Mexico 86 : Philippe BERGEROO

L'inattendu

Sa saison 85-86 en chiffres : 38 Matchs en championnat. 4ème du championnat de France avec Toulouse. 1 Match en coupe de France et une élimination en 1/32ème de finale.

Lorsqu’Henri Michel, autour de la mi-avril, eut le délicat et redoutable privilège de délivrer les vingt-deux visas pour le Mexique, on se dit alors que pour les surprises il faudra repasser. Erreur. Théoriquement la place de troisième gardien ne devait pas échapper aux jeunes loups que sont Bruno Martini et Pascal Olmeta. C'était oublier un peu vite la superbe fin de championnat du Toulousain Philippe Bergeroo auquel ses coéquipiers doivent en grande partie leur billet européen. Le parcours exemplaire de Toulouse, meilleur club des matches retour, a servi les desseins de Philippe Bergeroo. Le Basque de Saint-Jean-de-Luz, valeur sûre de la compétition, va se retrouver à Mexico dans la position qui était la sienne pour l'Euro 84 : celle de troisième gardien. 

Dans le choix du sélectionneur est intervenu aussi le fait que pendant deux mois, les joueurs vont devoir évoluer en communauté et qu'il faut avoir une habitude certaine de cette forme de vie. Philippe Bergeroo donne sur ce point toutes les garanties possibles. La récompense de la persévérance, de l'abnégation et peut-être aussi de la sagesse. Comme Baratelli en 1982, Bergeroo n'aura que très peu de chances de fouler une de ces lointaines pelouses mexicaines. Mais l'important n'est-il pas d'être du voyage? En tout cas pour la renommée si, et du coup on l’a plus jamais appelée Jean-Paul (voir le sujet : Les ratés Panini : Philippe BERGEROO)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...