Quiz Panini spécial : Saint-Etienne

Après l'OL, les verts. Je l'avais promis à Fanch, fidèle supporter de l'ASSE qui a été le 1er à trouver les 24 joueurs de l'OL  Alors vous avez 24 heures pour trouver les 24 joueurs !!

C'était tout de même un peu plus difficile que la planche de l'OL ! Un seul gars a trouvé les 24 joueurs !



Voici la réponse en images :


Alors un grand bravo à Anthony qui a été le seul candidat à trouver les 24 verts. Anthony je te laisse choisir le spécial quizz du week-end prochain. Mais ne choisis pas Louhans-Cuiseaux car là je vais pleurer

Quiz Panini spécial Olympique Lyonnais

Voici le challenge qui vous était proposé 24 joueurs de l'OL lors de 24 saisons différentes à trouver. Je pense que le weekend je vais souvent multiplier ces petits joueurs 24 joueurs en 24 h ! LEs réponses sont en images plus bas


Voici les réponses :


Alors entre les réponses sur le blog et sur facebook, c'est Fanch qui a été le 1er à trouver les 24 joueurs. Ensuite il y a eu Cédric en 2 temps (Alexandre BES lui a posé des petits problèmes). Enfin astucieux-jaws conclue le podium avec 24 bonnes réponses. Mention à Tony qui a fait un joli 23/24 très rapidement mais lui aussi a buté sur BES.

Pour récompenser Fanch, supporter de l'ASSE qui a brillé sur l'OL, OLD SCHOOL PANINI a préparé le même quizz spécial Verts !! 24 joueurs à trouver en 24 heures !! les réponses avant le match de demain soir.

Dans la série il n'y a pas que Trifon : Steffen FREUND

Alors le bon look de joueur de D2 est-allemand pour cet ex-international !


C'est impressionnant tout de même son évolution paninomorphologique :


Qui a mangé toute les tartes ?

Who ate all the pies?  

Vous connaissez tous cette chanson entonné dans tous les stades britanniques depuis des lustres et bien Max l’ancien (qui anime avec brio et succès le blog les anciens joueurs) pour l’anniversaire d’OSP a fait un petit sujet sur l'histoire de cette chanson a traversé l'histoire du football britannique. Pour tout vous dire on arrive à la dater (sans Benito Carbone 14) de 1894, Les supporters anglais de l'époque ayant pour habitude de se restaurer de meat pies ( Fabio Grosso Modo des tourtes à la viande) durant les matchs de ce nouveau sport qu'on appelle football. Précurseurs dans l'art de la dérision, ils branchaient les joueurs adverses assez enrobés, leur demandant s'ils n'avaient pas ingurgité toutes ces fameuses tourtes qui arrivaient à manquer en fin de partie. Ils créerent donc ce chant: Who ate all the pies ?



Who ate all the pies?

Who ate all the pies?
You fat bastard,
You fat bastard,
You ate all the pies!

Le premier à avoir été l'objet de cette hymne à été un certain William « Fatty » Foulke. Véritable colosse, l'équivalent british du Théo Sellers du dessin animé de notre enfance (Olive et Tom pour les profanes). N'ayant pas la ligne d'un athlète, je donne sans complexe ses mensurations : 1m93 pour … 150 kg !
Parlant de William Foulke, je suis obligé de faire une digression. Lors de la finale de la cup 1901, furieux après une décision d'arbitrage (déjà …) il quitta le vestiaire tout nu et poursuivi l'arbitre qui se réfugia dans un placard à balai. Ce dernier n'étant libéré qu'après l'intervention d'officiels de la fédération ! Cette finale opposait Tottenham à Sheffield United. Regardez cette vidéo de 110 ans, c’est l’entrée des joueurs et « Fatty » FOULKE se distingue assez nettement.

video

Cliché pris lors de cette finale, où on voit Fatty FOULKE joué l'intimidation !
Quelques temps plus tard il a été transféré à Chelsea qui l'utilisa comme un phénomène de foire. Ils lui affublèrent par exemple deux jeunes enfants ramasseurs de balles a coté de chaque poteau afin de mettre en relief sa stature colossale.


