Mexico 86 : Yvon LE ROUX

Le Menhir de Plouvorn

Sa saison 85-86 en chiffres : 36 Matchs en championnat et 6 buts. 2ème du championnat de France avec le FC Nantes. 8 Matchs en coupe de l’UEFA, pour 1 but et les nantais éliminé en1/4 de finale par l’Inter de Milan. 1 Match en coupe de France, 1 but et une élimination en 1/32ème de finale face à Limoges.

Une armoire à glace, taillée à coup de serpe dans le granit. Du solide, du costaud. C'est Yvon LE ROUX, stoppeur de vocation. Parce que LE ROUX, dans le football français, c'est d'abord un sacré gabarit : 1.88m pour 84 kg. Autant dire que, lorsqu'il se lance dans un tacle, ça décoiffe .. Yvon Le Roux reconnaît: « Je sais que je fais peur. Mon gabarit inquiète. C'est d'abord un avantage vis-à vis de l'adversaire ... » Mais il n' incarne pas seulement la force physique. Ainsi, Jean Claude Suaudeau, son entraîneur au FC Nantes: « A terre et dans l'air, nous ne craignons personne avec lui. Son gabarit mais aussi son jeu de tête apportent un plus à une équipe ... » Même ton chez Michel Hidalgo : « Yvon Le Roux écrase tout dans un match, par sa présence. » Déjà à Brest, il cassait la baraque et c'est là que son histoire avec les bleus va commencer.
Il est convoqué pour sa première cap le 23 avril 1983 pour une rencontre amicale face à la Yougoslavie au Parc des Princes. LE Roux apprend sa sélection le lundi 18 avril à la radio, la veille de ses 23 ans. Le lendemain dans le presse, le capitaine de l’équipe de France espoir (jour de son anniversaire du coup si vous avez suivi) s’aperçoit qu'il est le seul stoppeur sur la liste, il a son cadeau : il va devenir joueur international. Le samedi 23 avril sera, selon lui, le plus beau jour de sa carrière. Il est  titulaire en défense centrale aux côtés de BOSSIS et va ouvrir la marque à la 22ème pour une large victoire 4-0.


Si Le Roux ne marquera plus jamais en équipe de France il ya gagné toutefois sa place. LE ROUX est un défenseur qui marque beaucoup lors de cette saison 1982/83 il plante 8 buts en championnat + celui-là en équipe de France, un total plus qu’honnête pour un stoppeur.

Dans le France Football du 19 avril 1983, juste avant sa première convocation, il revient sur son apport offensif : "dans le foot actuel, il est important de pouvoir jouer à plusieurs postes. On entend souvent parler de bourrin pour les stoppeurs, de démolisseur. Je ne suis pas du tout de cet avis. A ce poste aussi, il y a une évolution. La première tâche d'un stoppeur reste de neutraliser l'avant-centre et les qualités exigées sont un excellent jeu de tête et ne pas relâcher son attention. Suivre durant 90 minutes le même joueur, ce n'est pas si simple. Mais ça, c'est le portrait-robot du stoppeur : certains montent, marquent des buts et sont bons techniciens. Personnellement, quand je suis resté 15 minutes au pied de mon avant-centre, je me sens des fourmis dans les jambes. Je ne tiens plus. Alors, je monte dans l'axe et c'est là que l'on surprend le plus et le plus facilement la défense adverse. En arrivant de loin, lancé. Comme Piazza, mon modèle. Quel super joueur ! il avait toutes les qualités du stoppeur : bon de la tête, il montait, opportuniste, efficace dans le tacle, sur l'homme"
 Pour revenir à ses débuts à Brest et son éclosion, voici cette magnifique vidéo, mis en ligne par mon ami Johann, grand spécialiste du stade brestois. C'est une pure merveille, un trésor d'archive !! 


Parmi toutes les propositions des époux LE ROUX au Scrabble, c'est finalement à Monaco qu'ils échoueront mais ça se passera pas merveilleusement bien pour le grand Yvon là-bas. Malgré le titre de champion d’Europe, son statut d'international ne le protège pas et ses relations avec l’entraineur de Monaco Lucien MULLER deviennent de plus en plus houleuses. 

A la fin de sa seconde saison sur le rocher, LE ROUX déclare : " il aurait voulu briser ma carrière qu'il n'aurait pas agi autrement. Entre nous, le courant n'est jamais passé. Et pourtant, il ne s'en est jamais expliqué avec moi. Ces 3 derniers mois ont été un calvaire. J'ai vécu des moments aberrants. Il me disait, par exemple, que je n'étais pas un numéro 6 et, 15 jours plus tard, il me faisait jouer à ce poste. Quand ça l'arrangeait ... " Il part donc à Nantes l’été suivant et démontre que le FC Nantes peut parfois réussir son recrutement. LE ROUX revit à NANTES, inscrit sa demi-douzaine de but habituel et notamment un fantastique coup de tronche en ¼ de finale retour de l’UEFA face à l’Inter de Milan, malheureusement un but qui ne suffira pas pour faire passer les nantais. Yvon LE ROUX après deux saison difficiles sur le rocher, est redevenu tout simplement le meilleur stoppeur de France

2 commentaires:

  1. 87ème sujet sur Yvon Leroux, ça va, on a comprit que tu l'aimes bien ;)
    toujours aussi sympa de lire ces articles sur le foot des 80', bonne continuation...

    RépondreSupprimer
  2. Oui mais je présente toute l’équipe, je peux pas le zapper ;-)
    Merci à toi
    P.S : En plus ça m e faisait plaisir de mettre la vidéo de Johann

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...