait alors besoin d’un milieu de terrain aussi combattif que lui. Tiens d’ailleurs ça me fait penser que c’est peut être pour ça que j’ai aimé Fabio Santos dès son arrivée il me rappelait Alim Ben Mabrouk. Bref pour revenir au milieu de terrain international algérien (il participa à la coupe du monde 86 d’ailleurs), il s’agissait pour moi d’une bonne recrue car je me souvenais de lui comme un des meilleurs joueurs du feu Matra Racing, un des plus réguliers. Et donc que ce soit à l’OL mais déjà avant au Matra, je me souvenais de ce guerrier au crâne chauve. Sauf qu’avant d’être le Matra le club de Jean-luc Lagardère c’étai le Racing Club de Paris et au Racing Alim n’était pas tout à fait le même, la preuve.
Et le voici sous ses dernières couleurs, qui aurait du être ses premières, mais ceci est une autre histoire…
Et puis comme on ne le voit pas très bien sur ce cliché, d’ailleurs j’étais étonné d’avoir du mal à trouver des photos d’Alim Ben Mabrouk avec l’OL, voici sa vignette saison 1991-92.

N°1 Esteban CAMBIASSO
Cambiasso, el numero uno ! Tout simplement parce que j’adore cette vignette avec sa petite tête blonde et sa coupe d’écolier, il fait vraiment gamin.
On a presque du mal à le reconnaître le milieu de l’Inter


HORS CATÉGORIE
Et comme pour les joueurs à lunettes il y a un hors catégorie. Là aussi il n’est pas numéro 1 car je n’ai pas trouvé de vignette de lui avec ses cheveux mais si cela avait été le cas…. Je parle du défenseur de l’OL, Cris :
Et avouez que la même image sur une vignette et pas au bal de fin d’année de son lycée et c’était la place de numéro 1 assurée.

3 commentaires:

  1. Cris il aurait pu jouer dans la version brésilienne de That's 70's show à la Fez

    RépondreSupprimer
  2. Ali Ben Mabrouk, sur la vignette du RCP ressemble beaucoup à Eric Judor, non? A garder pour ton prochain sujet sur les sosies. Tant que j'y suis petite question : Ben Mabrouk a-t-il perdu ses cheveux suite à une maladie? Et ses sourcils?

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas il faudrait que je lui demande mais c'est délicat et je suis timide. JE sais qu'il était arrivé la même chose à Dertycia l'attaquant argentin et pur ui il s'agissait d'une alopécie aiguë, en fait une chute des cheveux extrêmement rapide soit causé par une chimiothérapie (mais ce n'est pas son cas) soit par le stress et des troubles hormonaux. Pour l'argentin c'était la seconde voie dut à un changement de vie brutale entre l’Argentine et l'Italie? En tout cas c'est sa version officielle

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...