Autre cible célèbre de cette chanson, l'ancien attaquant de Newcastle dans les années 90, Micky Quinn. En 1992 alors que Micky jouait pour Newcastle, un spectateur, afin de le déstabiliser, lança sur la pelouse une petite tourte que Mister QUINN s'empressait d'avaler. Le principal intéressé raconte cet épisode : « Une fois contre West Ham en attendant un corner un fan a entonné la fameuse chanson et m'a lancé une tourte sur moi. En fait j'en ai récupéré sur mon maillot et j'en ai mangé juste devant lui ! J'en ai pas fait une histoire et ses potes ont commencé à le charrier.C'est toujours mieux d'en rire.». Notre Micky fera l'objet de sa propre chanson : « He’s fat, he’s round, he’s worth a million pounds, Micky Quinn, Micky Quinn! » Il a plus marqué le foot anglais par son tour de taille que par ses exploits, alors qu'il a inscrit la bagatelle de 230 buts dans la ligue anglaise en 512 rencontres. Après sa prolifique carrière, Micky QUINN est devenu commentateur à la radio anglaise, où il couvre les rencontres de foot, ça c'est assez logique, mais il commente également les courses hippiques. Au moins ces joueurs ont un avantage certain sur les autres, il ne change pas trop quand ils arrêtent leur carrière hormis les bacchantes qui sont passées à la tondeuse !!
Un grand merci à Max l’ancien pour cet excellent sujet, vous pouvez retrouvez tous les anciens joueurs sur son excellent blog :



OSP à 1 an et vous réserve une énorme surprise !

Et oui un an déjà, petit bilan et petit message personnel pour remercier tout le monde de cette belle histoire OSP et du pied que je prends à animer ce blog !

Au départ c’est une histoire toute conne. Avec des potes d’un petit forum très privé (amis de l’école) « le café des sports » on échange pas mal tous les jours autour du foot, je sais pas si vous avez remarqué mais j’aime bien parler foot et un jour j’ai retrouvé l’album panini 1976 alors j’ai commencé à balancer la vignette de Jacques SANTINI avec une blague sur  sa ressemblance avec Charles BRONSON et je lui ai inventé un passé mexicain, puis ça m’a plu comme blague alors je l’ai envoyé au collègues et puis ensuite la même blague avec la même image aux potes du foot.

Ensuite ce fut au tour de Rolland COURBIS de passer à la moulinette, en disant qu’à l'époque il avait un visage fin et seulement le nez de gros alors qu’aujourd’hui c’est totalement l’inverse. Pas très drôle certes mais la photo était ô combien efficace, donc rebelote, envoi aux potes puis les collègues puis les potes du foot et là je me suis dit que je n’allais pas envoyer chaque vignette 3 fois avec à chaque fois la même blague (parce que je sais pas si vous avez remarqué mais j’ai un bon stock) et c’est là que m’est venu l’idée de créer le blog et plutôt que de mettre juste une image avec une petite blague je me suis pris de plaisir d’essayer de raconter à chaque fois une histoire, une anecdote un peu originale et surtout ne pas faire du wikipedia à résumer la carrière d’un joueur au nombre de ses apparitions ou de ses buts !
J’avais commencé à rédigé mes sujets un peu avant le 28 avril 2010 mais c’est ce jour là que j’ai mis en ligne le site et que j’ai envoyé le lien à tous mes potes ! Ce jour là ils ont été 23 à le voir, et puis le bouche à oreille, les liens ont fait que ce chiffre n’a cessé d’augmenter jour après jour. Pour vous donner un ordre d’idée hier vous avez été 1259 visiteurs ! Mais plus que les chiffres c’est surtout l’état d’esprit et les commentaires autour des sujets et des quiz qui est ma véritable satisfaction et là où je prends le plus de plaisir, à échanger telle ou telle anecdote avec vous. Donc à grand merci : Tout d’abord à tous les membres du café des sports les premiers fidèles, mes collègues, mais aussi ceux que je connais maintenant grâce à OSP, Claude, le futur champion, qui a du fournir presque la moitié de toutes les images que vous voyez mais aussi Yoland qui m’a invité sur la radio du 10Sport et où s’est bien marré, Daoud qui me donne l’envie de ne parler quasiment que de foot belge,  Cyril le londonien, Cédric le champion en titre qui anime le chti panini, Xavier, Buscape, Lanzada, Tonino, Astucieux-Jaws, Shogun, Mama Ouattara, juninho, Pascal, doudou, du forum Foot Nostalgie, Nicolas et Laurent du FCN Museum et je vais pas tous les citer car je vais vexer tous ceux que je vais oublier mais tous vous laissez à chaque fois de supers commentaires et vous me bluffez sur les quizz !
Je vais remercier aussi les ptits niçois du Temps-additionnel car ce sont eux qui m’ont donné l’idée de créer une page facebook OSP pour avertir des publications et du coup c’est sur cette page que m’est venue l’idée de faire des quiz. Vous vous souvenez du 1er quizz ? Il n’était pas très compliqué il s’agissait de Carlos BIANCHI toujours avec cet album 1976. 


