KOSTADINOV a éliminé la France de façon illégale !!

Mais que faisait la police ??!!

Décidément ce but de Kostadinov en novembre 1993 sera bel et bien le fait de jeu qui aura fait le plus couler d’encre dans l’histoire du football français. D’avantage que des poteaux carrés, d’une agression allemande sur notre Battiston national ou d’une Arconada. Cette frappe improbable qui chasse la toile d’araignée au moment même, où comme un symbole, le chrono passe de 44’59 à 45’00 pour mieux sonner le glas des ambitions françaises. Au lendemain de cette élimination impensable quelques semaines avant (on va dire avant d’affronter Israël) c’est le quotidien l’Équipe qui résumera le mieux ce camouflet national avec, selon moi, le meilleur titre de l’histoire du quotidien : « INQUALIFIABLE ». Mais qu’est ce qui nous a fait mal ce but. Je me souviens qu’à la maison devant mon écran, alors qu’il y avait pas mal de monde au foyer familial pour regarder le match justement, je suis resté seul devant la TV éteinte pendant ¾ d’heure au moins. Comment en avait pu en arriver là ? Allez en guise de thérapie, je vais me le remettre en vidéo ce but :


Ce but on en a parlé jusqu’au mondial américain et puis encore et encore à chaque fois qu’on voyait la Suède et surtout la Bulgarie, nos bourreaux, passés un tour supplémentaire. Ensuite on aurait pu se dire qu’après la coupe du monde on allait oublier ce but mais non car pour beaucoup il est ni plus ni moins que le big bang de la sélection tricolore, à l'origine des victoires de 1998 et 2000.

Pour certains, il est possible de soutenir la théorie selon laquelle le but fracassant de l'attaquant bulgare est le moment fondateur de l'épopée de la sélection nationale de la fin du siècle dernier. En s'abattant sur elle, la foudre n'a-t-elle pas allumé une providentielle étincelle ? C’est indéniable que la transition Houiller-Jacquet à la tête de la sélection va entrainer des changements sur le terrain et que ce but de Kostadinov quelque part à enterré la génération Papin-Cantona pour mieux laisser éclore celle qu’on va appeler la génération Zidane, même si c’est là un raccourci très cliché (Deschamps et Blanc par exemple étaient deux pions majeurs des deux équipes). En outre, selon moi j’ai l’intime conviction que la différence entre l’équipe de 93 et celle de 98 réside dans les conséquences de l’arrêt Bosman. En effet à partir des années 95 et 96 il y a un exode massif des joueurs français vers l’étranger et notamment le calcio, et c’est là-bas que les joueurs français y on apprit une certaine culture de la gagne mais aussi de la roublardise (voir les révélations d’Oumar DIENG quand il débarque à la Sampdoria de Gênes). Mais je m’éloigne de notre sujet et du but de l’infâme Kostadinov. Et bien figurez vous que dix-huit ans après, on apprend que ce but était illégal !! Valable oui mais Illégal vu qu’Emil KOSTADINOV le buteur et Lubo PENEV le passeur sont entrés illégalement sur le territoire français, sans visas, pour disputer cette rencontre.

C’est Zlatko Yankov , son coéquipier d’alors en sélection, qui s'est récemment confessé dans les médias bulgares. Une anecdote inscrite désormais en lettre d’or au panthéon d’Old School Panini : « Cette histoire a l'air d'une légende mais elle est vraie, a expliqué Yankov aux médias bulgares. Kostadinov et Penev sont entrés en France sans les autorisations nécessaires pour passer la frontière. Ils avaient tous les deux des problèmes de visa, et, pour arriver à Paris, ils ont demandé l'aide de notre gardien Borislav Mihaylov et de Georgi Georgiev, qui jouaient à l'époque à Mulhouse. Kostadinov et Penev ont donc passé la frontière entre l'Allemagne et la France dans une voiture conduite par Georgiev, en choisissant un poste de frontière peu sécurisé. Et ils ont réussi à entrer en France comme ça, alors qu'ils étaient totalement dans l'illégalité ». Mais c’est un truc de fou, bien entendu qu’on ne peut pas rejouer le match ou sanctionner la sélection bulgare.

Comme l’a si bien réagit Vincent Guérin, il y a désormais prescription : « Il y a prescription, estime l’ancien international Vincent Guérin à propos des révélations sur les visas non valides des Bulgares Emil Kostadinov et Luboslav Penev en 1993, pour France-Bulgarie. Ce genre de choses, savoir si certains n’auraient pas dû jouer, c’est bien loin. Ça fait presque 20 ans. C’est comme ça. Ce sont les aléas du sport. On ne refait pas le match, on ne refait pas la Coupe du monde. On ne peut pas revenir là-dessus, même si c’est un fait avéré et qu’il aurait pu engendrer d’autres choses ». En tout cas voilà une révélation qui met à mal mes convictions. Pour moi Houiller au lieu de s’en prendre à David Ginola aurait du mettre sur le terrain un Di Meco ou un Colleter et sûr qu’Emil aurait encore besoin d’une canne pour se déplacer aujourd’hui. Cependant, je crois désormais qu’il était écrit quelques part que Kostadinov était insaisissable pour les français et je ne peux plus reprocher à Alain Roche et Laurent Blanc sur l’action fatidique d’avoir été aussi inefficaces que nos douaniers alsaciens finalement. Comme quoi les voix du football peuvent bien des fois se révéler impénétrables.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...