OSP-RFC League - Boca Juniors rattrapage

Voilà la session de rattrapage sur Boca Juniors est terminé, et ce joueur qui plane vous a donné bien des tracas.


Avant de voir la réponse de la session de rattrapage, un petit mot, comme c’est la semaine de l’Olympique Lyonnais sur Old School Panini, sur Angel RAMBERT. Angel RAMBERT  argentin de naissance fût l’une des premières vedettes de la jeune histoire de l’OL. Avec son compatriote Nestor « la foudre » Combin, il va donner les premiers trophées de l’histoire du club avec la coupe de France 1964. Autre point commun entre les deux attaquants, tous deux prendront la nationalité française et joueront pour l’équipe de France. Voici une compil de différents récits de spectateurs ayant vu l’ailier gauche argentin faire chavirer Gerland à maintes reprises. En 1960, un petit parfum d’Argentine enivre doucement le stade de Gerland. La première grande  équipe de l’OL commence à se dessiner doucement ! Di Nallo est encore un jeune débutant quand un argentin puis un second débarque entre Rhône et Saône. Nestor Combin débute en janvier 1960, quelques mois plus tard, en septembre, le jeune Angel Rambert, pose ses valises dans la capitale des Gaules. Il dispute sa première rencontre lyonnaise sans licence et réalise un match exceptionnel (Victoire de l’OL a Valenciennes 1-0). L’OL tient une perle rare. Un de ces fins techniciens que seule l’Amérique du Sud sait en produire !


Un pur gaucher qui pouvait, à lui seul, déséquilibrer toute une équipe ! Buteur, passeur, dribbleur… Un footballeur comme on en fait plus, un artiste ! Durant 10 ans, « l’ange » va ensoleiller l’aile gauche de l’attaque Lyonnaise et parfois celle des bleus! Deux coupes de France et une finale, une demi-finale et un quart de finale de coupe des coupes, son palmarès a embrassé celui de l’OL des années 60. A noter que pour la ½ finale de coupe des coupes face au Sporting du Portugal, l’OL aurait du se qualifier pour la finale si la règle du but à l’extérieur existait. Mais hélas après un 0-0 à Gerland et à 1-1 au Portugal, l’OL allait s’incliner 1-0 en match d’appui. De mémoire il me semble que c’est le dernier cas en coupe d’Europe avant que la règle du but à l’extérieur soit instaurée par l’UEFA, justement pour éviter ce match d’appui.


Toujours décisifs dans ces grands moments, Angel RAMBERT, toujours en coupe d’Europe, avait inscrit le premier but de la finale de 67. Le 13 décembre de la même année, lui, « l’ange », avait sonné le glas de la révolte dans l’enfer de White Hart Lane, quand il avait inscrit le second but des lyonnais, alors menés 3 à 1 (L’OL victorieux 1-0 à Gerland, se qualifiera finalement après une défaite 4-3 à Londres et grâce à la nouvelle règle du but à l’extérieur comme on a vu tout à l’heure). Excédé par un but litigieux des londoniens de Tottenham, c’est aussi à cette occasion que le sang chaud de l’argentin bouillit au plus haut point ! Car Rambert avait un caractère, et disait ce qu’il pensait ! Forte personnalité, artiste, bref un seigneur, Angel n’en était pas moins un homme sensible, qui avait besoin de la confiance de ses dirigeants ! Après la grande saison 63-64, Rambert est orphelin de Combin, l’ami argentin, parti régaler le public de Turin et foudroyer les défenses du calcio ! Notre ailier se retrouve un peu perdu dans le jeu lyonnais, les années 65 et 66 sont plus difficiles ! L’arrivée de Louis Hon en 1966 va le relancer ! Dans un dispositif beaucoup plus offensif, il retrouve ses véritables qualités d’ailier ! A 30 ans, Rambert reste le cet élégant ailier gauche, décisif et spectaculaire. La fin de sa carrière à Lyon s’effectue dans la discrétion empreinte d’une certaine fierté, celle d’accompagner les débuts de son successeur : Serge Chiesa ! Il quitte l’OL en 1970, et regagne son Argentine natale !