Les quiz c’est une formidable histoire car je pense que c’est pour beaucoup dans le succès d’OSP grâce à Alessandro du Rétro Football Club qui au départ n’a pas hésité à offrir un maillot vintage au vainqueur. Et regardez ce n’est pas du pipo, voici notre champion en titre qui pose fièrement avec son maillot Liverpool 1984. Merci Cédric pour la photo et le montage excellent.


 

Aujourd’hui le Rétro Football Club et Old School Panini marche main dans la main (mais attention Alessandro et moi on n’est pas de la jaquette, c’est une expression les amis) et on vous propose un grand championnat avec à la clef : 2 vestes vintage et 2 maillots vintage à gagner ! Le tout pour votre plus grand plaisir et comme c’est la fête aujourd’hui, je vous confirme qu’on va repartir en septembre pour une autre saison. Là on va finir les playoffs tranquillement entre amis (mais avant le 19 mai je vous explique pourquoi dans quelques lignes)

Enfin un merci à tous ceux qui m’envoient des documents ou simplement qui échangent avec moi. Donc là aussi je serais peut être pas exhaustif dans la liste mais je pense à Yannick STOPYRA (idole de ma jeunesse) qui répond à mes quizz en message privés de temps en temps et je ne désespère pas qui répondra à mes questions pour un énorme sujet sur ce grand monsieur du football ici, la famille Marx et plus précisément le fils de Joachim MARX, Sébastien, là c’est moi qui fait le faignant  mais surtout le timide car je n'ai toujours pas contacté son père pour faire un nouveau papier, la famille de Philippe Vercruysse  (son frère Frédéric) qui m’a laissé un super message et qui m’a fait énormément plaisir, enfin mon ami le grand artiste argentin Gonza Rodriguez dont j’adore l’œuvre (à voir sur son blog) et que je pique tout le temps pour mes avatars ! Bien sûr un grand merci à tous ceux qui m'envoient des vignettes depuis le Brésil, l'Argentine, la Russie ou la Yougoslavie, là encore je m'excuse pour ceux que j'oublie


Un petit mot aussi sur le projet Panenka, OSP est fier de faire parti de cette team qui réunit vraiment des blogs de qualité, donc un grand merci à Florent qui s’occupe de tout ça et qui bosse comme un taré !


Voilà j’ai profité d’être sur mon blog à moi pour passer tous mes messages persos mais je ne vais pas m’arrêter là, un anniversaire ça veut dire une fête et je suis fier de vous annoncer que la première soirée OLD SCHOOL PANINI va avoir lieu le 19 mai prochain à Paris. Le lieu est retenu, il y’aura à boire et à manger (bon faudra venir avec vos sous car je ne vais pas payer pour tout le monde hein, je rappelle que je ne touche pas un sous et que tous les revenus des pubs sont répartis dans les lots des quiz ! Donc d’ailleurs n’hésitez pas à cliquer sur les pubs ça vous fera des plus beaux cadeaux ou plus nombreux, lol) mais il y aura aussi des lots à gagner car une soirée OSP sans quiz ce ne serait pas digne d’OLD SCHOOL PANINI ! Donc guettez bien vos boites mails sur Facebook et ailleurs car vous n’allez pas tarder à recevoir une invitation dès qu’on aura finalisé toute l’organisation. La soirée sera organisé conjointement avec Max l’ancien qui j’en suis sûr nous balanceras des quiz sur les anciens joueurs !


Le dossier Old School Panini spécial Clasico

Spécial Clasico sur Old School Panini. Retrouvez quelques sujets sur les confrontations entre le Réal et le Barça à l'occasion du prochain Clasico


Les confrontations :

1959-60 : En 1/2 finale de la coupe d'Europe des clubs champions comme la saison dernièere. En 1960, le Réal de Di Stefano et Puskas rencontre le Barça des Kubala et Suarez, rencontre au sommet entre le quadruple champion d'Europe en titre et le double champion d'Espagne. Une pléiade de joueurs qui ont marqué l'histoire du football rien à envier aux vedettes du clasico 2011-12 !. Le sujet : Retour sur la 1ère 1/2 finale de coupe d'Europe Barça-Réal en 1960


2006-07 : Scénario incroyable, au bout de 38 journées le Barça et le Réal sont a égalités avec 76 points chacun. Le titre ne se décidera pas au goal average ou au total de buts mais au meilleur des deux confrontations lors des deux clasicos de la saison. Entre un barça champion d'Espagne et champion d'Europe et un Réal de Madrid revanchard, ce sont deux clasicos entrés dans la légende que nous ont livrés ces deux monstres du football. Le sujet : Espagne 2006-07 : Le titre décidé par le Clasico


1990-91 : Avant la finale de la coupe du Roi 2011 il fallait remonter à 1990 pour trouver une trace d'un clasico en finale. celle-ci fût remarquable car elle marque une véritable passe d'armes entre un Réal qui vivra la fin de sa génération de la "Quinta del Buitre" (bien que je n'aime pas ce terme) et le Barça de l'entraineur Johan CRUYFF qui remportera ici son premier trophée avec sa dream team, deux avant que le FC Barcelone remporte sa première ligue des champions. Le sujet : Avril 1990 Barça-Réal : Finale de la coupe du Roi



Les histoires :

Pedrag SPASIC, l'espion venu de l'est, qui enterra sa carrière lors d'un clasico ! L'infortune de ce solide et rude défenseur du Partizan de Belgrade, recruté comme un cador par le Réal mais qui ne s'adaptera jamais au sein de la maison blanche. Pire il sera coupable de crime de lèse majesté au vu des sociso du réal lors d'un clasico où son but donnera la victoire au Barça. Un CSC qui n'aura pas les mêmes conséquences qu'Andrès ESCOBAR mais qui scellera tout de même la fin des promesses d'une grande carrière pour ce défenseur international. Le sujet : Pedrag SPASIC a enterré sa carrière lors d'un Clasico Barça-Réal


José MOURINHO, l'entraineur madrilène avant d'exaspérer tous les supporters du Barça avec ses éternelles provocations à appris le métier au....Barça. Simple stagiaire, il était embauché pour une bouchée de pain comme traducteur de Bobby Robson, mais son obstination, son abnégation mais aussi son talent et son intelligence dans la perception du football on en fait plus qu'un simple traducteur, devenu assistant du grand entraineur anglais, retrouvez les débuts et les galères de Mourinho simple stagiaire au FC Barcelone. Le sujet : Quand José Mourinho était stagiaire au Barça


Retour sur la 1ère 1/2 finale de coupe d'Europe Barça-Réal en 1960

Quand la rivalité espagnole devient une rivalité européenne. Le Réal de Madrid et le FC Barcelone vont s’affronter pour la 3ème fois de l’histoire en demi-finale de la coupe d’Europe des clubs champions ou ligue des champions. C’est sûr que ce n’est pas le clasico inventé par Canal + qui peut s’en orgeuiller, bon le jour ou le PSG et Marseille se seront affrontés 3 fois en ½ finale de la LDC, je retirerais ces lignes.
La première de ces confrontations à lieu lors de l’édition 1959-60.

Dans les années 50, le Barça est un grand club qui se dispute la suprématie espagnole avec l’Athlétic de Bilbao et il ne faut pas croire comme on peut le lire souvent que la rivalité Barça-Réal de Madrid est une rivalité politique entre la Catalogne indépendante et le Réal de Madrid du gouvernement de Franco, de toute façon le caudillo était un fervent supporter de l’Athlético de Madrid le club de l’armée. En effet, Franco arrive au pouvoir en 1939 et le Réal du président Santiago BERNABEU ne gagnera aucun trophée entre cette date et 1954. C’est surtout qu’en 1954, le Réal ne subit aucun traitement de faveur, non il recrute juste un joueur qui va changer l’histoire du club : Alfredo DI STEFANO, même si ce transfert était sûrement le plus compliqué de l’histoire et que son dénouement est pour beaucoup dans l’antagonisme entre Barça et Réal (voir toutes les infos de cette histoire dans le sujet du Grand Réal de 1955 à 1960). Tout cela pour dire que Bernabeu arrive à bâtir une équipe qui au milieu des années 50 va rivaliser avec le grand Barcelone et même le dépasser suite à une décision astucieuse du président visionnaire de Madrid.