Mais il manque encore une part importante de la carrière lyonnaise d’Angel Rambert dans l’esprit des lyonnais. On n’entre pas dans le panthéon des grands joueurs de l’OL sans avoir brillé dans les derbies ! Et Angel a fait plus que briller, il a éclaboussé de sa classe un grand nombre de ces  rendez-vous si importants avec le voisin stéphanois. A l’époque, ils étaient les plus forts mais l’OL avait un ange dans ses rangs ! Avec 6 buts (dont un triplé en 63) Rambert est le deuxième meilleur buteur lyonnais des derbies derrière Fleury ! Pour mesurer la trace laisser par Angel RAMBERT lors de son passage à Lyon, voici à sa mort (en 1983) l’article hommage du Progrès qui se terminera par ses mots : « Angel Rambert laissera c’est certain, un souvenir impérissable. Il avait la classe sur le terrain et dans la vie courante. Avec sa taille et ses allures de matador, il était de la classe des grands seigneurs. ».

Saison 61-62
Debouts : FERNANDEZ (entraîneur), HUGUES, DEGEORGES, LEBORGNE, DUFFEZ, GARDON, MIGNOT, POLAK, HATCHI et BEETSCHEN.
Accroupis : SALEN, J. DJORKAEFF, RIVOIRE, DI NALLO, COMBIN, A. RAMBERT, CHIAVAZZA et CAMILLA.
Mais alors pourquoi parler d’Angel RAMBERT dans notre quizz spécial Boca Juniors ? Tout simplement parce que notre argentin devenu international français (5 sélections avec les bleus) aura un fils en 1974, Sebastián Rambert. Sebastián Rambert lui sera international argentin (8 sélections entre 1995 et 1996 pour 4 buts sous le maillot albiceleste). Révélé à l’Independiente, il sera transféré très jeune (21 ans) à l’Inter de Milan, où il restera un des plus gros bides du club lombard. De prêt en prêt il ne s’impose nulle part et on a failli le voir à maintes reprises en France. Chaque été il était annoncé à l’Olympique Lyonnais dans une rumeur plus nostalgique que concrète mais finalement c’’est à Metz qu’on a vraiment failli le voir. Lors du mercato d’hiver de la saison 1995-96, voici ce qu’on pouvait lire en brève dans un France Football : « L'argentin Sébastien Rambert, qui possède un passeport français, était présent en Lorraine. Appartenant à l'Inter de Milan, il pourrait bien être prêté au club lorrain. Ce qui laisserait penser que l'Inter s'intéresse toujours à Pirès. Il ne serait même pas étonnant que le prêt de Rambert fasse partie d'un deal et que le jeune français prenne, l'été prochain, la route de Milan ». Le transfert ne se fera pas comme on sait et le fiston filera à Saragosse avant de retourner en Argentine pour faire la saison 1996-97 à Boca Juniors d’où est extraite cette magnifique carte :


Bravo à ceux qui ont trouvé, car moi je trouve que c’était loin d’être évident mais bon ici c’est Old School Panini ou pas ? En tout cas mention spéciale à nos romains Irène et Daniele et à Le_Zug. Le_zug inscrit son premier point et est inscrit automatiquement pour le tirage au sort et gagner un maillot vintage. Voici le classement général :


P.S : Pas de session mardi et mercredi pour cause de Ligue des Champions, donc je vous invite à venir sur la page Facebook Old School Panini - Les Quizz pour débattre du championnat et venir vous entrainer. Cédric, Claude et moi on balance des joueurs à trouver tous les jours et ce week-end j'ai mis tous les joueurs de la soirée du 09 Février. Venez nous rejoindre sinon rendez vous Jeudi 16 Février à 21h00

28 commentaires:

  1. Pas mal de bonnes réponses mais pour l'instant qu'une personne a trouvé !! Héhé

    RépondreSupprimer
  2. Pas la peine de m'envoyer les messages en double les amis. y'aura le même nombre de points à l'arrivée

    RépondreSupprimer
  3. Salut Alex, je dirai Pablo Mouche peut être. Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  4. Oh là là Pas beaucoup de frappe cadrée ce soir !! Quasiment aucune en fait !!

    RépondreSupprimer
  5. Moque toi, moque toi. On est donc tous des Yohann Gourcuff en puissance ce soir !!

    RépondreSupprimer
  6. Non y'a un ou deux Clément Grenier qui ont piqué vos places de titulaires

    RépondreSupprimer
  7. Pour la gloire (ou la honte), je vais proposer ariel rosada. Dis moi juste sur la page quizz si je suis encore dans le faux

    RépondreSupprimer
  8. je sais qui c'est mais désolé,je ne joue que sur du Panini, pas du Upper Deck;-)

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...