C’est en 1956 que les français et notamment le quotidien l’Équipe lance la première coupe d’Europe des clubs champions. Beaucoup de club sont sceptiques sur l’avenir de cette nouvelle compétition et le FC Barcelone n’a jamais été favorable à ce projet préférant la Coupe Latine, pas le Réal qui va jouir alors d’une renommée internationale pour faire venir les meilleurs joueurs d’Europe : Kopa, Puskas. Le FC Barcelone réagit mais trop tard et il reste dans l’ombre du nouveau géant d’Europe, bien que le club soit champion d’Espagne en 1959 et 1960. Un renouveau sur la scène espagnole qui va faire que cette demi-finale de coupe d’Europe est peut être encore plus attendue que celle de cette saison 2010-2011. D’un côté le FC Barcelone qui va remporter son 2ème tire consécutif de champion d’Espagne et de l’autre le quadruple champion d’Europe. Et si on va tous se régaler à l’avance du duel Messi-Ronaldo, à l’époque les vedettes étaient légions !! Côté Catalan il y a Luis SUAREZ (qui fera aussi une très grande carrière à l’Inter de milan par la suite) et surtout László KUBALA.

Joueur hongrois incroyable qui en 1999 sera élu joueur du siècle par les socios du Barça devant Johann CRUYFF et Diego MARADONA, ça vous pose le bonhomme non ? En face on a les légendaires DI STEFANO, PUSKAS ou encore GENTO.
La double confrontation tourne nettement à l’avantage des madrilènes qui l’emporte 2 fois 3-1 et va remporter tranquillement leur 5ème coupe d’Europe des clubs champions ! Avec un festival en finale 7-3 contre Francfort (4 de Puskas et 3 de Di Stefano pour les buts !). Voici la fiche des deux confrontations, à noter que le Barça évoluait sans son maitre à jouer KUBALA. La saison suivante, l’attaquant hongrois était bien présent pour la nouvelle confrontation des deux clubs en coupe d’Europe des clubs champions (mais cette fois en 1/8 de finale) et les catalans prennent leur revanche et réalisant l’exploit d’être le premier club à éliminer le Réal en coupe d’Europe après six éditions !


Voici les planches des cromos des deux équipes de la saison 1959-60 :



Les deux équipes d’affrontent à nouveau à ce stade de la compétition, plus récemment lors de la saison 2001-02. Mais on reparlera de cette confrontation plus tard (avant le match retour)

Espagne 2006-07 : Le titre décidé par le Clasico

La lutte entre le barça et le Réal a toujours été chaude pour le titre mais jamais il n’aura été aussi serré que celui de la saison 2006-07. A égalité à la fin de la saison au nombre de points, le titre s’et alors joué au bilan des deux confrontations directes lors des 2 classicos de la saison. Pourtant avant la saison et surtout la première rencontre entre les deux clubs on ne donnait pas chère sur les chances des merengues de faire face au champions d’Europe en titre et pourtant….


Retour sur un sacre inattendu du Réal. A l’aube de la saison 2006-07, la maison blanche est en crise la politique des galactiques est un fiasco, 3 saisons d’affilée sans titres de champions et surtout des humiliations en coupe d’Europe. La dernière en date sur la pelouse de Gerland avec un Fabio CAPELLO énervé de voir son équipe impuissante face aux gones (défaite 2-0). Et pourtant cette défaite a servi de base au technicien italien pour remodeler son équipe et depuis le voyage entre Rhône et Saône, le Réal s’est refait une santé avant d’accueillir son éternel rival pur le premier classico de la saison pour le compte de la 7ème journée. D’autant que si le Barça est en tête de la liga, invaincu depuis le début de la saison et meilleure attaque avec 16 buts en 6 matchs, les catalans qui comptent 5 points d’avance sur les madrilènes n’affichent pas le même état de forme que leurs rivaux. Aau cours de la semaine, les deux équipes ont connus des fortunes diverses en ligue des champions, si bien que le Barça ne se présenta pas forcément dans la peu du favori à Bernabeu. Alors que les blaugranas s’inclinaient logiquement à Stamford BRIDGE face à Chelsea, les merengues eux rapportaient un succès convainquant de Roumanie, avec un joli 4-1 dans leurs valises face au Steua Bucarest. D’autant que le barça est privé de son buteur camerounais, Samuel ETO’O blessé, le Réal, lui, jouera sans Ronaldo blessé également mais cela risque d’être moins pénalisant, en effet l’association Raul-Van Nistelrooy à l’air plus convainquante sur les dernières sorties et au cours de ce match elle le confirmera !

Les déclarations d’avant match :

Du côté madrilène

Pedrag Mijatovic (Directeur sportif du Real Madrid) : « Nous sommes mentalement et peut-être même footballistiquement meilleur que le Barça. Ils viennent de gagner des titres importants (2 Ligas consécutives et 1 Ligue des Champions) et après une période comme celle-ci, il y a toujours un peu de relâchement. Ils pensent qu’ils peuvent gagner en faisant moins de sacrifices, ce qui n’est plus le cas dans le football moderne. Nous avons bien vu qu’ils ont souffert contre Chelsea. De plus la blessure d’Eto’o va beaucoup les handicaper car il leur marque chaque saison plus de 25 buts. »

Raul (Attaquant et capitaine du Real Madrid) : « L’absence d’Eto’o est fondamentale. C’est un grand joueur et c’est dommage qu’il se soit blessé. Il est clair que le Barça à d’autres joueurs pour évoluer à son poste mais son absence leur sera préjudiciable. Ce sera une partie avec beaucoup de tension mais je suis très concentré et mon seul but est que l’équipe l’emporte. »


Roberto Carlos (Latéral Gauche du Real Madrid) : « Un Clasico est un match au même titre qu’une finale de Coupe du Monde. C’est la partie la plus importante pour un joueur de football. Nous sommes au même niveau que le Barça après ce que nous avons fait à Bucarest. C’est le football que nous aimons jouer. L’année dernière nous avions perdu parce qu’ils étaient meilleurs. Maintenant, nous sommes au même niveau. Nous allons gagner 1 à 0 avec un but de Robinho. Ils ne gagneront pas 3 à 0. »


Chez le Barça :

F.Rijkaard (entraineur du Barça): « Le Real Madrid a encaissé peu de buts depuis le début de saison mais nous nous en avons marqué beaucoup. Nous voulons toujours réussir un bon résultat et si possible avec la manière. Toutefois je pense qu'il sera difficile de rééditer notre match de l'an dernier. »


Ronaldinho (Attaquant du Barça) : « Je n’ai pas changé. Les gens cherchent quelque chose mais moi je suis toujours le même. Contre Seville j’ai marqué deux buts et tout le monde a dit que j’étais bien, après nous avons perdus à Londres et là tout le monde a dit que je n’étais pas en forme. Nous voulons à chaque match démontrer et moi le premier que nous sommes les meilleurs. Ce Classico sera pour nous et pour moi une manière de le prouver. »


Victor Valdès (Gardien du Barça) : « C’est normal que Mijatovic ait confiance en son équipe mais nous aussi nous avons confiance en nous. Nous sommes bien. Il n’ y aura pas de favoris dans ce match, les deux équipes peuvent gagner. Mais nous nous y allons pour chercher la victoire. »


 Le match :

Sous une pluie battante, le Réal de Madrid va s’offrir une victoire facile en marquant les premiers et surtout très tôt, but fantastique de Raul dès la 3ème minute. Le voici en vidéo :

video

La suite c’est un Réal solide avec la paire EMERSON - Djilla DIARRA à la récupération qui musèle l’entrejeu catalan, le réal opère par contre et sur une superbe inspiration de GUTI qui lance Robinho dans la profondeur, ce dernier trouve Van Nistelroy seul face au but pour doubler la marque au retour du vestiaire. Voici le second but de la rencontre.

video

Plus rien ne sera marqué et psychologiquement le Réal à combler son déficit de confiance après plusieurs défaites lors des clasicos des saisons précédentes.

Le match retour


Un match sublime peut être le plus beau clasicos de l’histoire avec la révélation d’un grand joueur : Lionel MESSI qui réalisera le coup du chapeau au cours de cette soirée ! Mais au delà de ça on a vu des catalans faire une course poursuite face à des madrilènes ayant pris le cours des opérations même si l’expulsion d’OLEGUER juste avant la mi-temps a bien compliqué la tâche des catalans. Plutôt que de vous raconter ce match, voici un résumé très complet de ce clasico de gala avec 6 buts à la clef !!


Comme je disais après 38 journées le barça et le Réal ont terminés la saison avec 76 points chacun mais le tire ne se jour pas alors au goal-average, pourtant nettement à l’avantage des catalans (+ 45 pour le Barça contre seulement + 26 pour le Réal) mais au meilleur des deux confrontations directes entre les deux géants. Avec une victoire 2-0 et un match nul 3-3 au Camp Nou, c’est le Réal qui est sacré champion un peu à la surprise générale même si il est difficile de parler de surprise quand on voit le réal champion. En tout cas Fabio CAPELLO avait grandement rempli sa mission cette saison là, arrivant dans un club en perte de confiance.

Voici les vignettes des deux équipes et honneur au champion 2006-07 :

















Et son dauphin :



















LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...